KIEV

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Évolution de la ville moderne

La domination des tsars

Grâce à l'abolition des barrières douanières entre la Russie et les terres ukrainiennes dès 1754, Kiev connaît un nouvel essor commercial. Le deuxième partage de la Pologne, en 1793, ramène la rive droite du Dniepr dans le giron de l'Empire russe. Durant son règne, Catherine II abolit l'ancien système administratif et divise l'Ukraine en de nouvelles provinces. Kiev, centre de l'une d'elles, devient le siège d'un gouverneur-général supervisant trois provinces.

Durant la première moitié du xixe siècle, Kiev est l'un des foyers du nationalisme ukrainien, mais les persécutions du gouvernement tsariste obligent le mouvement à déplacer l'essentiel de ses activités à Lviv (en russe Lvov), ville ukrainienne sous domination autrichienne. Kiev est le théâtre d'activités révolutionnaires clandestines, nées avec les décembristes au début du xixe siècle. Celles-ci culminent par une série de grèves et de manifestations qui conduisent à la révolution russe de 1905, dans laquelle les étudiants de l'université de Kiev, fondée en 1834, jouent un rôle majeur.

Au xixe siècle, l'importance économique grandissante de l'Ukraine relance l'essor commercial de Kiev. Des usines modernes voient le jour. Une scierie est ajoutée à l'arsenal datant du xviiie siècle. La ville se met à transformer de nombreux produits agricoles (cuir, tabac, alcool, bière, textiles). À la fin des années 1860, une voie ferrée relie Kiev à Moscou ainsi qu'à Odessa, sur la mer Noire, renforçant son rôle de centre industriel, commercial et administratif. À la veille de la Première Guerre mondiale, la ville compte plus de 350 000 habitants.

La période révolutionnaire

Lorsque la révolution russe de 1917 éclate, les ouvriers de la ville élisent un soviet révolutionnaire, appelé rada (« conseil »). Ce conseil central, essentiellement composé de mencheviks et de socialistes révolutionnaires, bénéficie du soutien des nationalistes ukrainiens. En janvier 1918, il proclame un État ukrainien indépendant dont Kiev est la capitale. Quelques ouvriers bolcheviques s'insurgent, mais ils sont vite matés. Les soldats de l'Armée rouge viennent à leur secours et pénètrent dans Kiev le 8 février 1918.

Par le traité de Brest-Litovsk (3 mars 1918), les Soviétiques reconnaissent cependant l'indépendance de l'Ukraine, rapidement occupée par les Allemands. Le gouvernement ukrainien fantoche installé à Kiev par ces derniers s'effondre lors de leur reddition en novembre 1918 et après le retrait des troupes de la région. L'Ukraine retrouve son indépendance, sous la conduite de Semen Petlioura, mais le pays connaît une période de conflits entre nationalistes ukrainiens, blancs et rouges. En novembre 1919, Kiev tombe brièvement aux mains des blancs du général Denikine, avant d'être occupée par l'Armée rouge. La guerre russo-polonaise éclate peu après. En mai 1920, les Polonais s'emparent de Kiev, mais ils sont repoussés par une contre-attaque.

La période soviétique

Kiev étant le foyer du nationalisme ukrainien, le gouvernement soviétique transfère la capitale de la nouvelle république socialiste soviétique d'Ukraine à Kharkov. La ville, qui ne retrouvera son statut qu'en 1934, entreprend de redresser son économie en ruine. Elle développe de nouveaux secteurs (machines-outils, électricité, chimie) pendant les premiers plans quinquennaux, de 1928 à 1940. En 1939, elle compte 846 724 habitants. L'invasion allemande, en 1941, apporte à la ville un nouveau lot de souffrances et de destructions. Après quatre-vingts jours de lutte acharnée, les Allemands entrent dans Kiev le 19 septembre 1941. Plus de trente mille juifs, prisonniers de guerre soviétiques et communistes sont massacrés en deux jours dans le ravin de Babi Yar, tout proche. Pendant les deux années suivantes, des dizaines de milliers personnes sont tuées. De nombreux habitants de Kiev, dont la quasi-totalité de la vaste communauté juive d'avant-guerre, sont déportés vers les chantiers de travaux forcés et les camps de concentration. En 1943, les troupes soviétiques franchissent le Dniepr et, après de rudes combats, libèrent Kiev le 6 novembre. La ville est dévastée : plus de 40 p. 100 des bâtiments et près de huit cents entreprises sont détruites. La reconstruction démarre dès le premier plan quinquennal qui suit la guerre.

