CHARPENTIER MARC ANTOINE (1643-1704)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des compositeurs français les plus prestigieux du xviie siècle, Marc Antoine Charpentier, surnommé « le phénix de France » par ses contemporains, est, avec Michel Richard Delalande, le plus grand maître de la musique sacrée, notamment dans le petit motet tel qu'il s'épanouit avant 1700. La richesse de son écriture est sans égale : « du strict point de vue musical, Charpentier est incontestablement très supérieur à Lully : son style est plus riche, plus divers, plus subtil, plus substantiel ; son langage harmonique est beaucoup plus poussé, plus raffiné, plus coloré ; son esthétique est d'une essence plus rare et a de plus nobles ambitions, des visées d'une plus haute spiritualité. Sur le plan du théâtre – habileté scénique et pénétration psychologique –, Charpentier est le seul à s'opposer à Lully, à atteindre la maîtrise, sans se soumettre à la tyrannie du dictateur lyrique » (R. Bernard).

Un grand musicien, malgré Lully

Né et mort à Paris, Charpentier partit vers l'âge de quinze ans pour l'Italie, attiré par l'étude de la peinture ; il y eut des peintres dans sa famille : un Nicolas Charpentier fut peintre du roi et mourut en 1663. On sait que Marc Antoine était à Rome en 1650. Il fréquenta le Collegium Germanicum et prisa fort Monteverdi, Victoria et Carissimi ; pendant trois ans, il fut l'élève de ce dernier, qui lui apprit le contrepoint, la polyphonie, le dialogue à deux chœurs, le style et la forme des histoires sacrées (dont Carissimi était le créateur). De retour à Paris en 1662, Charpentier fréquente les milieux italianisants de la capitale, qui se rencontraient à Saint-André-des-Arts chez l'abbé Mathieu. C'est là qu'il eut sans doute loisir de diffuser les œuvres de son maître. En 1672, Molière, fâché avec Lully, choisit Charpentier comme musicien (Le Malade imaginaire, Le Mariage forcé, La Comtesse d'Escarbagnas), ce qui entraîna le courroux de Lully. Charpentier collabore jusqu'en 1685 au Théâtre-Français (notamment avec Polyeucte, Médée et Andromède de Pierre Corneille,

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  CHARPENTIER MARC ANTOINE (1643-1704)  » est également traité dans :

CHRISTIE WILLIAM (1944-    )

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 2 311 mots

Dans le chapitre « Du miracle d'« Atys » à Mozart »  : […] apte à aborder un répertoire délicat et difficile. Le divertissement de Marc-Antoine Charpentier qui porte ce titre est donné à l'Opéra royal de Versailles en 1982, dans une mise en scène de Jorge Lavelli. En 1983, année du tricentenaire de la naissance de Jean-Philippe Rameau, William Christie enregistre l'intégrale de l'œuvre pour clavecin de ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-christie/#i_22256

MOTET

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 3 062 mots

Dans le chapitre « Le motet classique »  : […] qui, imprimés en 1693 et dédiés au roi, contribuent à accentuer l'influence italienne sur la musique française. Marc Antoine Charpentier, maître de musique des Jésuites, qui avait été l'élève à Rome de Carissimi, compose plus de cent motets, dont l'écriture dense, rehaussée des combinaisons instrumentales les plus variées, ne laisse pas de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/motet/#i_22256

OPÉRA - Histoire, de Peri à Puccini

  • Écrit par 
  • Jean-Vincent RICHARD
  •  • 9 146 mots
  •  • 32 médias

Dans le chapitre « L'Italie à la conquête de l'Europe »  : […] Parmi les rivaux malheureux de Lully, il faut très certainement réserver une place à part à Marc-Antoine Charpentier (1634-1704), dont on a ressuscité en 1981, à Lyon, le chef-d'œuvre, David et Jonathas (1688) ; cet ancien élève de Giacomo Carissimi à Rome démontre là qu'on peut respecter la tradition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-histoire-de-peri-a-puccini/#i_22256

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « CHARPENTIER MARC ANTOINE - (1643-1704) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marc-antoine-charpentier/