BABI YAR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le grand ravin de Babi Yar, situé à la limite septentrionale de la ville de Kiev, en Ukraine, servit de charnier pour des victimes principalement juives que des groupes de S.S. allemands tuèrent entre 1941 et 1943. Après un premier massacre de Juifs à Babi Yar, le lieu continua de servir pour l'exécution de prisonniers de guerre soviétiques et de Roms, ainsi que de Juifs. Les Soviétiques parlèrent après la guerre de 100 000 morts. Mais on ne connaîtra probablement jamais le nombre réel de victimes. Babi Yar symbolise la première étape des exécutions qui marquèrent la Shoah et des massacres perpétrés par les Einsatzgruppen (terme allemand désignant des « groupes d'intervention ») – unités mobiles chargées d'exécuter les victimes.

L'armée allemande prit le contrôle de Kiev le 19 septembre 1941. Un peu auparavant, la même année, Adolf Hitler avait donné l'ordre que des groupes spéciaux de S.S. suivent l'armée régulière dans son avancée en Union soviétique et exterminent tous les Juifs et les cadres soviétiques. En outre, quelques jours après la chute de Kiev, une explosion ébranla le poste de commandement allemand qui se trouvait dans la ville, provoquant la mort de nombreux soldats ; les nazis ripostèrent en menant des opérations d'une violence accrue contre les Juifs, qu'ils accusèrent à tort d'avoir provoqué l'explosion. Lorsque les troupes de S.S. entrèrent dans la ville, les Juifs de Kiev furent désignés pour être éliminés. Les 29 et 30 septembre, en l'espace de trente-six heures, les Allemands firent marcher quelque 34 000 Juifs jusqu'à la périphérie de la ville, en petits groupes, complètement dévêtus, et les firent tomber en les mitraillant dans le ravin, qui fut immédiatement recouvert, alors que des victimes étaient encore en vie. Pendant les deux années suivantes, des milliers d'autres victimes vinrent augmenter le charnier, principalement des Juifs mais aussi d [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien directeur de l'Institut américain de recherche sur la Shoah et de la Fondation américaine pour l'histoire visuelle des survivants de la Shoah

Classification


Autres références

«  BABI YAR  » est également traité dans :

KIEV

  • Écrit par 
  • Richard Antony FRENCH, 
  • Yann RICHARD
  • , Universalis
  •  • 2 436 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La période soviétique  »  : […] Kiev étant le foyer du nationalisme ukrainien, le gouvernement soviétique transfère la capitale de la nouvelle république socialiste soviétique d'Ukraine à Kharkov. La ville, qui ne retrouvera son statut qu'en 1934, entreprend de redresser son économie en ruine. Elle développe de nouveaux secteurs (machines-outils, électricité, chimie) pendant les premiers plans quinquennaux, de 1928 à 1940. En 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kiev/#i_40963

UKRAINE

  • Écrit par 
  • Annie DAUBENTON, 
  • Iryna DMYTRYCHYN, 
  • Lubomyr A. HAJDA, 
  • Georges LUCIANI, 
  • Yann RICHARD
  •  • 37 635 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La Seconde Guerre mondiale et ses conséquences »  : […] L'invasion de la Pologne par les Allemands le 1 er  septembre 1939 marqua le début de la Seconde Guerre mondiale. À la mi-septembre, en accord avec les résolutions secrètes du pacte conclu entre Molotov et Ribbentrop, les troupes soviétiques occupèrent la Volhynie occidentale et une grande partie de la Galicie, qui furent bientôt officiellement incorporées à l'U.R.S.S. En juin 1940, le nord de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ukraine/#i_40963

Pour citer l’article

Michael BERENBAUM, « BABI YAR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/babi-yar/