METTERNICH KLEMENS VON (1773-1859)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'équilibre européen

Farouche partisan de l'équilibre européen, Metternich en fit l'autre principe fondamental des traités de Vienne ; c'est ainsi qu'il confirme le partage de la Pologne, pour empêcher la Russie de s'accroître trop vers l'ouest. Il considérait, d'autre part, que l'Autriche de 1815 avait atteint sa taille « optimale », et s'opposait à tout accroissement territorial. Une fois cette reconstruction terminée, il mit tout en œuvre pour la sauvegarder, ce qui explique sa participation à la Sainte-Alliance, encore qu'il ait été bien sceptique à l'égard des principes mystiques du tsar Alexandre ; ce qui explique aussi sa politique d'intervention contre les révolutions libérales, en Allemagne, en Italie ou en Espagne. Son système, basé sur l'idéologie conservatrice, reposait sur des congrès réunissant les grandes puissances d'alors (Prusse, Russie, Autriche, Grande-Bretagne, et, après 1818, la France), chaque congrès confiant, au besoin, une intervention armée à l'une d'entre elles.

C'est la révolution grecque qui marqua un tournant dans cette politique. Logique avec lui-même, Metternich refusa d'intervenir en faveur des insurgés hellènes, car il ne voyait pas la nécessité d'un État grec indépendant et comprenait très bien les difficultés qu'à longue échéance la Russie ne manquerait pas de susciter. L'intervention de la France et de la Grande-Bretagne, puis la révolution de 1830, mirent définitivement en sommeil son système de « concertation » et Metternich vit son champ d'action limité à l'Italie, tandis que la Prusse préparait l'avenir en créant, en Allemagne, une Union douanière ou Zollverein, à son profit. Les dirigeants anglais, qui s'étaient toujours montrés réservés, étaient franchement hostiles à la politique d'intervention et Metternich, s'il était plus que jamais le maître de l'Autriche, ne régentait plus l'Europe.

C'est l'aspect négatif de son œuvre. L'aspect positif fut le Congrès de Vienne qui, malgré de nombreuses injustices et de nombreuses erreurs, modela la [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  METTERNICH KLEMENS VON (1773-1859)  » est également traité dans :

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La chute et l'abdication »  : […] En janvier 1814, la France était attaquée sur toutes ses frontières. Les Alliés eurent l'intelligence de déclarer qu'ils ne combattaient pas le peuple de France mais seulement Napoléon. En novembre 1813, ce dernier avait rejeté les conditions proposées par le ministre des Affaires étrangères autrichien, le prince Klemens de Metternich, conditions qui auraient préservé les frontières naturelles de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_36910

NAPOLÉON II (1811-1832) duc de Reichstadt, roi de Rome

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 553 mots

La vie et la personnalité de Napoléon II, duc de Reichstadt, l'« Aiglon », fils de Napoléon, roi de Rome, prince de Parme, ont été tout à la fois obscurcies et embellies par la légende. Barthélemy et Méry créent en effet, sous la Restauration, un mythe bonapartiste : François Joseph Napoléon est « le fils de l'Homme » (c'est aussi le titre de leur ouvrage paru en 1829), tenu volontairement par son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ii/#i_36910

SAINTE-ALLIANCE

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 644 mots
  •  • 1 média

Dans l'usage commun, l'expression désigne aujourd'hui le système de réaction et de répression établi par les grandes monarchies absolutistes d'Europe après 1815 : « la ligue des rois contre les peuples ». Cette image résulte de la superposition de trois entités historiquement sensiblement différentes. 1. Le pacte primitif de la Sainte-Alliance, signé à Paris, le 26 septembre 1815, par les souverai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sainte-alliance/#i_36910

Pour citer l’article

Jean BÉRENGER, « METTERNICH KLEMENS VON - (1773-1859) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/klemens-von-metternich/