SWIFT JONATHAN (1667-1745)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La politique

Cette ère d'Auguste (the Augustan Era, comme les Anglais appellent le règne de la reine Anne) est vraiment l'époque où un Swift peut donner toute sa mesure. C'est le triomphe (apparent) de la raison classique, c'est aussi le temps des luttes politiques par la cabale et par l'écrit, tandis que se poursuit une guerre absurde contre la France, pour savoir qui vendra du drap à l'Espagne, dont Louis XIV (Lewis le Babouin) convoite le trône. Mais il y a sans doute plus d'un motif intéressé pour que les whigs se refusent à voir triompher Louis XIV – ne craignent-ils pas que s'écroule la dette publique en cas d'échec ? – et que les tories préfèrent la paix, car les squires, propriétaires terriens, détestent les spéculateurs. C'est entre ces deux partis que se joue l'avenir.

Swift se rallie d'abord aux whigs ; c'est un esprit libéral, ouvert aux innovations. Il prendra une part très active à la guerre des pamphlets. Dans Le Discours sur les dissensions à Athènes et à Rome (Discourse on the Dissensions in Athens and Rome, 1701), il expose le point de vue whig. Mais aussi il veut justifier sa sincérité anglicane, et voici Les Sentiments d'un anglican (The Sentiments of a Church of England Man, 1708), Argument contre l'abolition du christianisme (Argument against Abolishing Christianity, 1709) et Projet pour l'avancement de la religion (A Project for the Advancement of Religion and the Reformation of Manners, 1709). Il ne fallait pas que l'on doutât de ses sentiments chrétiens : ces pamphlets, adroits et vigoureux, ne lui valurent, hélas, pas d'avancement. Les whigs, qu'il sert si bien, le récompensent mal. Il mord son frein, et, pour faire diversion, s'amuse avec rage à taquiner méchamment un astrologue à la mode, Partridge, qui publiait chaque année un almanach avec ses prédictions. Swift s'érige en astrologue sous le nom (inventé) de Bickerstaff, qui prédit la mort de Partridge pour l'année 1708, et se régale à confondre ses prédictions et ses réfutations.

Mais il y a plus sérieux. Voici que la reine se lasse de la guerre et des whigs. Le 22 août 1710 éclate la b [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages





Écrit par :

  • : doyen honoraire de la faculté des lettres et sciences humaines d'Aix-en-Provence

Classification


Autres références

«  SWIFT JONATHAN (1667-1745)  » est également traité dans :

LES VOYAGES DE GULLIVER, Jonathan Swift - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nathalie ZIMPFER
  •  • 1 019 mots
  •  • 1 média

Lorsque paraissent les Voyages de Gulliver (1726), Jonathan Swift (1667-1745), doyen de la cathédrale anglicane St. Patrick à Dublin, a près de soixante ans et une longue carrière politique et littéraire derrière lui. Le rôle qu'il a joué de 1710 à 1714 en Angleterre comme ministre occulte de la propagande du gouvernement tory lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-voyages-de-gulliver/#i_5922

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Apogée du classicisme »  : […] Dans Les Voyages de Samuel Gulliver ( Gulliver's Travels , 1726) comme dans The Rape of the Lock , l'esprit joue sur les proportions, sur ce que Voltaire appellera « le complexe de Micromégas » : le désespoir de Belinda est comparé à celui de jeunes rois faits prisonniers ; la terre, la mer et l'air sont nommés dans un même contexte avec les petits chiens et les perroquets ; dans Gulliver , les e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_5922

DEFOE DANIEL (1660-1731)

  • Écrit par 
  • Pierre NORDON
  •  • 1 942 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Romancier »  : […] Robinson Crusoé est publié en 1719. C'est un récit imaginaire inspiré par l'aventure du marin écossais Alexandre Selkirk. Le succès est immédiat et considérable : Defoe lui donnera une suite et consacrera désormais à la littérature romanesque la plus grande partie de son activité. Capitaine Singleton paraît en 1720, Moll Flanders , le Journal de l'année de la peste ( A Journal of the Plague Year […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-defoe/#i_5922

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri FLUCHÈRE, « SWIFT JONATHAN - (1667-1745) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jonathan-swift/