ONETTI JUAN CARLOS (1909-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans les années 1960 et 1970, sans doute à la faveur de l'actualité dramatique du sous-continent et peut-être aussi d'une mode non exempte d'exotisme inavoué, la littérature latino-américaine fait dans les lettres mondiales une irruption spectaculaire dont témoignent, entre autres, les prix Nobel de Miguel Ángel Asturias (1967), de Pablo Neruda (1971) et de Gabriel García Márquez (1982). L'Uruguayen Juan Carlos Onetti est alors un auteur déjà consacré. Mais si son œuvre est reconnue par la critique spécialisée et par ses pairs, son audience, sans être confidentielle, n'a pas l'ampleur de celle que, par exemple, obtiennent à la même époque les Argentins Jorge Luis Borges et Julio Cortázar, le Brésilien Jorge Amado, le Mexicain Carlos Fuentes ou le Péruvien Mario Vargas Llosa. Ce décalage entre la valeur tôt reconnue d'une œuvre et sa lente pénétration dans le grand public tient en partie à la nature de l'étrange univers romanesque créé par Juan Carlos Onetti. Un univers qui, à première vue, est rien moins que séduisant. C'est un monde de dégradation morale et physique, où l'échec sans cesse renouvelé semble se nourrir de lui-même, où les personnages apparaissent englués dans une vie opaque, comme frappés d'aboulie, au-delà même de la désespérance.

Ajoutons que la relative discrétion de cette œuvre est certainement moins imputable à la qualité des romans qu'à la personne même de l'écrivain qui, à la différence de bon nombre de ses confrères en littérature, répugne aux habituels tréteaux de la notoriété : engagements politiques et polémiques, cinéma, télévision... Comparable en cela au Mexicain Juan Rulfo ou au Paraguayen [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur agrégé d'espagnol, maître assistant à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification


Autres références

«  ONETTI JUAN CARLOS (1909-1994)  » est également traité dans :

LA VIE BRÈVE, Juan Carlos Onetti - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude FELL
  •  • 892 mots

Publié en 1950, La Vie brève est certainement le roman le plus ambitieux de l'écrivain uruguayen Juan Carlos Onetti (1909-1994). Dans la Préface qu'elle a écrite pour l'édition française du livre, Laure Guille-Bataillon en fait l'ouvrage phare des années 1950 pour la littérature hispano-américaine, au même titre que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-vie-breve/#i_6231

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Vingt ans de plénitude »  : […] Les années 1960-1980 vont marquer un véritable moment de grâce. L'axe littéraire du monde hispanique semble bien alors se déplacer de l'Espagne vers l'Amérique centrale et méridionale. Toute dépendance vis-à-vis de l'Europe, à fortiori de l'ex-métropole, a disparu. Seules demeurent les influences de grands perturbateurs modernes, Joyce, Proust, Kafka, Faulkner, James et de partielles imprégnations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-litterature-hispano-americaine/#i_6231

EXIL LITTÉRATURES DE L'

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 3 320 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Écritures nomades »  : […] Loin de la Grande Patrie – l'Espagne –, les écrivains d'Amérique de langue espagnole n'ont jamais vraiment redouté l'exil. En Argentine, par exemple, « l'exil des hommes de lettres, écrit Juan José Saer, est presque une tradition », quoique, dans le même temps, il confesse : « Aucun exil n'est volontaire. » Pourtant, contrairement aux bannis espagnols que la victoire franquiste chassa de leur pay […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-de-l-exil/#i_6231

Pour citer l’article

Jean ANDREU, « ONETTI JUAN CARLOS - (1909-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-carlos-onetti/