SWIFT JONATHAN (1667-1745)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le patriote irlandais

Depuis la déconfiture politique de ses amis, Swift s'était fixé à Dublin, remplissant ses devoirs sacerdotaux, et apparemment indifférent à l'histoire qui se faisait sans lui. Il réfléchissait sur le passé, restait fidèle à ses amis, attendait leur remise en grâce. Oxford fut acquitté en 1717, et Swift s'en réjouit. Il écrivait quelques poèmes et quelques lettres, mais surtout il s'identifiait à l'Irlande dont il comprenait les problèmes et partageait les angoisses. Il s'insurgea en 1720 contre une loi votée par le Parlement de Westminster, qui devait aggraver l'assujettissement de l'Irlande à la Grande-Bretagne. Quatre ans plus tard, il partit en guerre contre William Wood, qui avait reçu patente pour frapper monnaie de bronze à l'usage des Irlandais. Swift écrivit ses fameuses Lettres du drapier (The Drapier's Letters ; toujours la redoutable mystification), où il était démontré que cette émission était en réalité une escroquerie. L'opinion publique ainsi alertée fut si hostile au projet que la patente fut retirée à Wood. La plume de Swift n'avait rien perdu de sa vigueur polémique.

Mais c'est la misère du peuple d'Irlande qui lui inspira ses pamphlets les plus pathétiques. Parmi ceux-ci, la Modeste Proposition concernant les enfants des classes pauvres (A Modest Proposal for Preventing the Children of Poor People, from Being a Burthen to their Parents, 1729) est presque intolérable de froideur calculée, d'apparente insensibilité, antiphrase métaphorique, cruelle divulgation, dans le style le plus terre à terre, le plus objectif, d'une injustice si inhumaine qu'elle fait honte à l'administration britannique, à l'humanité tout entière. On a parlé, à ce sujet, d'humour noir. Jarry revu par Kafka : « Un Américain, rencontré à Londres, m'a révélé qu'un bébé sain et bien nourri constitue à l'âge d'un an un plat délicieux... » On ne peut aller plus loin dans l'horreur dans la langue pseudo-scientifique d'un journaliste inconscient de son génie. Ainsi, la misère de la surpopulation peut se résoudre par l'anthropophagie...



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : doyen honoraire de la faculté des lettres et sciences humaines d'Aix-en-Provence

Classification


Autres références

«  SWIFT JONATHAN (1667-1745)  » est également traité dans :

LES VOYAGES DE GULLIVER, Jonathan Swift - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nathalie ZIMPFER
  •  • 1 019 mots
  •  • 1 média

Lorsque paraissent les Voyages de Gulliver (1726), Jonathan Swift (1667-1745), doyen de la cathédrale anglicane St. Patrick à Dublin, a près de soixante ans et une longue carrière politique et littéraire derrière lui. Le rôle qu'il a joué de 1710 à 1714 en Angleterre comme ministre occulte de la propagande du gouvernement tory lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-voyages-de-gulliver/#i_5922

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Apogée du classicisme »  : […] Dans Les Voyages de Samuel Gulliver ( Gulliver's Travels , 1726) comme dans The Rape of the Lock , l'esprit joue sur les proportions, sur ce que Voltaire appellera « le complexe de Micromégas » : le désespoir de Belinda est comparé à celui de jeunes rois faits prisonniers ; la terre, la mer et l'air sont nommés dans un même contexte avec les petits chiens et les perroquets ; dans Gulliver , les e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_5922

DEFOE DANIEL (1660-1731)

  • Écrit par 
  • Pierre NORDON
  •  • 1 942 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Romancier »  : […] Robinson Crusoé est publié en 1719. C'est un récit imaginaire inspiré par l'aventure du marin écossais Alexandre Selkirk. Le succès est immédiat et considérable : Defoe lui donnera une suite et consacrera désormais à la littérature romanesque la plus grande partie de son activité. Capitaine Singleton paraît en 1720, Moll Flanders , le Journal de l'année de la peste ( A Journal of the Plague Year […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-defoe/#i_5922

Pour citer l’article

Henri FLUCHÈRE, « SWIFT JONATHAN - (1667-1745) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jonathan-swift/