Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

L'HOMME MOÏSE ET LA RELIGION MONOTHÉISTE, Sigmund Freud Fiche de lecture

Portée de l'œuvre

L'Homme Moïse... n'est pas seulement la construction d'une préhistoire effacée, mais aussi l'analyse des motifs de sa falsification et du procès d'écriture (effacements, substitutions et déplacements de lettres) par lequel fut fixée la légende de Moïse ; enfin Freud y donne à lire l'histoire, entre Vienne et Londres, de son propre travail d'écriture dont il n'a pas voulu effacer les traces dans ces années 1934-1939 où le destin du peuple juif, le destin de la psychanalyse et le destin de L'Homme Moïse... furent intimement mêlés.

Ce livre a suscité des interprétations et commentaires multiples, parfois violents et extravagants. Trois orientations se dessinent : des ouvrages plutôt écrits dans une perspective historienne (Yosef Hayim Yerushalmi ; Jan Assmann), des interprétations portant plutôt sur la personne de Freud (Marthe Robert ; Ilse Grubrich-Simitis), enfin des travaux portant plutôt sur la question de l'écriture, de la trace, de l'archive (Michel de Certeau ; Jacques Derrida ; Brigitte Lemérer, François Balmès et Solal Rabinovitch).

— Brigitte LEMÉRER

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

L'exil de Freud

L'exil de Freud

Autres références

  • AGRESSIVITÉ

    • Écrit par Pierre KAUFMANN
    • 3 103 mots
    ...convergence. Totem et tabou dérive du partage du narcissisme absolu du chef de horde l'identité collective et l'identité individuelle. Dans la version que donne Moïse et le monothéisme de cet événement inaugural, transparaît la fonction de ces composantes : le narcissisme absolu du chef...
  • CULPABILITÉ

    • Écrit par Charles BALADIER
    • 9 684 mots
    • 1 média
    ...signifiante), de l'éviction de ce père omnipotent et, enfin, de l'apparition d'une angoisse collective de culpabilité. Comme l'a mis en évidence Pierre Kaufmann, l'originalité de Freud, dans Totem et tabou, et plus nettement encore dans Moïse et le monothéisme, est d'avoir vu dans l'appropriation narcissique...
  • CULTURE - Culture et civilisation

    • Écrit par Pierre KAUFMANN
    • 14 361 mots
    • 2 médias
    Ainsi retrouvons-nous, généralisée, l'hypothèse avancée par Freud, touchant le narcissisme du langage naissant : « Chez nos enfants et chez les adultes névrosés, comme chez les primitifs, écrivait-il dans Moïse et le monothéisme, nous retrouvons le phénomène mental que nous avons appelé...
  • FREUD SIGMUND (1856-1939)

    • Écrit par Jacques LE RIDER, Marthe ROBERT
    • 16 152 mots
    • 3 médias
    ...choses, et non plus leurs qualités empiriques ou les repères visibles du temps. Mais Freud n'en continua pas moins à enraciner l'homme dans le passé, et dans les deux livres qui prolongent le plus directement son ouvrage fondamental : Totem et tabou et Moïse et le monothéisme, il conçoit le drame « œdipien...
  • Afficher les 7 références

Voir aussi