LÉON III saint (750-816) pape (795-816)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Romain de naissance, Léon III accéda au trône pontifical malgré l'opposition de la famille de son prédécesseur, Adrien Ier (772-795), et nonobstant une vie personnelle critiquable. En butte aux attaques de ses ennemis et accusé par eux de divers crimes, il franchit les Alpes pour obtenir l'assistance de Charlemagne. Celui-ci descendit en Italie, refusa de juger le pape — qui se justifia par un serment d'innocence — et reçut à cette occasion des mains du pontife la couronne impériale, le jour de Noël de l'an 800. Léon III fut ainsi directement associé à cet événement considérable, qui lia pour longtemps l'Église et l'Empire.

Par la suite, il entretint de fort bonnes relations avec Charlemagne et eut à son égard une attitude déférente et soumise, encore qu'il n'acceptât pas de suivre l'empereur dans sa position hostile à l'Orient concernant la doctrine de la procession du Saint-Esprit (querelle du Filioque). Il fit accomplir de nombreux travaux à Rome et embellit notamment la Confession de saint Pierre. À la mort de l'empereur, les ennemis du pape s'agitèrent à nouveau dans la ville et lui reprochèrent divers méfaits. Il s'en justifia auprès du jeune roi d'Italie, Bernard, délégué par Louis le Pieux. C'est seulement en 1673 que la congrégation des Rites, à la suite d'une confusion, semble-t-il, inscrivit le pape Léon III dans le calendrier des saints.

—  Marcel PACAUT

Écrit par :

  • : professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université de Lyon-II-Lumière

Classification


Autres références

«  LÉON III saint (750-816) pape (795-816)  » est également traité dans :

CHARLEMAGNE (742-814)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 4 704 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'empereur »  : […] Maître d'un royaume singulièrement « dilaté », protecteur de l'Église et du peuple chrétien qui avait trouvé son unité spirituelle sous sa conduite, Charlemagne jouissait d'une autorité immense. Il l'accrut encore, comme l'écrit Eginhard, « en se conciliant l'amitié de plusieurs rois et de plusieurs peuples ». Des relations étroites se nouèrent entre l'Église franque et l'Église anglo-saxonne. Ave […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charlemagne/#i_3626

COURONNEMENT IMPÉRIAL DE CHARLEMAGNE

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 212 mots

Le couronnement de Charlemagne consacre le rôle européen du monarque. Sacré roi des Francs en 754, à l'initiative de son père, Pépin III dit le Bref, et en même temps que lui, Charles accède au trône en 768 ; il le partage avec son frère Carloman jusqu'à la mort de celui-ci, en 771. Charles se lance alors dans une série de campagnes militaires qui lui permettent de se faire proclamer roi des Lomba […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couronnement-imperial-de-charlemagne/#i_3626

Pour citer l’article

Marcel PACAUT, « LÉON III saint (750-816) - pape (795-816) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-iii/