MORGAN LEWIS HENRY (1818-1881)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une œuvre riche et ambiguë

La grandeur de l'œuvre de Morgan ne réside pas seulement dans le fait qu'elle fut l'acte de naissance de l'anthropologie sociale. Au-delà de cette importance historique, elle reste actuelle par son importance théorique et ce, malgré les faiblesses et les erreurs que les recherches ethnologiques ultérieures ont mises en évidence avec une âpreté souvent très vive.

Logique et histoire des rapports de parenté

D'une manière générale, Morgan a démontré que les rapports de parenté dominent l'histoire primitive de l'humanité et que ces rapports ont une logique et une histoire. Il distingua parmi tous les systèmes de parenté deux types de nomenclature des rapports de consanguinité : d'une part le type descriptif, propre aux systèmes de parenté indo-européens, sémites et ouraliens ; d'autre part le type classificatoire, qui se retrouve en Asie, en Afrique et en Amérique. « Dans un système classificatoire, les parents consanguins [...] sont classés en catégories distinctes, sans tenir compte de leur plus ou moins grande proximité par rapport à Ego et le même terme de relation est appliqué à toutes les personnes qui appartiennent à une même catégorie. Ainsi, mes propres frères et les fils des frères de mon père sont tous également mes frères, mes propres sœurs et les filles des sœurs de ma mère sont toutes également, mes sœurs [...]. Dans un système descriptif, les consanguins sont décrits soit par des termes primaires de relation (père, mère, fils), ou par une combinaison de ces termes qui rend ainsi spécifique la relation de chaque personne (fils du frère de mon père, fils de mon frère, etc.) » (Ancient Society). En d'autres termes, dans un système descriptif, les parents en ligne directe (père, mère, etc.) sont clairement distingués des parents en lignes collatérales (frère de mon père, sœur de ma grand-mère, etc.). Dans un système classificatoire, certains des collatéraux ou tous sont classés dans les mêmes catégories que les parents en ligne directe. Dans l'introduction de Systems of Consanguinity and Affin [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : directeur d'études de classe exceptionnelle à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  MORGAN LEWIS HENRY (1818-1881)  » est également traité dans :

LEAGUE OF THE HO-DE-NO-SAU-NEE, OR IROQUOIS, Lewis Henry Morgan - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre BOUSQUET
  •  • 846 mots
  •  • 1 média

Paru en 1851 à Rochester (État de New York), le livre League of the Ho-de-no-sau-nee, or Iroquois est considéré comme le premier ouvrage scientifique en anthropologie. Il pose les jalons de démarches devenues classiques dans la discipline, en particulier l'analyse des systèmes de parent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/league-of-the-ho-de-no-sau-nee-or-iroquois/#i_15454

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La construction de l'ethnologie »  : […] Les introductions classiques assignent à la naissance de l'ethnologie des dates différentes ; certaines la font remonter à Hérodote, d'autres à Rousseau ou à Morgan. La référence à Hérodote s'explique par l'intérêt qu'il porta à la description des autres peuples, considérés toutefois comme des barbares ; la référence à Rousseau ne repose pas tant sur son mythe du bon sauvage que sur sa façon de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie/#i_15454

ANTHROPOLOGIE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 5 144 mots

Dans le chapitre « La vision libérale et la critique marxiste »  : […] À la fin du xviii e  siècle, les sociétés primitives apparaissent généralement, du moins chez les adversaires de J.-J. Rousseau, comme les vestiges témoins de l'enfance de l'Humanité, d'un stade où l'outillage technique et intellectuel ne permettait « pas encore » aux individus de produire plus que pour leurs besoins. Sans surplus pas d'échanges, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-economique/#i_15454

BACHOFEN JOHANN JAKOB (1815-1887)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 710 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Reformulations »  : […] Mais, en 1869, tandis que Nietzsche se rendait à Bâle pour y occuper la chaire de philologie classique, Bachofen découvrait Primitive Marriage ... (1865) de John Ferfuson McLennan et, en 1870, l'année même de sa parution, The Origin of Civilization ... de John Lubbock ; puis il s'intéressait aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-jakob-bachofen/#i_15454

CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 115 mots

Dans le chapitre « Techniques »  : […] Le développement des techniques est aussi un fait aisément observable. Les préhistoriens ont d'ailleurs pris ce phénomène comme base de leurs classifications, non seulement parce qu'ils ne trouvent guère dans les vestiges exhumés d'autres signes distinctifs d'évolution, mais aussi parce que les formes d'outillage suivent dans la chronologie universelle un ordre constant : pierre taillée, pierre p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation/#i_15454

ETHNOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick MENGET
  •  • 5 636 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Deux initiateurs : Morgan et Tylor »  : […] Le premier ethnologue « de terrain » est l'Américain L. H. Morgan, qui séjourne en 1850 chez les Iroquois et visite plus tard d'autres tribus. Morgan s'efforce de recueillir des terminologies de parenté : ayant découvert la notion de terminologie classificatoire, il s'attache à classer ces terminologies en relation avec des faits institutionnels (mariage, types de famille, autres traits sociolog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-histoire/#i_15454

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

Dans le chapitre « Les liens de parenté »  : […] L'ethnologie a permis de comprendre avec précision la nature de la parenté ; c'est l'une de ses contributions les plus importantes. La parenté est la reconnaissance sociale de liens biologiques réels ou supposés, qui se créent par les naissances et les mariages. La continuité de toute société dépend de la procréation et de l'éducation des nouveaux membres. La légitimité des enfants engendrés est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-ethnologie-generale/#i_15454

ETHNOLOGIE - Ethnoarchéologie

  • Écrit par 
  • Anick COUDART
  •  • 4 860 mots

Le terme ethnoarchaeology apparaît pour la première fois en 1900, dans un rapport rédigé par l'archéologue, anthropologue et naturaliste américain, Jesse Walter Fewkes, directeur du Bureau de l'ethnologie de la Smithsonian Institution. Celui-ci estimait que la connaissance des sociétés indiennes du sud-ouest des États-Unis constituait une bonne préparation aux fouilles et é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-ethnoarcheologie/#i_15454

ÉVOLUTIONNISME CULTUREL & SOCIAL

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 2 775 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'évolutionnisme radical »  : […] C'est à partir de la publication par Darwin de son ouvrage sur l'évolution des espèces (1859) que se sont développées sous leur forme la plus systématique les études postulant une succession universelle d'étapes régies par un déterminisme rigoureux dans l'histoire de l'humanité. Nombreux sont les travaux qui ont illustré ce mouvement de pensée dans la sociologie et l'anthropologie. Ce sont ceux d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolutionnisme-culturel-et-social/#i_15454

PARENTÉ SYSTÈMES DE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 8 724 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Fondements de la parenté »  : […] On peut affirmer que les systèmes de parenté n'ont pas le même rôle dans toutes les sociétés : pour certaines, la parenté semble le principe fondamental qui commande l'ensemble des relations sociales ; pour d'autres, au contraire, comme pour la société occidentale, la parenté voit son rôle réduit à fort peu de chose. Si, pour C. Lévi-Strauss, « le système de parenté est un langage, ce n'est pas u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systemes-de-parente/#i_15454

POLYGAMIE

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 9 887 mots

Dans le chapitre « Une hypothèse évolutionniste »  : […] Le mariage par groupes a occupé, grâce aux travaux de Lewis H.  Morgan, une place importante dans l'anthropologie. Celui-ci, en effet, a supposé, dans son schéma de l'évolution du mariage, que l'homme, à peine sorti de l'animalité, a vécu d'abord dans un état de promiscuité sexuelle complète. À partir de ce premier stade, on aurait la famille consanguine, qui constitue déjà u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polygamie/#i_15454

TRIBU

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'approche néo-évolutionniste »  : […] Or c'est ce concept, hérité de Morgan, amputé par les fonctionnalistes d'une partie de son contenu et soumis à un harcèlement critique incessant, que Marshall Sahlins, E. R. Service et d'autres néo-évolutionnistes ont tenté de redéfinir rigoureusement et de réemployer dans tous ses usages initiaux, c'est-à-dire pour caractériser à la fois un type de société dans le cadre d'une anthropologie compa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tribu/#i_15454

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice GODELIER, « MORGAN LEWIS HENRY - (1818-1881) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lewis-henry-morgan/