WHIGS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom donné, à partir des années 1679-1680, à la fraction libérale de la classe politique anglaise. Celle-ci fut baptisée par ses adversaires du nom de révoltés écossais du début de la Restauration ; une nuance péjorative de banditisme et de violence y est attachée. Soupçonnés de nourrir les plus noirs desseins contre la personne royale au temps du conflit de l'exclusion, les whigs reçoivent peu après leurs lettres de noblesse en participant à la révolution de 1688. Adeptes enthousiastes des idées de John Locke, ils proclament leur attachement à l'idée de contrat, à la distinction des pouvoirs, aux principales libertés civiques. Bénéficiant des compromissions de certains de leurs adversaires tories avec les prétendants jacobites, ils deviennent de plus en plus, en particulier sous les premiers Hanovre, les principaux serviteurs et bénéficiaires du pouvoir, sous la direction de Premiers ministres comme Robert Walpole et William Pitt l'aîné (le futur Chatham). Les prétentions autoritaires de George III, après 1760, les écartent du trône et l'affaire américaine creuse le fossé. Divisés et démoralisés, les whigs sont aussi les victimes de l'évolution sociale et idéologique : méfiants à l'égard du peuple, certains se rapprochent volontiers des tories contre le radicalisme, puis contre les risques d'une propagation de l'épidémie révolutionnaire venue de France. Edmund Burke symbolise bien cette évolution après 1789 et au temps de William Pitt le jeune, guide du mouvement tory.

Au début du xixe siècle, le « whiggisme » prend les allures d'un courant aristocratique, qui accepte l'héritage de 1688 mais refuse toute concession aux masses radicales et même à la nouvelle bourgeoisie urbaine. Les whigs contribuent de mauvais gré au succès de la réforme de 1832 et mènent ensuite un long combat de retardement contre toute nouvelle extension du droit de vote. Ils se séparent ainsi de plus en plus des fractions plus audacieuses de leur parti, bientôt ralliées au nouveau nom de libéraux. Constituant une aile droite peu à peu restreinte du mouvement libéral, les whigs seront totalement défaits par les nouvelles réformes parlementaires de 1867 et de 1884-1885, qui permettront le renouvellement décisif des élites politiques, ainsi que par les réformes internes du parti libéral au temps de Gladstone. Le triomphe relatif de l'idée démocratique, en 1885, constitue l'acte de décès véritable du whiggisme. Ensuite, le nom de whigs sera encore parfois employé pour désigner les libéraux, mais il aura perdu son sens originel.

—  Roland MARX

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  WHIGS  » est également traité dans :

ADDISON JOSEPH (1672-1719) & STEELE RICHARD (1672-1729)

  • Écrit par 
  • Alexandre MAUROCORDATO
  •  • 2 671 mots

Dans le chapitre « Vies parallèles »  : […] Déjà leurs vies offrent un étrange parallèle et peuvent se reconstituer en contrepoint. Ils sont nés la même année : Steele, au début de mars 1672, Addison, au début de mai. Ils furent internes dans la même école et fréquentèrent ensemble Oxford. Ensuite, leurs voies divergent ou plutôt s'espacent. Steele s'engage dans la garde royale et, grâce à s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/addison-et-steele/#i_5865

DURHAM JOHN GEORGE LAMBTON comte de (1792-1840)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 566 mots

Homme politique britannique, whig et réformiste, né le 12 avril 1792 à Londres, mort le 28 juillet 1840 à Cowes, sur l'île de Wight. Fils d'un grand propriétaire du comté de Durham, John George Lambton devient député whig à la Chambre des communes en 1813, où il siège jusqu'en 1828. Il est alors élevé à la pairie avec le titre de baron Durham (i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-george-lambton-durham/#i_5865

FOX CHARLES JAMES (1749-1806)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 353 mots

Fils d'un homme d'État opportuniste et bien en cour, Charles Fox commence sa carrière politique dans les rangs du clan autoritaire de lord North, le plus fidèle soutien du roi d'Angleterre George III. Bien que parvenu aux honneurs ministériels dès 1770, il rompt bientôt avec les tories et devient un chef whig. La guerre d'Indépendance américaine tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-james-fox/#i_5865

GREY CHARLES (1764-1845)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 352 mots

Originaire d'une grande famille aristocratique anglaise, qui lui vaut d'hériter en 1807 du titre de comte, député du comté de Northumberland à vingt-deux ans, Charles Grey fut pendant toute sa carrière politique un libéral modéré, très réservé à l'égard des courants les plus radicaux au sein du parti whig. Comme nombre de jeunes enthousiasmés par l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-grey/#i_5865

GUILLAUME IV (1762-1837) roi du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande et roi de Hanovre (1830-1837)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 509 mots

