METTERNICH KLEMENS VON (1773-1859)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Metternich et Napoléon

Dès l'âge de trente ans, il est considéré comme l'un des meilleurs diplomates au service de l'Autriche, mais aussi comme l'un des adversaires acharnés de Napoléon, non par haine de la nation française, car Metternich n'est pas un sentimental et encore moins un nationaliste allemand, mais par conviction profonde ; selon lui, Napoléon incarne malgré tout l'idéal révolutionnaire et menace l'équilibre européen. Ministre d'Autriche à Berlin, c'est lui qui poussa la Prusse à rejoindre la troisième coalition ; c'est pourtant Napoléon lui-même qui, après la paix de Presbourg, le demanda comme ambassadeur d'Autriche à Paris.

À trente-trois ans, il recevait donc l'un des postes diplomatiques les plus importants pour l'Autriche ; du succès de sa mission dépendait la paix de l'Europe ; pour lui, comme pour son chef direct le chancelier Stadion, il s'agissait d'une trêve destinée à préparer la revanche de l'Autriche, ce qui ne l'empêchait pas de donner à sa mission un éclat qui préfigure les fastes dont brillera l'ambassade d'Autriche sous le second Empire. Tous ses rapports tendaient à déconseiller à son chef une rupture prématurée avec la France, car il considérait que l'armée française, même engagée en Espagne, était encore capable d'écraser l'armée autrichienne en six semaines.

Il ne voulait pas vraiment l'alliance française, il souhaitait seulement gagner du temps pour que son propre pays renforçât ses positions militaires, économiques et diplomatiques. Wagram devait lui donner raison et c'est lui que l'empereur François désigna, en octobre 1809, comme chancelier à la place de Stadion, dont l'œuvre avait été anéantie par l'entrée en guerre précipitée de l'Autriche.

Fidèle à la tactique définie à Paris, Metternich attendit l'été 1813 pour engager son pays contre la France et, pendant quatre ans, il poursuivit une politique de rapprochement avec Paris, négociant le mariage de l'archiduchesse Marie-Louise, envoyant même une armée en Russie sous les ordres du prince Schwarzenberg, dont le principal souci fut, il est vr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  METTERNICH KLEMENS VON (1773-1859)  » est également traité dans :

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La chute et l'abdication »  : […] En janvier 1814, la France était attaquée sur toutes ses frontières. Les Alliés eurent l'intelligence de déclarer qu'ils ne combattaient pas le peuple de France mais seulement Napoléon. En novembre 1813, ce dernier avait rejeté les conditions proposées par le ministre des Affaires étrangères autrichien, le prince Klemens de Metternich, conditions qui auraient préservé les frontières naturelles de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_36910

NAPOLÉON II (1811-1832) duc de Reichstadt, roi de Rome

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 553 mots

La vie et la personnalité de Napoléon II, duc de Reichstadt, l'« Aiglon », fils de Napoléon, roi de Rome, prince de Parme, ont été tout à la fois obscurcies et embellies par la légende. Barthélemy et Méry créent en effet, sous la Restauration, un mythe bonapartiste : François Joseph Napoléon est « le fils de l'Homme » (c'est aussi le titre de leur ouvrage paru en 1829), tenu volontairement par son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ii/#i_36910

SAINTE-ALLIANCE

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 644 mots
  •  • 1 média

Dans l'usage commun, l'expression désigne aujourd'hui le système de réaction et de répression établi par les grandes monarchies absolutistes d'Europe après 1815 : « la ligue des rois contre les peuples ». Cette image résulte de la superposition de trois entités historiquement sensiblement différentes. 1. Le pacte primitif de la Sainte-Alliance, signé à Paris, le 26 septembre 1815, par les souverai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sainte-alliance/#i_36910

Pour citer l’article

Jean BÉRENGER, « METTERNICH KLEMENS VON - (1773-1859) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/klemens-von-metternich/