WALRAS LÉON (1834-1910)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théorie de l'échange et conception de l'équilibre général

Pour Walras, qui en a proposé plusieurs définitions, l'économie politique pure « est essentiellement la théorie de la détermination des prix sous un régime hypothétique de libre concurrence absolue ». Elle est, par là même, « la théorie de la richesse sociale qui rassemble toutes les choses, matérielles ou immatérielles, qui sont susceptibles d'avoir un prix parce qu'elles sont rares, c'est-à-dire à la fois utiles et limitées en quantité ». Ainsi, prenant en considération les relations de choses à choses, elle se présentait comme l'étude des relations dans un milieu idéal, étant entendu toutefois que l'économie « pure-hypothèse » de la fin du xixe siècle n'était pas l'économie « pure-nécessaire » des classiques. Dans ce schéma, les applications représentaient donc la réintroduction des données concrètes : l'économie appliquée s'intéressant aux relations d'hommes à choses, l'économie sociale aux relations d'individus à individus, l'une mettant l'accent sur les phénomènes de production, l'autre sur les phénomènes de répartition. À partir de cette délimitation qui sera chez Vilfredo Pareto associée à la méthode des approximations successives, Walras pouvait, en économie pure, supposer « un marché parfaitement organisé sous le rapport de la concurrence, comme, en mécanique pure, on suppose toujours des machines sans frottement » : ambition métaphoriquement illustrée de parvenir en sciences sociales à des énoncés d'une rigueur comparable à celle qui caractérise, en les distinguant, les propositions des sciences exactes. Mais, s'il est vrai que la théorie walrassienne des prix ne se comprend qu'en référence à l'analyse du rapport demande-prix, à la définition des prix de monopole, à la conception d'ensemble du système économique et surtout à la démarche méthodologique de Cournot, de la même manière que la théorie walrassienne de la valeur n'est intelligible dans sa genèse qu'en tenant compte de l'apport d'Auguste Walras, on peut s'interroger sur l'originalité de la forme mathématique de l'échange à laquelle s'identifie l'économie pure de Walras.

On se reportera à la huitième leçon (« Courbes d'utilité ou de besoin. Théorème de l'utilité maxima des marchandises ») des Éléments. Après avoir exposé que la courbe de demande d'une marchandise par un échangiste est fonction de son utilité, il y formule la loi de décroissance de l'utilité en fonction des quantités possédées : lorsque la quantité possédée augmente, les autres éléments restant inchangés, l'intensité du dernier besoin satisfait diminue. On reconnaît ici la théorie de l'utilité marginale qui fut pour la première fois exposée par Jevons, en 1871, dans sa Theory of Political Economy, mais aussi la « loi des plaisirs » énoncée en 1854 par Gossen, auquel Walras consacra un article en 1885 et dont il traduisit l'ouvrage essentiel Entwicklung der Gesetze des menschlichen Verkehrs. L'idée d'utilité marginale était donc combinée à la rareté qu'il alla jusqu'à définir comme l'intensité du dernier besoin satisfait, ce qui l'engagea dans une controverse avec F. Y. Edgeworth, lequel développa ses objections dans ses Mathematical Psychics (1881). Il apparaît alors que, solidaire du renversement de la conjoncture scientifique qui s'est opéré dans le domaine des sciences économiques vers 1870, l'ouvrage de Walras procède de ce courant de pensée qui, avec Jevons, Menger, Böhm-Bawerk, a visé à élaborer une nouvelle théorie psychologique de la valeur – théorie subjective fondée sur les désirs, les goûts des consommateurs, l'utilité marginale des choses et non plus leur utilité globale comme le voulait Condillac un siècle avant –, mais s'en sépare nettement par son objectif, qui est d'établir mathématiquement les conditions générales de l'équilibre économique. C'est sur ce point que son originalité éclate par rapport aux Recherches de Cournot, qui s'est plus spécialement intéressé aux cas du monopole et du duopole, sans que pour autant lui aient échappé les notions de concurrence (point de départ des Éléments), de solidarité des marchés et d'interdépendance des phénomènes. Si Walras tient en effet de ce dernier [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-V-Sorbonne, secrétaire général de L'Année sociologique

Classification

Autres références

«  WALRAS LÉON (1834-1910)  » est également traité dans :

ÉLÉMENTS D'ÉCONOMIE POLITIQUE PURE, Léon Walras - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 965 mots

Ouvrage fondateur avec ceux de Stanley Jevons (1871) et de Carl Menger (1871) de la révolution marginaliste en économie, les Éléments d'économie politique pure se distinguent par l'ambition de représenter les faits économiques comme un ensemble de relations interdépendantes. Léon Walras (183 […] Lire la suite

ARROW KENNETH JOSEPH (1921-2017)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 238 mots

