FUENTES CARLOS (1928-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Présent sur tous les fronts de l'écriture – romans, nouvelles, théâtre, essais, journalisme –, Carlos Fuentes n'a jamais cessé, tout au long de son œuvre, de s'interroger sur le langage, le temps, l'histoire, la culture, l'éducation et les différentes formes de pouvoir. En 2002, il publie une sorte de bréviaire, Ce que je crois, dans lequel sont rassemblés par ordre alphabétique ses centres d'intérêt littéraires – on trouve là ses auteurs phares : Balzac, Cervantès, Faulkner, Kafka, Shakespeare – ou culturels : Buñuel et le cinéma ; Velázquez et la peinture, à laquelle il a consacré en 2003 un recueil d'articles, Viendo visiones, mais aussi les éléments de son éthique personnelle. Dans l'essai historique qu'il publie en 1992, Le Miroir enterré, il martèle l'idée qu'il existe selon lui un formidable hiatus entre la créativité du sous-continent dans le domaine culturel et le chaos économique, politique et social dans lequel sont plongés la plupart des pays latino-américains. Observateur attentif de la société mexicaine (Un temps nouveau pour le Mexique, 1997), il met en scène, dans Le Siège de l'aigle (2003), un roman épistolaire, les luttes souvent meurtrières qui se livrent dans les coulisses du pouvoir central, autour du fauteuil présidentiel. Apôtre de la convivialité et de la pluralité, Fuentes considère le Mexique comme un pays (« baroque », dit-il) où coexistent plusieurs traditions : la cosmologie indigène, l'interprétation espagnole du christianisme, l'individualisme bourgeois d'origine européenne, la foi dans la science, la raison et le progrès des pays industrialisés. Toutes sont à prendre en compte, ce qui explique que, dans son essai de 2004 Contre Bush, il réfute avec vigueur les thèses sur le « péril métis » développées par Samuel Huntington.

Carlos Fuentes, un écrivain à l'écoute du monde

Carlos Fuentes, un écrivain à l'écoute du monde

Photographie

« L'aventure humaine consiste à tenter l'impossible, même si nous échouons. » Dans sa prolixité, toute l'œuvre de Carlos Fuentes est habitée par la conscience de l'inachèvement. 

Crédits : Vittoriano Rastelli/ Getty Images

Afficher

La découverte de Mexico

Carlos Fuentes est né en 1928 à Panamá. Romancier, essayiste, dramaturge, il sera également rédacteur au journal El Espectador et directeur de la Revista mexicana de literatura. Il participe à la vie politique mexicaine.

En 1958, son premier roman, La Plus Limpide Région déclencha d'innombrab [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  FUENTES CARLOS (1928-2012)  » est également traité dans :

LE BONHEUR DES FAMILLES (C. Fuentes) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude FELL
  •  • 1 034 mots
  •  • 1 média

En 2002, dans Ce que je crois, ce glossaire où il formulait ses convictions, Carlos Fuentes, entre « Expérience » et « Faulkner », ouvrait une rubrique « Famille » : « Nous formions une heureuse famille », notait-il en revenant sur sa généalogie personnelle. Aux yeux de Tolstoï, donc, ce n'était pas une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-bonheur-des-familles/#i_5978

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le théâtre, entre histoire et onirisme »  : […] Le renouveau d’intérêt pour le théâtre au milieu du xx e  siècle a permis de redécouvrir une véritable tradition théâtrale hispano-américaine qui s’est ensuite étoffée dans les décennies qui ont suivi. Les théâtres des grandes villes du continent créent des spectacles tout au long de l’année, en particulier en Argentine, au Mexique, à Cuba. Les fes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-litterature-hispano-americaine/#i_5978

EXIL LITTÉRATURES DE L'

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 3 320 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Écritures nomades »  : […] Loin de la Grande Patrie – l'Espagne –, les écrivains d'Amérique de langue espagnole n'ont jamais vraiment redouté l'exil. En Argentine, par exemple, « l'exil des hommes de lettres, écrit Juan José Saer, est presque une tradition », quoique, dans le même temps, il confesse : « Aucun exil n'est volontaire. » Pourtant, contrairement aux bannis espag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-de-l-exil/#i_5978

TERRA NOSTRA, Carlos Fuentes - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude FELL
  •  • 1 568 mots
  •  • 1 média

En dehors de Paradiso (1966), du Cubain José Lezama Lima, on n'a pas d'exemple, dans la littérature latino-américaine contemporaine, de tentative romanesque aussi ambitieuse que Terra Nostra (1975), du romancier mexicain Carlos Fuentes (1928-2012) . […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terra-nostra/#i_5978

Pour citer l’article

Claude FELL, « FUENTES CARLOS - (1928-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlos-fuentes/