Kiev continue à croître et à renforcer son tissu industriel au milieu et à la fin du xxe siècle. Si elle reste dans l'ombre de Moscou pendant l'ère soviétique, la proclamation de l'indépendance de l'Ukraine en 1991 lui permet de revenir sur la scène politique internationale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Médias de l’article

Ukraine : carte administrative

Ukraine : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Kiev (Ukraine)

Kiev (Ukraine)
Crédits : Jerry Alexander/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences en géographie au collège universitaire et à l'école des études slaves et est-européennes de l'université de Londres (Royaume-Uni)
  • : maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  KIEV  » est également traité dans :

ANDRÉ BOGOLIOUBSKI (1111 env.-1174), grand-prince de Vladimir (1157-1174)

  • Écrit par 
  • Wladimir VODOFF
  •  • 421 mots

Fils du prince Iouri (Georges) Dolgorouki et d'une princesse polovtsienne, André Bogolioubski est élevé dans la principauté de Rostov-Souzdal où règne son père. Contre son gré, il doit participer à des expéditions lointaines qui procurent à Iouri le titre de prince de Kiev. Mais, dès 1155, André quitte définitivement Kiev et le sud de la Russie pour s'installer dans le « pays de Rostov », où l'ari […] Lire la suite

BABI YAR

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM
  •  • 857 mots
  •  • 1 média

Le grand ravin de Babi Yar, situé à la limite septentrionale de la ville de Kiev, en Ukraine, servit de charnier pour des victimes principalement juives que des groupes de S.S. allemands tuèrent entre 1941 et 1943. Après un premier massacre de Juifs à Babi Yar, le lieu continua de servir pour l'exécution de prisonniers de guerre soviétiques et de Roms, ainsi que de Juifs. Les Soviétiques parlère […] Lire la suite

BIÉLORUSSIE

  • Écrit par 
  • Yann RICHARD, 
  • Ioulia SHUKAN
  •  • 7 678 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La période médiévale et l'émergence des premières principautés »  : […] L'État biélorusse n'est pas une création du xx e  siècle. Son histoire est déjà ancienne. Les premières principautés locales apparurent au sein de la principauté de Kiev, à la fin du x e  siècle, notamment autour de Polotsk. Dès cette époque, les villes de Pinsk, Slutsk et Turov, et dans une moindre mesure celle de Minsk, étaient des centres importants, mais moins rayonnants que Kiev et Novgorod. […] Lire la suite

CHRISTIANISATION DE L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 320 mots

Environ 800 Création de l'archevêché de Nin en Croatie. 863 Cyrille et Méthode, missionnaires dépêchés par Byzance, sont reçus à la cour du roi des Moraves, Ratislav. Ils traduisent les Saintes Écritures en slavon. 864 Baptême de Boris I er , tsar de Bulgarie. 869 Un an après la reconnaissance par Rome de la nouvelle Église slavonne de Moravie, le pape Adrien nomme Méthode archevêque de Sirmiu […] Lire la suite

CONQUÊTE DE KIEV PAR OLEG

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 216 mots

En 882, le prince Varègue Oleg (882-912 ?), déjà maître de Novgorod depuis la mort de son parent Riourik, s'empare de Kiev. S'unifie alors, sous l'égide d'une dynastie scandinave, les Riourikides, l'espace occupé par les Slaves orientaux, qui commence à prendre au ix e  siècle le nom de Rous, et est fondée autour de la nouvelle capitale, Kiev, la première véritable formation étatique russe. Celle- […] Lire la suite

IAROSLAV VLADIMIROVITCH LE SAGE (978-1054) prince de Kiev (1019-1054)

  • Écrit par 
  • Wladimir VODOFF
  •  • 282 mots

Prince de Novgorod en 1010, Iaroslav montre des velléités d'indépendance à l'égard de son père, Vladimir le Grand. Sorti vainqueur des luttes fratricides qui suivirent la mort de celui-ci (1015-1019), il s'installe à Kiev, mais doit, de 1024 à 1034, reconnaître la souveraineté de son frère Mstislav sur la rive gauche du Dniepr. La politique extérieure de Iaroslav continue celle de son père : au no […] Lire la suite

MÉTROPOLITE

  • Écrit par 
  • Wladimir VODOFF
  •  • 808 mots

Le titre de métropolite, qui ne correspond pas exactement à celui de métropolitain dans l'Église latine, bien qu'il soit actuellement employé en un sens assez large dans l'orthodoxie, appartient, à l'origine, à l'ecclésiologie russe. Son histoire a été d'abord marquée par l'importance qu'ont eue, en Russie, les sièges métropolitains de Kiev, puis de Moscou. Dès la reconnaissance par saint Vladimir […] Lire la suite

