Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RULFO JUAN (1918-1986)

Juan Rulfo fut un romancier mexicain. Deux livres ont imposé son nom, un recueil de nouvelles, El Llano en llamas (1953), et un roman, Pedro Páramo (1955). Son œuvre s'inscrit dans la tradition du genre régionaliste illustré particulièrement, en Amérique latine, par des écrivains tels que Alcides Argüedas, Ciro Alegría, José María Argüedas, ou encore Jorge Icaza, Miguel Ángel Asturias, Augusto Roa Bastos.

Une vie difficile

Rulfo naît le 16 mai 1918, au Mexique, dans un petit village de l'État de Jalisco, à quelque cinq cents kilomètres au nord-ouest de Mexico. Les terres arides et brûlantes de cette région marqueront en lui une profonde empreinte. Orphelin de bonne heure, il est mis dans un pensionnat tenu par les religieuses de Guadalajara ; il obtient ensuite une place de comptable. À l'âge de quinze ans, il mène, à Mexico, une existence difficile, poursuivant très irrégulièrement des études de droit et de lettres. En 1935 il trouve un emploi de bureau dans les services de l'immigration. De 1947 à 1954 il est au service d'une entreprise de caoutchouc. En 1955, il participe à un ambitieux programme d'irrigation près de Veracruz. Le projet ayant fait faillite, il revient à Mexico en 1956 ; il écrit des scénarios et des adaptations pour le cinéma commercial. En 1959, à Guadalajara, il travaille pour la télévision. À partir de 1962 il travaille à l'Instituto indigenista de Mexico, organisation au service des communautés primitives indiennes dont il dirige ensuite le département éditorial. Il meurt à Mexico le 8 janvier 1986.

Sa première œuvre, écrite vers 1940, mais détruite plus tard, fut un gros roman sur la vie des habitants de Mexico. « Le fait même de l'avoir écrit, déclare Rulfo, semblait signifier que j'essayais de trouver une issue à la solitude dans laquelle je vivais, pas seulement à Mexico, mais depuis de nombreuses années, depuis mes années d'orphelinat. » En 1942, dans une revue de Guadalajara, il publie une nouvelle au titre ironique : La vida no es muy seria en sus cosas (Il ne faut pas prendre la vie trop au sérieux). Une autre nouvelle suivra en 1945 : Nos han dado la tierra (La Terre qu'on nous a donnée).

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification

Pour citer cet article

Bernard SESÉ. RULFO JUAN (1918-1986) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • PEDRO PÁRAMO, Juan Rulfo - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 833 mots

    L'œuvre narrative de l’écrivain mexicain Juan Rulfo (1918-1986) frappe par sa brièveté : un recueil de nouvelles, Le Llano en flammes (1953) ; un roman de quelque cent trente pages, Pedro Páramo (1955) et une longue nouvelle, Le Coq d'or, auxquels on pourrait ajouter quelques textes...