Dans le chapitre « L'équilibre général walrasien »  : […] Kenneth Arrow s'intéresse ensuite à l'équilibre général des économistes néo-classiques. Au cours de ses études, il a étudié la théorie néo-classique dans les écrits d'Alfred Marshall. En effet, jusqu'aux années 1940, Léon Walras reste peu connu des Anglo-Saxons. C'est John Hicks qui l'introduit en Angleterre et aux États-Unis par le truchement de son livre Value and Capital , qui paraît en 1939. A […] Lire la suite

AUTRICHIENNE ÉCOLE, économie

  • Écrit par 
  • Pierre GARROUSTE
  •  • 1 603 mots

En 1871, la publication des Principles of Economics de Carl Menger inaugure ce qui va devenir un nouveau courant de la pensée économique : la tradition économique autrichienne. S'il est considéré, avec le Britannique Stanley Jevons et le Français Léon Walras, comme le co-inventeur du marginalisme, qui introduit le calcul à la marge pour déterminer le niveau optimal de la consommation ou de la […] Lire la suite

BOURSE - Microstructure des marchés financiers

  • Écrit par 
  • Laurence LESCOURRET, 
  • Séverine VANDELANOITE
  •  • 5 865 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Prendre en compte la spécificité des marchés boursiers »  : […] Si on se réfère à la théorie économique, le commissaire-priseur imaginé par Léon Walras fournit la modélisation la plus connue du processus de formation des prix sur les marchés . Le prix d'équilibre est celui qui, au terme d'une procédure de tâtonnement, égalise l'offre et la demande de biens ; les échanges ont lieu en une seule fois lors d’une transaction multilatérale à un prix unique ; les age […] Lire la suite

CONCURRENCE, économie

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 210 mots

Dans le chapitre « L'élaboration du modèle de concurrence parfaite »  : […] Ce modèle ne s'est pas construit en un jour. Son élaboration, au fil du temps, doit beaucoup à Anne Robert Jacques Turgot (1757), Adam Smith (1776) et David Ricardo (1817), qui vantèrent les avantages de la libre concurrence. Antoine Augustin Cournot (1838) opposa le concept de monopole à celui de « concurrence illimitée », avant que le modèle ne trouve une forme plus achevée chez Léon Walras (18 […] Lire la suite

COURNOT ANTOINE AUGUSTIN (1801-1877)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 3 258 mots

Dans le chapitre « La place fondatrice des mathématiques dans l'œuvre de Cournot »  : […] En saluant en Cournot le père de l'économie mathématique, Walras, dès 1873, a certes assuré à l'auteur des Recherches sur les principes mathématiques de la théorie des richesses une assez grande notoriété en économie politique, mais il a contribué à dissocier les études économiques entreprises par Cournot de la philosophie mathématique qui les sous-tend. Si intéressante, en effet, et si importan […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

Dans le chapitre « La théorie »  : […] La pureté qui est ici en cause, c'est la rationalité, l'essence des choses étudiées. On a déjà évoqué Léon Walras, l'auteur des Éléments d'économie pure (1871) ; il eut, après Cournot (1838), l'intuition que le langage mathématique était, par sa rigueur, apte à exprimer le problème économique. Ce point de vue fut amélioré encore par le successeur de Walras à l'université de Lausanne, l'Italien Vi […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Une science trop humaine ?

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 4 849 mots

Dans le chapitre « Économie et idéologie »  : […] Le désir de prouver que la science économique serait différente des autres sciences humaines et sociales, parce qu'elle peut être mise sous forme mathématique conduit aussi à des aberrations. C'est ainsi que la théorie actuellement dominante sur la formation des prix a été à l'origine proposée dans les années 1870 par Léon Walras, qui cherchait surtout à déterminer des prix qui soient, selon lui, […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 5 519 mots

Dans le chapitre «  L'éclosion des chaires d'économie »  : […] L'année 1871 va marquer une rupture. À trois titres. En Angleterre, William Stanley Jevons publie sa Théorie de l'économie politique, où l'essentiel de son propos est assis sur des raisonnements mathématiques. Depuis un an, un Français, Léon Walras, enseigne à Lausanne une économie dont il a trouvé la substance dans les écrits d'Antoine Augustin Cournot, un ancien ami de son père qui a utilisé l […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 720 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La révolution marginaliste »  : […] Parallèlement, en Angleterre avec Stanley Jevons (1871, Théorie de l'économie politique ), en Autriche avec Carl Menger (1871, Grundzätze der Volkswirtschaftslehre [ Principes d'économie politique ]) et en France avec Léon Walras (1874, Éléments d'économie politique pure ), on assiste à une révolution dans l'analyse de la valeur. L'utilité marginale du bien, c'est-à-dire l'utilité de la derniè […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard VALADE, « WALRAS LÉON - (1834-1910) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-walras/