OLEG, prince de Kiev (882-912 ou 922)

  • Écrit par 
  • Wladimir VODOFF
  •  • 121 mots

Sous ce nom, la Chronique des temps passés (compilation des xi e - xii e  s.) a conservé le souvenir du chef varègue, parent de Rurik, qui a imposé son pouvoir (d'après la Chronique , en qualité de tuteur du jeune prince Igor) à Kiev et sur tout le bassin du Dniepr (dernier quart du ix e  s.). Soucieux d'assurer un débouché économique à cette région, il mena une campagne contre Byzance (en 907 se […] Lire la suite

RUSSES PRINCIPAUTÉS

  • Écrit par 
  • Wladimir VODOFF
  •  • 834 mots

Le mot kniaz ( knjaz' ), apparenté au haut-allemand kuning , désigne le chef varègue que l'on trouve à la tête de l'État kiévien à partir de la fin du ix e siècle (descendants, selon la légende, du chef plus ou moins mythique Riourik, les princes russes sont parfois appelés Riourikides). Le caractère souverain des princes russes est souligné par l'usage, en latin, du mot rex pour les désigner. […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 260 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « La Kiévie »  : […] Le nouvel État, dont le prince souverain a fait de Kiev sa capitale (d'où l'expression de Kiévie), est une sorte de domaine familial – tous les fils recevant une part de l'héritage –, souvent ensanglanté par des luttes fratricides, affaibli par les attaques des Scandinaves, des Polonais, des nomades, et par ses conflits avec Byzance . Son unité n'a été réalisée que momentanément sous Vladimir (9 […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3 août 2021 Ukraine – Biélorussie. Mort d'un opposant biélorusse à Kiev.

L’opposant biélorusse exilé en Ukraine Vitali Chichov, cofondateur de l’ONG La Maison des Biélorusses en Ukraine qui vient en aide aux Biélorusses fuyant leur pays, est retrouvé pendu dans un parc proche de son domicile, dans la banlieue de Kiev. Il était également impliqué dans l’organisation de marches de protestation, dans la capitale ukrainienne, contre le régime du président biélorusse Alexandre Loukachenko. […] Lire la suite

21 juillet 2021 États-Unis – Allemagne. Accord sur le gazoduc Nord Stream 2.

L’accord prévoit la levée totale de ces sanctions, déjà partiellement supprimées en mai, en échange de l’engagement de l’Allemagne à garantir le transit du gaz russe à travers l’Ukraine, qui représente une importante source de revenus pour Kiev, et à soutenir financièrement la transition énergétique en Ukraine. L’opposition républicaine aux États-Unis et une frange de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) en Allemagne dénoncent cet accord qui accorde selon eux une victoire diplomatique au président russe Vladimir Poutine. […] Lire la suite

1er-22 avril 2021 Ukraine – Russie. Regain de tension.

De son côté, l’OTAN assure Kiev de son « soutien indéfectible ». Le 16, alors que Volodymyr Zelensky s’entretient de la situation, à Paris, avec le président français Emmanuel Macron et, en visioconférence, avec la chancelière Angela Merkel, le président russe Vladimir Poutine annonce la suspension pour six mois de la circulation maritime aux abords de la Crimée, péninsule ukrainienne annexée par Moscou en mars 2014, au large de laquelle la marine russe effectue des manœuvres. […] Lire la suite

15-31 janvier 2020 États-Unis. Procès en destitution de Donald Trump.

Le président est accusé d’abus de pouvoir et d’entrave au travail du Congrès pour avoir demandé au président ukrainien Volodymyr Zelensky, en juillet 2019, d’ouvrir une enquête sur l’ancien vice-président Joe Biden, un adversaire potentiel à l’élection présidentielle de 2020, en contrepartie de l’octroi d’une aide militaire à Kiev. Le 21, le procès en destitution de Donald Trump s’ouvre devant le Sénat. […] Lire la suite

31 décembre 2019 Russie – Ukraine. Conclusion d'un accord gazier.

Moscou et Kiev concluent un nouvel accord de cinq ans, relatif au transit du gaz russe à travers l’Ukraine. Le précédent venait à échéance à la fin de l’année. Cet accord garantit l’approvisionnement de l’Europe en gaz, qu’une précédente crise, en 2009, avait menacé. La construction du gazoduc Nord Stream 2 à travers la mer Baltique doit permettre l’exportation du gaz russe par d’autres voies. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Richard Antony FRENCH, Yann RICHARD, « KIEV », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kiev/