LANDTAG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On appelle Landtag une assemblée réunissant des ordres (ou états) dans les collectivités territoriales allemandes à la fin du Moyen Âge. Les Landtage sont issus dans certains territoires de la volonté des princes, dans d'autres de l'initiative des ordres eux-mêmes ; leur composition, leur compétence, la procédure de leurs délibérations, calquée sur celle des Reichstage, présentent de grandes ressemblances. Ils sont divisées en collèges, dont les deux plus importants sont ceux des chevaliers et des villes. L'essentiel de leur pouvoir réside dans le consentement à l'impôt. L'évolution vers l'absolutisme des États territoriaux allemands contribue à affaiblir le pouvoir des Landstände et à marginaliser celui des Landtage (xviie s.).

Après les guerres napoléoniennes et les bouleversements dus à la révolution de 1848, les princes ou les rois octroient des Constitutions qui prévoient l'installation de Landtage avec une ou deux chambres. En Prusse, à côté de la Chambre des seigneurs, la Chambre des députés est élue selon le système censitaire des trois classes, qui ne disparaît qu'en 1918. Sous le IIe Reich (1871-1918), l'évolution démocratique conduit les États du Sud à adopter le suffrage universel pour les Chambres basses de leurs Landtage. Sous la république de Weimar, la plupart des États, désormais appelés Länder, adoptent des constitutions qui prévoient un système parlementaire à Chambre unique, où le Landtag est élu au suffrage universel. Seule la Prusse, avec le Staatsrat, maintient une Chambre haute constituée de représentants des provinces. Hitler supprime les Landtage en 1933.

Après la Seconde Guerre mondiale, et surtout pendant la période 1945-1949, les Landtage sont au cœur du renouveau démocratique allemand. À l'Ouest, ils contribuent pour une bonne part à l'élaboration et à l'adoption de la Loi fondamentale (constitution) qui crée la république fédérale d'Allemagne. À l'Est, dans la zone d'occupation soviétique puis dans la République démocratiqu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LANDTAG  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « La vie politique »  : […] Allogènes refusant de se considérer comme Allemands, Allemands mécontents ou inquiets de la fondation du II e  Reich ne constituent, malgré tout, qu'une minorité. La grande masse des Allemands est satisfaite et fière de l'œuvre accomplie en 1871. Comment envisagent-ils son avenir ? Sans attacher trop d'importance aux partis politiques et aux « fractions » (groupes parlementaires) qui les représent […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le régime parlementaire »  : […] Le Parlement autrichien se compose de deux Chambres, le Conseil national ( Nationalrat ), élu au suffrage universel direct, et le Conseil fédéral ( Bundesrat ), représentant les neuf provinces fédérales ( Bundesländer ). Le Conseil national compte 183 députés et le Conseil fédéral 58 représentants ; une législature du Conseil national, d’une durée de quatre ans jusqu’en 2008, est de cinq ans depu […] Lire la suite

PRUSSE

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 8 224 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les événements de 1848 »  : […] Le règne de Frédéric-Guillaume IV (1840-1861) semble accumuler les échecs et les projets avortés. Pourtant il a, en un certain sens, servi la cause de l'unité allemande en déblayant le terrain et en éliminant telle ou telle solution qu'on avait cru pouvoir adopter. Dès le début, le nouveau roi se pose en partisan de la liberté et de l'unité allemande. Mais quelle liberté et quelle Allemagne ? Le […] Lire la suite

Les derniers événements

Allemagne. Élections régionales au Brandebourg et au Schleswig-Holstein. 27 septembre 2009

respectivement), tandis que les libéraux du F.D.P. réalisent un score historique (15,2 p. 100 des voix), tout comme les Verts (12,1 p. 100). Die Linke, avec 6,6 p. 100 des voix, fait son entrée au Landtag, ainsi que l'Association des électeurs du Schleswig-Sud, parti régional de la minorité danoise, qui obtient 4 p. 100 des voix. […] Lire la suite

Allemagne. Victoire des chrétiens-démocrates lors de scrutins régionaux. 2 février 2003

Le Parti chrétien-démocrate remporte largement les élections régionales en Hesse, dont il contrôlait déjà le Landtag, et en Basse-Saxe, Land d'origine du chancelier Gerhard Schröder, qui change de majorité. Roland Koch restera ministre-président de Hesse, et Christian Wulff le deviendra en Basse […] Lire la suite

Allemagne. Victoire de l'opposition sociale-démocrate aux élections législatives. 13-27 septembre 1998

Le 13, lors des élections régionales en Bavière, l'Union chrétienne sociale (C.S.U.) du ministre-président Edmund Stoiber, alliée au niveau fédéral à l'Union chrétienne démocrate (C.D.U.) du chancelier Helmut Kohl, remporte 52,9 p. 100 des suffrages, confortant sa majorité absolue au Landtag […] Lire la suite

République fédérale d'Allemagne. Victoire des sociaux-démocrates aux élections du Schleswig-Holstein. 8 mai 1988

Le 8, aux élections du Land du Schleswig-Holstein, les chrétiens-démocrates (C.D.U.), qui y détenaient le pouvoir depuis 1950, passent de 42,6 p. 100 à 33,3 p. 100 des voix, tandis que les sociaux-démocrates (S.P.D.), menés par Björn Engholm, obtiennent, avec 54,8 p. 100 des voix (+ 9,6 p. 100), 46 des 74 sièges du Landtag. Ces importantes variations sont dues au scandale de l'affaire Barschel, en octobre 1987. […] Lire la suite

République fédérale d'Allemagne. Remplacement du chancelier Helmut Schmidt par Helmut Kohl. 1er septembre - 1er octobre 1982

voix sur 230, Helmut Kohl comme candidat à la chancellerie. Le 26, se déroulent les élections régionales du Land de Hesse. Les libéraux y subissent une sévère défaite puisque, avec 3,1 p. 100 des voix, ils ne franchissent pas la barre des 5 p. 100 qui leur permettrait d'être représentés au Landtag […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri MÉNUDIER, « LANDTAG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/landtag/