LANGAGE (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’énigme de l’origine des langues

La thèse de l’arbitraire du signe va néanmoins soulever une difficulté entrevue par Platon. Si aucun lien logique n’unit le mot à la chose, il a fallu des conventions entre les membres des différentes sociétés pour s’accorder sur le langage. Nous abordons ici la question insoluble de l’origine des langues. Car, s’il a fallu des conventions, comment les hommes ont-ils pu contracter les uns avec les autres pour les établir, pour décider d’un langage commun avant même d’en disposer ? Rousseau exprime explicitement cette difficulté dans son Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (1755) : « La parole paraît avoir été fort nécessaire pour établir l’usage de la parole. » Sommes-nous devant une impasse ? Peut-être pas. Le même Rousseau, dans un ouvrage entièrement consacré au langage, l’Essai sur l’origine des langues (publication posthume de 1781), construit un compromis acceptable entre la thèse de l’arbitraire du signe et celle de la naturalité du langage. « Des cris inarticulés, beaucoup de gestes, et quelques bruits imitatifs durent composer pendant longtemps la langue universelle », écrit-il. Si nos langues portent si peu la trace de cette origine, c’est parce qu’un « espace immense » sépare cette origine très lointaine de la période historique où des groupes séparés ont disposé de langues distinctes

Saussure, quant à lui, demandera aux linguistes de renoncer à aborder la question de l’origine, se contentant d’affirmer que la langue n’a rien d’un contrat : « Si l’on veut démontrer que la loi admise dans une collectivité est une chose que l’on subit, et non une règle librement consentie, c’est bien la langue qui en offre la preuve la plus éclatante », écrit-il.

Mais n’y a-t-il pas une contradiction chez Saussure et tous les linguistes sur ce point ? Si la langue était réellement un « système », aucune place ne serait laissée à l’initiative des locuteurs. Or l’expressivité du langage poétique est l’exemple même d’une pensée créa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « LANGAGE (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/langage-notions-de-base/