Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

METTERNICH KLEMENS VON (1773-1859)

Lutte contre la révolution sociale

L'œuvre de Metternich fut donc essentiellement orientée vers la politique extérieure, tandis qu'il maintenait à l'intérieur de l'Autriche le système existant, car il le jugeait satisfaisant ; d'ailleurs, l'administration des différents pays ne l'intéressait guère. Un diplomate français notait en 1817 : « Ce pays-ci se soutient par sa propre masse, mais le gouvernement n'a aucune action et on ne le retrouve nulle part [...]. Il n'y a ici ni volonté ni autorité, chacun fait à peu près ce qu'il veut et ce sont les sous-ordres qui sont les maîtres. Le prince de Metternich n'exerce aucune influence sur ce qui n'est pas de son ressort. »

Si le gouvernement de Vienne respectait les constitutions traditionnelles, c'est aussi parce qu'elles laissaient le pouvoir à la noblesse et que Metternich était convaincu de la nécessité des corps intermédiaires. C'est pourquoi les diètes étaient régulièrement convoquées, quitte à ce que le pouvoir central y pratiquât l'obstruction systématique lorsqu'elles réclamaient, comme la diète hongroise après 1832, des réformes profondes. Metternich voyait, en outre, dans le système confédéral la meilleure garantie contre les revendications de certaines nationalités, dans la mesure où l'on pouvait jouer les Tchèques contre les Hongrois, les Allemands contre les Italiens, en vertu du vieux principe divide et impera, qui inspirait depuis plus d'un siècle la politique des nationalités de la Maison d'Autriche

Metternich n'a donc pas cherché à unifier ou à germaniser l'Empire d'Autriche. Il a laissé le pouvoir aux notables qui l'exerçaient depuis toujours et, accessoirement, à la bureaucratie qu'avait développée Joseph II. Et dans sa profonde indifférence, teintée de mépris pour les peuples qu'il dirigeait, il a écrit des lignes féroces tant sur les Viennois que sur les Tchèques ou les Hongrois, n'ayant pas su voir la montée des forces nouvelles dont l'explosion ébranla l'Autriche en 1848 : libéralisme bourgeois et revendications nationales.

Le système de Metternich reposait sur un certain nombre de forces sociales traditionnelles qui demeuraient prépondérantes en Europe centrale : l'aristocratie terrienne, les corporations urbaines, l'Église. Et le but essentiel du chancelier était d'empêcher la révolution sociale. Il écrivait, en 1832, au comte Apponyi : « Il n'existe en Europe qu'une seule affaire sérieuse et cette affaire, c'est la Révolution. » La mission de l'Autriche redevenue grande puissance et alliée à la Prusse et à la Russie était de garantir l'ordre, dans l'Europe restaurée, des traités de 1815. C'est pourquoi il imposa cette construction bizarre, tout au moins en apparence, qui faisait de l'Autriche une puissance prépondérante en Allemagne et en Italie, tandis qu'il tenait le plus possible son pays à l'écart des aventures balkaniques. Pourtant, en récupérant Venise et Milan et en imposant aux Italiens un régime tatillon et maladroit, il contribua largement à compromettre la réputation de l'Autriche.

En revanche, il imposa le système confédéral à l'Allemagne libérée de l'occupation napoléonienne dans l'intérêt même, croyait-il, du peuple allemand. Comme bien des hommes politiques viennois, il croyait à la vocation allemande de l'Autriche, sans trouver toutefois de solution pratique adéquate. Il est vrai que Metternich était, par principe, hostile à l'État nation et se satisfaisait d'une confédération d'États quasi souverains. Aussi porte-t-il une très large responsabilité dans la réorganisation de l'Allemagne qui prévalut en 1815 et qui nécessita de nombreux réajustements tout au long du siècle.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer cet article

Jean BÉRENGER. METTERNICH KLEMENS VON (1773-1859) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Klemens von Metternich, dessin - crédits : Courtesy of the Staatliche Kunstsammlungen, Dresde

Klemens von Metternich, dessin

Klemens von Metternich - crédits : Courtesy of the MET museum ; OA

Klemens von Metternich

Autres références

  • NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

    • Écrit par et
    • 8 337 mots
    • 18 médias
    ...déclarer qu'ils ne combattaient pas le peuple de France mais seulement Napoléon. En novembre 1813, ce dernier avait rejeté les conditions proposées par le ministre des Affaires étrangères autrichien, le prince Klemens de Metternich, conditions qui auraient préservé les frontières naturelles de la France....
  • NAPOLÉON II (1811-1832) duc de Reichstadt, roi de Rome

    • Écrit par
    • 556 mots

    La vie et la personnalité de Napoléon II, duc de Reichstadt, l'« Aiglon », fils de Napoléon, roi de Rome, prince de Parme, ont été tout à la fois obscurcies et embellies par la légende. Barthélemy et Méry créent en effet, sous la Restauration, un mythe bonapartiste : François...

  • SAINTE-ALLIANCE

    • Écrit par
    • 646 mots
    • 1 média

    Dans l'usage commun, l'expression désigne aujourd'hui le système de réaction et de répression établi par les grandes monarchies absolutistes d'Europe après 1815 : « la ligue des rois contre les peuples ». Cette image résulte de la superposition de trois entités historiquement sensiblement différentes....