Roi du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande et roi de Hanovre (1830-1837), né le 21 août 1765 à Londres, mort le 20 juin 1837 au château de Windsor. Troisième fils du roi George III, le prince Guillaume Henri, duc de Clarence, surnommé par la suite le Roi marin, s'engage dans la Royal Navy à l'âge de 13 ans, combat dans la guerre d'indépen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-iv-1762-1837-roi-du-royaume-uni-de-grande-bretagne-et-d-irlande-et-roi-de-hanovre-1830-1837/#i_5865

MACAULAY THOMAS BABINGTON baron (1800-1859)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 318 mots

Historien et homme d'État britannique. Fils d'un négociant, lui-même homme de loi de formation, Macaulay a connu une brillante carrière politique dans les rangs des whigs. Membre du Conseil des Indes de 1834 à 1838, plusieurs fois ministre, en particulier de la Guerre de 1839 à 1841, il demeura activement mêlé à la vie parlementaire jusqu'en 1855 e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-macaulay/#i_5865

OATES TITUS (1649-1705)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 334 mots

Ancien clerc anglican converti au catholicisme, Titus Oates entre dans l'histoire en suscitant la dernière grande panique antipapiste en Angleterre. Accusant, en 1678, les catholiques de préparer un complot pour tuer le roi et rétablir la foi romaine avec l'aide des armes françaises, il réussit à convaincre le Parlement de la véracité de ses dires, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/titus-oates/#i_5865

PITT LES

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 2 992 mots
  •  • 4 médias

Le père et le fils, l'aîné devenu comte de Chatham en 1766, « le jeune », parvenu à la charge suprême de Premier ministre, en 1783, cinq ans après la mort de son père, constituent le cas exceptionnel dans l'histoire de l'Angleterre d'une famille d'hommes d'État dont l'influence ait été décisive pour les destinées nationales pendant plus d'un demi-s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-pitt/#i_5865

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « La démocratisation »  : […] Aimant son métier de reine et l'accomplissant avec une rare conscience et aussi une jalousie certaine, après la mort de son époux, à l'encontre de tout membre de sa famille, Victoria a su s'adapter aux exigences de son époque. À partir de 1841 et de la chute de Melbourne, ses Premiers ministres, à commencer par sir Robert  Peel, sont choisis en fon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_5865

SHADWELL THOMAS (1642-1692)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 762 mots

Né dans le Norfolk, Thomas Shadwell est étudiant à Gonville and Caius College (Cambridge), puis passe au Middle Temple (Londres). Selon la coutume des jeunes intellectuels, il voyage quelque temps sur le continent. À son retour, il prend le goût du théâtre et fait jouer sa première pièce, Les Amants maussades ( The Sullen Lovers ) en 1668. C'est u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-shadwell/#i_5865

SHAFTESBURY ANTHONY ASHLEY COOPER 1er comte de (1621-1683)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 486 mots

Homme politique anglais de tout premier plan. La vie publique de Shaftesbury commence en 1640 par son élection au Parlement et elle est marquée par des retournements étonnants qui l'ont fait qualifier de « Jeckyll et Hyde de la vie politique anglaise » (David Ogg). Successivement partisan du roi, puis du Parlement au temps de la première Révolution […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthony-ashley-cooper-1er-comte-de-shaftesbury/#i_5865

SWIFT JONATHAN (1667-1745)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 5 405 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La politique »  : […] Cette ère d'Auguste ( the Augustan Era , comme les Anglais appellent le règne de la reine Anne) est vraiment l'époque où un Swift peut donner toute sa mesure. C'est le triomphe (apparent) de la raison classique, c'est aussi le temps des luttes politiques par la cabale et par l'écrit, tandis que se poursuit une guerre absurde contre la France, pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jonathan-swift/#i_5865

VICTORIENNE ÉPOQUE

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT, 
  • Roland MARX
  •  • 10 869 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les affrontements politiques »  : […] La Constitution ne connaît aucun changement important, après la dernière réforme parlementaire et électorale de 1832. Assainie par la lutte contre la corruption, la vie politique demeure l'apanage des propriétaires, d'un électorat qui correspond à quelque 5 p. 1 000 de la population et alors que le cens d'éligibilité écarte les moins fortunés. Bour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epoque-victorienne/#i_5865

WALPOLE ROBERT, 1er comte d'Orford (1676-1745)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 330 mots

Issu de la gentry du Norfolk, député aux Communes en 1702, Robert Walpole est pendant toute sa vie politique demeuré fidèle au « parti » whig. Plusieurs fois ministre avant 1717, il domine la vie politique anglaise à partir de 1721 et jusqu'en 1742. Ses opinions le favorisent à une époque où la jeune dynastie de Hanovre craint le jacobitisme et se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-walpole/#i_5865

Pour citer l’article

Roland MARX, « WHIGS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/whigs/