Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

KIEV

Ukraine : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Ukraine : carte administrative

Capitale de l'Ukraine indépendante depuis 1991, Kiev (en ukrainien Kyiv) se situe dans le centre-nord rural du pays, près de la Biélorussie, aux confins des riches Terres noires céréalières, au sud, et des régions plus boisées et plus humides de la Polésie, au nord. La ville, qui fut longtemps l'une des portes d'entrée du monde slave oriental, a profité de la présence du Dniepr et de la confluence proche avec le Pripiat et la Desna. Pour ces raisons, elle constitue un lieu d'étape sur les itinéraires reliant la mer Baltique et la mer Noire, mais aussi la Russie et le reste de l'Europe. Une telle situation ne lui valut pas que des bonnes fortunes. Le site de la ville est également remarquable. Le centre s'est initialement développé sur les collines de la rive droite du Dniepr, puis l'agglomération s'est étalée des deux côtés du fleuve.

Les origines de la ville

Le site et la fondation

Les origines de Kiev sont très anciennes. Les vestiges archéologiques indiquent que la région est peuplée depuis le Paléolithique supérieur. Dès 3000 avant J.-C., puis à l'époque de la culture de Cucuteni-Tripolje (fin du Néolithique), des tribus pratiquant l'agriculture et l'élevage s'installent sur le site actuel de Kiev. Les fouilles révèlent encore nombre d'artefacts datant des Âges du cuivre, du bronze et du fer. Les tribus de la région commercent alors avec les peuples nomades des steppes du Sud (Scythes, Sarmates, puis Khazars) et les colonies grecques bordant la mer Noire.

La légende consignée dans Le Récit des temps passés (xiie s.) attribue la construction de la ville au prince des Poliane, Ki, aidé de ses deux frères. Telle serait l'origine du toponyme Kiev. La ville est aussi mentionnée par des historiens et des géographes byzantins, germains et arabes. L'archéologie a, pour sa part, montré que la fondation de Kiev remonte au vie ou au viie siècle.

La première capitale de la Russie kiévienne

Kiev (Ukraine) - crédits : Jerry Alexander/ Getty Images

Kiev (Ukraine)

Les Varègues s'emparent de Kiev au milieu du ixe siècle, puis forment une élite dirigeante avec les Slaves. Kiev connaît un essor rapide grâce à son emplacement favorable : un site défensif sur les hautes rives du Dniepr, au cœur d'une riche région agricole, entouré de villes slaves plus anciennes. Vers 882, le prince Oleg, déjà maître de Novgorod, s'empare de Kiev pour en faire la capitale du premier État slave oriental : la Russie kiévienne. La ville développe un commerce florissant le long du Dniepr, au sud vers Byzance et au nord vers la Baltique. Ses marchands se rendent même jusque sur les rives de la Caspienne et en Asie centrale.

En 988, l'introduction du christianisme à Kiev renforce son rôle de centre spirituel. La cathédrale Sainte-Sophie, la laure Kievo-Petchersk (monastère des Catacombes) et les ruines de la Porte d'or reflètent encore la splendeur de la ville à son apogée. Elle est alors réputée pour ses arts, les mosaïques et les fresques de ses églises et son excellente maîtrise du travail de l'argent. Figurant parmi les plus grandes villes d'Europe, Kiev noue des relations diplomatiques avec Byzance, l'Angleterre, la France ou encore la Suède. Selon certains voyageurs, elle compte déjà des dizaines de milliers d'habitants.

La ville est cependant affaiblie par plusieurs guerres contre les tribus nomades qui règnent sur les steppes du Sud (Khazars, Petchenègues, puis Polovtsy). Mais les luttes intestines incessantes entre les principautés de la Russie kiévienne font davantage de ravages encore. En 1169, le prince André Bogolioubski de Rostov-Souzdal s'empare ainsi de Kiev et la met à sac. La cité, dont le déclin commence à la fin du xiie siècle, ne résiste pas à la montée en puissance des Mongols au siècle suivant. En 1238, une armée conduite par Batu, petit-fils de Gengis khan, envahit la Russie kiévienne et, après[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences en géographie au collège universitaire et à l'école des études slaves et est-européennes de l'université de Londres (Royaume-Uni)
  • : maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Ukraine : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Ukraine : carte administrative

Kiev (Ukraine) - crédits : Jerry Alexander/ Getty Images

Kiev (Ukraine)

Manifestation à Kiev, février 2014
 - crédits : Alexey Furman/ EPA

Manifestation à Kiev, février 2014

Autres références

  • ANDRÉ BOGOLIOUBSKI (1111 env.-1174), grand-prince de Vladimir (1157-1174)

    • Écrit par Wladimir VODOFF
    • 423 mots

    Fils du prince Iouri (Georges) Dolgorouki et d'une princesse polovtsienne, André Bogolioubski est élevé dans la principauté de Rostov-Souzdal où règne son père. Contre son gré, il doit participer à des expéditions lointaines qui procurent à Iouri le titre de prince de Kiev. Mais, dès...

  • BABI YAR

    • Écrit par Michael BERENBAUM
    • 859 mots
    • 1 média

    Le grand ravin de Babi Yar, situé à la limite septentrionale de la ville de Kiev, en Ukraine, servit de charnier pour des victimes principalement juives que des groupes de S.S. allemands tuèrent entre 1941 et 1943. Après un premier massacre de Juifs à Babi Yar, le lieu continua de servir pour...

  • BIÉLORUSSIE

    • Écrit par Olga BELOVA, Universalis, Yann RICHARD
    • 10 818 mots
    • 5 médias
    ...n'est pas une création du xxe siècle. Son histoire est déjà ancienne. Les premières principautés locales apparurent au sein de la principauté de Kiev, à la fin du xe siècle, notamment autour de Polotsk. Dès cette époque, les villes de Pinsk, Slutsk et Turov, et dans une moindre mesure celle de...
  • CHRISTIANISATION DE L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE - (repères chronologiques)

    • Écrit par Vincent GOURDON
    • 311 mots

    Environ 800 Création de l'archevêché de Nin en Croatie.

    863 Cyrille et Méthode, missionnaires dépêchés par Byzance, sont reçus à la cour du roi des Moraves, Ratislav. Ils traduisent les Saintes Écritures en slavon.

    864 Baptême de Boris Ier, tsar de Bulgarie.

    869 Un an après la...

  • Afficher les 15 références

Voir aussi