ONETTI JUAN CARLOS (1909-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La sombre aventure de l'homme

La parution, en 1987, de Cuando entonces marque cinquante ans de production romanesque suivie. Ce court roman (99 pages), qui commence là où se terminait Dejemos hablar al viento, par un orage désiré qui n'en finit pas d'éclater, est une épure schématisée de toute l'œuvre antérieure. Outre une stylisation des habituelles techniques du récit, on y retrouve, condensée, la thématique obsessive de l'auteur : une histoire d'amour et de mort, la prostitution, l'alcool, la déchéance physique, les variations sur la fatalité de l'échec. Comme toujours, l'action se déroule dans un monde dépourvu de valeurs morales et voué irrémédiablement à la dégradation, où les personnages vont à l'aveuglette en manifestant une complaisance morbide pour l'action stérile qui les conduit inévitablement à l'enfermement sur eux-mêmes et à la dilution de la personnalité. Un univers foncièrement pessimiste, dans lequel on a pu voir une représentation prémonitoire de la détérioration socio-historique des deux pays chers à l'auteur : la paisible Suisse américaine qu'était l'Uruguay, le grenier du monde béni des dieux qu'était l'Argentine. Interprétation séduisante mais qui réduit par trop la signification de cette œuvre dont la portée est à la fois plus ample et plus simple. De l'aveu même de l'auteur, son œuvre est moins une quelconque prophétie qu'un constat ordinaire : « Je ne veux exprimer que l'aventure de l'homme. » Même si, ce faisant, Onetti privilégie le versant le plus sombre de la nature humaine. C'est ainsi que Une nuit de chien, qu'aurait pu traverser un souffle d'héroïsme, n'est qu'une fuite éperdue vers le néant ; que le projet rédempteur du protagoniste Larsen dans Le Chantier se résout en une chute désespérée dans l'abjection.

En cela, et toutes proportions gardées, Onetti est comparable aux contemporains qu'il admire : Joyce, Faulkner, Sartre (surtout celui de La Nausée), Roberto Arlt. La reconnaissance de ces diverses affinités littéraires ne saurait cependant faire oublier certaines analogies moins connues, avec des œuvres uruguayennes parallèles à [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé d'espagnol, maître assistant à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification

Autres références

«  ONETTI JUAN CARLOS (1909-1994)  » est également traité dans :

LA VIE BRÈVE, Juan Carlos Onetti - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude FELL
  •  • 892 mots

Publié en 1950, La Vie brève est certainement le roman le plus ambitieux de l'écrivain uruguayen Juan Carlos Onetti (1909-1994). Dans la Préface qu'elle a écrite pour l'édition française du livre, Laure Guille-Bataillon en fait l'ouvrage phare des années 1950 pour la littérature hispano-américaine, au même titre que […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Vingt ans de plénitude »  : […] Les années 1960-1980 vont marquer un véritable moment de grâce. L'axe littéraire du monde hispanique semble bien alors se déplacer de l'Espagne vers l'Amérique centrale et méridionale. Toute dépendance vis-à-vis de l'Europe, à fortiori de l'ex-métropole, a disparu. Seules demeurent les influences de grands perturbateurs modernes, Joyce, Proust, Kafka, Faulkner, James et de partielles imprégnations […] Lire la suite

EXIL LITTÉRATURES DE L'

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 3 320 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Écritures nomades »  : […] Loin de la Grande Patrie – l'Espagne –, les écrivains d'Amérique de langue espagnole n'ont jamais vraiment redouté l'exil. En Argentine, par exemple, « l'exil des hommes de lettres, écrit Juan José Saer, est presque une tradition », quoique, dans le même temps, il confesse : « Aucun exil n'est volontaire. » Pourtant, contrairement aux bannis espagnols que la victoire franquiste chassa de leur pay […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean ANDREU, « ONETTI JUAN CARLOS - (1909-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-carlos-onetti/