DIVERTISSEMENT DE COUR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'origine, la fête de cour mêle des éléments religieux, aristocratiques et populaires. Elle a pour principale fonction de célébrer la continuité d'une société et du pouvoir qui la régit. Chacun, en principe, y a sa place, mais le personnage central en est le prince. La fête de cour a évolué à partir de la société féodale jusqu'à la monarchie absolue. Elle est un spectacle complet qui doit donner une image cohérente du monde. Le divertissement à la cour de Versailles traduira un divorce entre la cour et la ville. Pourtant, la fête publique et la fête de palais sont complémentaires. La présence du théâtre se manifeste lors de l'entrée des souverains dans les villes : les spectacles de rue des corps de métier accompagnent les tableaux vivants à inspiration biblique. Bientôt le tournoi met l'accent sur l'élément romanesque. Les jeux s'accompagnent de fêtes de palais. Les spectacles peuvent durer plusieurs jours, et chaque soir a ses réjouissances différentes. Peu à peu la fantaisie et l'imagination donnent naissance à de véritables intrigues où l'aventure romanesque et la démarche politique sont mêlées. Ainsi en 1549, pour la réception à Binche par la régente Marie de Hongrie du prince Philippe d'Espagne, héritier des provinces des Pays-Bas. La cour de Bourgogne, vers la fin du Moyen Âge, avait été le premier foyer de ces fêtes de cour. Des équipes d'artistes et de techniciens ont mis tout leur talent dans les travaux éphémères qui, dans l'univers de la cour, firent la renommée de la fête baroque. La vie doit être fête et fête la vie, et c'est par la fête que la société paraît ce qu'elle voudrait être. De la musique partout, des masques, des images et de la lumière. La mise en scène des péripéties de l'action mêle un divertissement chorégraphique, un combat similé, un banquet somptueux. La mythologie et l'aventure sont les deux thèmes principaux. Quand le carrousel remplace le combat, le divertissement de cour réalise une union des arts : jeux guerriers et jeux de palais. Les lieux scéniques sont très variés et acteurs et spectateurs mêlés passent très naturellement des uns aux autres. Sur le thème de la délivrance d'un chevalier prisonnier d'une fée, on utilise un cortège de chars mythologiques, puis l'assaut est donné au palais avec des divertissements chorégraphiques ; ces chars sont en même temps des éléments de décor mobiles. Le divertissement évolue ensuite vers la scène, avec des changements de décors spécialement préparés. On arrive alors à la forme la plus théâtralisée des divertissements de cour. Les premiers décors étaient simultanés à la manière de ceux du Moyen Âge, puis on représenta des suites de tableaux vivants dans un décor unique. L'Italie, qui avait une longue tradition de fêtes princières, a donné dès le début du xvie siècle l'exemple de comédies associées aux fêtes, mariages et carnavals. Bientôt les princes invitèrent des troupes de comédiens professionnels. Le divertissement de cour entraîne l'aménagement d'une salle particulière, et l'élément décoratif est lui-même un élément de la fête. L'invention technique de génie est alors le décor en perspective qui devient synonyme de « scène à l'italienne ». Très vite, l'élément romanesque envahit la comédie et la mythologie se révèle indispensable au cours des intermèdes entre les actes. Les machines à jouer se développent, la féerie l'emporte. La Renaissance va se trouver aspirée par la magie du théâtre et va abandonner la nature pour l'illusion absolue. Dans la première partie du xviie siècle, les intermèdes, masques et danses, tendent à former un spectacle à part sans jamais cesser d'être un élément du divertissement de cour. En même temps la scénographie à l'italienne s'impose par l'intermédiaire de ces divertissements. La danse a lieu en avant de la scène, de là elle se communique naturellement à la salle. La famille royale participe à ce divertissement dans un souci de théâtraliser le culte du monarque. En 1641, le « ballet de la prospérité des âmes de la France » se termine par un tableau où l'on voit apparaître le roi et la reine sur leur trône. Ce divertissement à l'italienne i [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification

Autres références

«  DIVERTISSEMENT DE COUR  » est également traité dans :

ENTREMETS BOURGUIGNONS, divertissement

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 60 mots

À la cour des ducs de Bourgogne principalement, des rois de France ensuite, aux xiv e et xv e siècles, divertissement musical ou chorégraphique sous forme de pantomime dramatique ; il comportait une ou plusieurs entrées (chœurs, danses ou orchestre), que l'on exécutait au cours d'un banquet pour en rehausser le faste. […] Lire la suite

ÉPHÉMÈRE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 5 978 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Divertissements privés »  : […] Au xv e  siècle déjà, et de plus en plus par la suite, l'événement politique fournit l'occasion de prolonger la fête publique par une fête privée, dans un lieu réservé au prince et à sa cour. La pratique déjà ancienne de transformer une portion de rue devant le palais en lice pour les tournois est renouvelée à Paris en 1549 et 1559 par l'intervention de Philibert de L'Orme. Celui-ci imagine, pour […] Lire la suite

FRANCKEN FRANS II, dit LE JEUNE (1581-1642)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 464 mots
  •  • 1 média

Le plus grand des Francken, Frans II ou le Jeune, fils de Frans I, neveu de Hieronymus et d'Ambrosius I, se partagea entre la grande peinture d'autel et le petit tableau de cabinet (souvent peint sur bois ou sur cuivre). Jusqu'en 1616 au moins, il signe généralement De Jon F. Franck (De Jonge signifie le jeune) pour se distinguer de son père, qui signe alors De Oude F. Francken et dans l'atelier d […] Lire la suite

JONES INIGO (1573-1652)

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 732 mots
  •  • 1 média

Après le règne d'Élisabeth, les Stuart ramenèrent leur pays dans le grand courant de la culture européenne, et le premier quart du xvii e siècle vit mûrir en Angleterre un art de cour à la fois puissant et raffiné où l'on reconnaît les dernières manifestations de la Renaissance. Un artiste au génie protéiforme résume cette époque : Inigo Jones. Premier architecte, au sens moderne du mot, en Angle […] Lire la suite

LULLY JEAN-BAPTISTE

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 2 204 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un génie novateur »  : […] Lully a opéré une sorte de synthèse entre les différents genres pratiqués en France – ballet de cour, tragédie, tragédie en musique (ce genre mixte où une musique de scène complète le spectacle), pastorale (le genre à la mode au milieu du siècle), comédie même –, avec un apport non négligeable venu des opéras italiens donnés en France grâce à Mazarin : l' Orfeo de Luigi Rossi, représenté en 1647, […] Lire la suite

MOMERIE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 57 mots

Espèce de divertissement dansé qui fut en vogue à la fin du xvi e  et au commencement du xvii e  siècle, et qui tenait et de la boutade, par son caractère d'improvisation, et de la mascarade, en raison du côté satirique et burlesque des personnages masqués. La momerie disparut devant le ballet de cour. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Armel MARIN, « DIVERTISSEMENT DE COUR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/divertissement-de-cour/