BALTRUŠAITIS JURGIS (1903-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec Henri Focillon (qui fut son maître et son ami), avec Erwin Panofsky et quelques rares autres, Jurgis Baltrušaitis est certainement l'un des cinq ou six historiens d'art qui marquèrent le xxe siècle. Né en 1903, fils d'un grand poète et diplomate lituanien proche de Gordon Craig, ayant (pendant un temps, bref) eu pour précepteur Boris Pasternak, lisant et parlant anglais, allemand, russe, lituanien, il écrivait en français. Après avoir fait ses études à la Sorbonne et enseigné, un moment, à l'université de Kaunas (Lituanie), il vécut le plus souvent à Paris. Ses ouvrages ont été traduits en allemand, anglais, italien, espagnol, roumain, japonais. Plusieurs expositions importantes (concernant, en particulier, les jardins, les anamorphoses, les physiognomonies animales) ont trouvé leur origine dans ses travaux. Si lui-même considérait les théories psychanalytiques avec une méfiance un peu amusée, bien des psychanalystes se sont intéressés à ses ouvrages. Jacques Lacan, en février 1964, citait Anamorphoses (1955) dans son séminaire et faisait circuler parmi les analystes une reproduction des Ambassadeurs (1533) d'Holbein, où est peinte l'anamorphose d'une tête de mort. Érudit minutieux, Jurgis Baltrušaitis refuse à la fois les théories sans analyses concrètes et les catalogues sans idées. On se souvient de la phrase de Baudelaire : « Glorifier le culte des images (ma grande, mon unique, ma primitive passion). » Baltrušaitis, sans doute, ne cherche pas à « glorifier » ce culte. Mais il se propose d'en faire l'histoire, étudiant les métamorphoses des formes, leurs inventions, leurs disparitions, résurgences et déplacements. Dans le sillage de l'œuvre de Focillon, il ajoute de nouveaux chapitres à l'étude de « la vie des formes ». Mais, plus qu'Henri Focillon, sans doute, il insiste sur les marges de cette vie des formes ; sur les déformations ; sur les égarements de l'esprit, de l'œil et de la main ; sur les jeux savants et les folies ; sur les fables, fictions et mythes q [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite de philosophie de l'art à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art, écrivain

Classification


Autres références

«  BALTRUSAITIS JURGIS (1903-1988)  » est également traité dans :

ANAMORPHOSES OU THAUMATURGUS OPTICUS - LES PERSPECTIVES DÉPRAVÉES, Jurgis Baltrušaitis - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annamaria DUCCI
  •  • 1 396 mots

Le livre paru en 1955 sous le titre d'Anamorphoses ou perspectives curieuses, a été suivi de deux éditions révisées en 1969 et en 1984, la dernière augmentée de chapitres portant sur les miroirs et sur l'interprétation des anamorphoses au xxe siècle. L'éditi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anamorphoses-ou-thaumaturgus-opticus-les-perspectives-depravees/#i_13046

ANAMORPHOSE, art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 984 mots
  •  • 1 média

Platon disait de la science qu'elle était fille de l'étonnement. Pour le peintre d'anamorphoses, elle devient la mère de l'illusion, à moins que, comme on va le voir, elle ne se charge obliquement de nous dire la vérité. « Maintes fois et avec non moins de plaisir que d'émerveillement, on regarde quelques-uns de ces tableaux ou cartes de perspectives dans lesquels si l'œil de celui qui les voit n' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anamorphose-art/#i_13046

CARICATURE

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 8 333 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Caricature, antithèse de la beauté »  : […] Pour saisir l'allusion satirique contenue dans les œuvres antérieures à la Renaissance, il faut remonter de l'œuvre à l'intention qui l'a suscitée. L'auteur du Monde renversé , Reinmar von Zweter, définissait au xiii e  siècle l'homme parfait de la façon suivante : « Il doit avoir des yeux d'autruche et un cou de grue, deux o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caricature/#i_13046

IMAGINAIRE ET IMAGINATION

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 12 540 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des jeux de la nature à l'illusionnisme optique »  : […] L'image, avant d'être un phénomène du sujet, est, en effet, une ironie des choses, et c'est en réponse à leur sollicitation que s'est éveillé l'intérêt de l'esprit théorique. Rappelons seulement, bien en deçà de la spéculation romantique, l'effort déployé depuis l'Antiquité en vue de capter et de varier ces jeux de la nature que sont les illusions optiques. Particulièrement précieuses, à cet égard […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imaginaire-et-imagination/#i_13046

LITUANIE

  • Écrit par 
  • Céline BAYOU, 
  • Suzanne CHAMPONNOIS, 
  • D.A. SEALEY
  •  • 8 111 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'élan national »  : […] De nouvelles tendances se manifestèrent au xix e  siècle. Dans la première moitié, un mouvement littéraire national fut lancé, principalement par les étudiants de l'université de Vilnius, mais un plus grand effort fut fait dans le sens de la création d'une langue littéraire lituanienne et, en partie sous l'influence du romantisme, l'intérêt se por […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lituanie/#i_13046

MONSTRES, esthétique

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 3 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pérennité du monstre »  : […] Comme le montre, par exemple, André Leroi-Gourhan ( Préhistoire de l'art occidental ), dès les premières figurations qu'il trace sur les parois de ses grottes, l'homme fait apparaître des formes monstrueuses : être cornu de la grotte des Trois-Frères (Ariège) ; homme dont la tête est remplacée par une queue de bison ; personnages à têtes animales ou sans tête. Depuis cette or […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monstres-esthetique/#i_13046

UNE IMAGE PEUT EN CACHER UNE AUTRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Gérard STREIFF
  •  • 1 007 mots

En introduction à l'exposition Une image peut en cacher une autre , organisée par Jean-Hubert Martin, assisté de Dario Gamboni (Galeries nationales du Grand Palais, Paris, 6 avril-10 juillet 2009), figure une œuvre intitulée Canard-Lapin . Paru en 1892 à Munich, ce dessin incite à une double lecture : si vous voyez un bec, c'est un canard, si vous voyez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/une-image-peut-en-cacher-une-autre/#i_13046

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilbert LASCAULT, « BALTRUŠAITIS JURGIS - (1903-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jurgis-baltrusaitis/