LANGAGE (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les fonctions du langage

À ces deux dimensions (signe et sens) du langage, la linguistique du xxe siècle va ajouter une nouvelle complexité en mettant en évidence la pluralité des fonctions du langage, ou plus précisément de la communication. On doit à Roman Jakobson (1896-1982) la théorie la plus satisfaisante sur ce plan. Dans ses différents ouvrages, il part des fonctions qui sont les plus manifestes : le langage suppose un émetteur, un message et un récepteur. Quand c’est le message qui est privilégié, nous sommes dans la fonction poétique de la communication (par exemple lorsque le plus important est la beauté ou l’harmonie des mots). Quand c’est l’émetteur qui est central, nous sommes dans la fonction émotive ou expressive : celui qui parle attire l’attention sur ce qu’il ressent quand il parle. Et quand c’est le récepteur qui est essentiel, nous sommes dans la fonction conative, l’émetteur cherchant à obtenir un effet perceptible sur le récepteur (par exemple, l’obéissance à un ordre).

Mais trois autres notions doivent encore être distinguées, qui portent à six le nombre d’éléments définissant une situation de communication :

– Il est nécessaire qu’il existe un code qui soit compris par les deux interlocuteurs. Lorsque l’accent est mis sur ce code, nous nous trouvons dans la fonction métalinguistique (par exemple, quand nous définissons un mot que nous venons d’utiliser).

– L’échange ne peut aboutir sans le contact : il s’agit alors de la fonction phatique (par exemple les petites expressions par lesquelles nous vérifions que notre interlocuteur est bien à notre écoute).

– Enfin, ce que Jakobson nomme « contexte » ou « référent » est ce sur quoi porte l’énonciation. Lorsque ce dernier élément est primordial, nous sommes dans la fonction référentielle ou cognitive, le plus important étant alors ce sur quoi porte le message et ce qu’il nous apprend sur la chose parlée.

Un intérêt philosophique majeur de ces fonctions est de nous permettre de mettre en lumière des approches insuffisantes, voire mutilantes, de la notion de l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « LANGAGE (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/langage-notions-de-base/