ONETTI JUAN CARLOS (1909-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une compassion infinie

Juan Carlos Onetti affirme paradoxalement : « Ma littérature est une littérature de bonté. » Le cynisme implacable de sa vision du monde ne serait donc pas une stratégie littéraire préméditée. « Quand j'écris, il n'y a pas de dogme. Je pense que la vie est ainsi faite ; s'il y a de la tendresse, elle apparaît ; s'il y a une position politique, elle apparaît, que l'auteur le veuille ou non. Mais ces choses-là ne se décident pas à l'avance, elles apparaissent d'elles-mêmes pour peu qu'elles existent dans la vie. » Onetti s'en remet donc aux mystères de l'écriture qui, pour lui, est moins un art poétique qu'un moyen d'exorciser tout le malheur du monde. « La seule chose qui compte, c'est qu'en terminant d'écrire cette histoire je me suis senti en paix, sûr d'avoir réussi ce que l'on peut espérer de mieux dans ce genre de tâche : j'avais relevé un défi et j'avais transformé en victoire l'une au moins de mes défaites quotidiennes. » Les récits de Juan Carlos Onetti sont en effet l'histoire des défaites quotidiennes de ses personnages. Leur échec est souvent celui de l'amour où se côtoient l'égoïste solitude masculine et l'indolente frivolité féminine, et qui donne lieu à toutes les turpitudes et perversions : infidélité, vénalité, proxénétisme, voyeurisme, fétichisme. On a parfois imputé à misogynie la représentation de la femme chez Onetti, alors qu'il se limite à la mettre en scène, au même titre que l'homme, dans sa médiocrité ou, par contraste, dans ses états les plus extrêmes : « Il en est toujours ainsi. Des saintes, des putains, et cet intermezzo que nous appelons femmes. » Destins interchangeables d'hommes et de femmes dont peu nous est dit sur leur apparence physique. Pas de portraits en pied ; parfois, surtout pour les femmes, seulement quelques sommaires indications au trait. Un nom ou un surnom suffisent le plus souvent à les identifier. Pour le reste, une vie intérieure proliférante en attitudes, gestes, mots, ébauches de sentiments qui semblent échapper à toute détermination psychologique rationnelle. Les personnages apparaissent et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé d'espagnol, maître assistant à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification

Autres références

«  ONETTI JUAN CARLOS (1909-1994)  » est également traité dans :

LA VIE BRÈVE, Juan Carlos Onetti - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude FELL
  •  • 892 mots

Publié en 1950, La Vie brève est certainement le roman le plus ambitieux de l'écrivain uruguayen Juan Carlos Onetti (1909-1994). Dans la Préface qu'elle a écrite pour l'édition française du livre, Laure Guille-Bataillon en fait l'ouvrage phare des années 1950 pour la littérature hispano-américaine, au même titre que […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Vingt ans de plénitude »  : […] Les années 1960-1980 vont marquer un véritable moment de grâce. L'axe littéraire du monde hispanique semble bien alors se déplacer de l'Espagne vers l'Amérique centrale et méridionale. Toute dépendance vis-à-vis de l'Europe, à fortiori de l'ex-métropole, a disparu. Seules demeurent les influences de grands perturbateurs modernes, Joyce, Proust, Kafka, Faulkner, James et de partielles imprégnations […] Lire la suite

EXIL LITTÉRATURES DE L'

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 3 320 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Écritures nomades »  : […] Loin de la Grande Patrie – l'Espagne –, les écrivains d'Amérique de langue espagnole n'ont jamais vraiment redouté l'exil. En Argentine, par exemple, « l'exil des hommes de lettres, écrit Juan José Saer, est presque une tradition », quoique, dans le même temps, il confesse : « Aucun exil n'est volontaire. » Pourtant, contrairement aux bannis espagnols que la victoire franquiste chassa de leur pay […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean ANDREU, « ONETTI JUAN CARLOS - (1909-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-carlos-onetti/