LÉON III L'ISAURIEN (675 env.-741) empereur d'Orient (717-741)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Empereur d'Orient (717-741) né vers 675 à Germanicie (auj. Maraş, Turquie) dans la Commagène (Syrie), mort le 18 juin 741 à Constantinople.

Né en Syrie, le jeune Léon suit ses parents à Mésembrie, en Thrace. L'empereur Justinien II l'élève à un rang prestigieux pour l'avoir aidé à retrouver son trône en 705. Mais il se méfie bientôt de lui et l'envoie lutter contre les Alains à la frontière orientale de l'empire. De retour au pays, Léon est nommé stratège du thème des Anatoliques (le plus grand d'Asie Mineure) par le nouvel empereur Anastase II (713-715). Suite à une révolte militaire, Anastase est déposé et remplacé par Théodose III (715-717). Léon, allié à Artavasde, stratège du thème des Arméniaques (le deuxième plus grand d'Asie Mineure), refuse de reconnaître le nouvel empereur et défend la cause d'Anastase. Il fait croire aux Arabes qui ont envahi l'Asie Mineure qu'il va soumettre l'empire à leur cause, s'attirant leur sympathie et leur soutien pour tenter de s'emparer du trône. Après les avoir persuadés d'épargner le territoire byzantin, il marche sur Constantinople. Théodose III a déjà abdiqué et Léon III est nommé empereur le 25 mars 717, fondant ainsi la dynastie isaurienne.

Il prépare aussitôt la défense de Constantinople contre les Arabes. Furieux d'avoir été dupés, ces derniers assiègent la ville du 15 août 717 au 15 août 718. La défense habile de Léon III, qui met à profit le feu grégeois, un hiver rude et des désertions dans la flotte musulmane, ainsi que l'attaque des Bulgares contre les Arabes parvenus en Thrace obligent l'envahisseur à lever le siège. La victoire de Léon III marque ainsi un frein à l'expansion musulmane. Léon III consolide son autorité en écrasant une rébellion en Sicile et un complot visant à rétablir Anastase II. Il noue alors une alliance avec Artavasde en lui donnant en mariage sa fille Anne. Il associe également son fils Constantin au pouvoir dès 720. Fin diplomate, Léon [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  LÉON III L'ISAURIEN (675 env.-741) empereur d'Orient (717-741)  » est également traité dans :

BYZANCE - L'Empire byzantin

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 13 290 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Conséquences de la perte de Ravenne »  : […] Le fils de Léon III, Constantin V, profita du déclin des Omeyyades, que les Abbassides devaient détrôner en 750, pour prendre l'offensive en Arménie, en Mésopotamie et en Syrie, tout en réussissant à tenir en respect les Bulgares. Mais, ainsi engagé en Orient, il ne put empêcher l'exarchat de Ravenne de tomber aux mains des Lombards. La perte de ce petit territoire lointain eut une très grave con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-l-empire-byzantin/#i_1542

ICONOCLASME

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 1 619 mots

Dans le chapitre « L'apogée de l'iconoclasme : les Isauriens »  : […] Vers 725 l'empereur byzantin Léon III, avec quelques évêques d'Asie Mineure, amorce une propagande contre l'icône, surtout celle du Christ. Bientôt les images sont proscrites par un édit désavoué par le patriarche Germain, qui abdique, et réprouvé tant à Rome par les papes Grégoire II et Grégoire III qu'à Jérusalem par le moine Jean de Damas. Les origines et l'application de l'édit restent énigmat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iconoclasme/#i_1542

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 225 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « De la possibilité de représenter le divin  »  : […] La division entre Occident et Orient dans le monde chrétien s'est établie, pour une part importante, à partir de la question de l'image, en premier lieu de l'image du Fils de Dieu. Issu du judaïsme pour lequel toute image est interdite, parce que susceptible de provoquer l'idolâtrie, mais évoluant dans le monde gréco-romain où il y a une profusion de représentations de dieux et de demi-dieux, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesus-jesus-christ/#i_1542

QUERELLE DES IMAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 208 mots

En 726, l'empereur Léon III détruit une image (icône) du Christ très vénérée qui se trouve au-dessus de la Chalkê, la porte de bronze de son palais à Constantinople. C'est le premier épisode de la crise iconoclaste, d'une politique impériale de destruction des images sacrées, confirmée par un édit en 730. Plutôt que l'influence de l'islam tout proche ou un geste antireligieux, il faut y voir la vo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/querelle-des-images/#i_1542

Pour citer l’article

Walter Emil KAEGI Jr., « LÉON III L'ISAURIEN (675 env.-741) empereur d'Orient (717-741) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-iii-l-isaurien/