TEMPLE WILLIAM (1628-1699)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'origine irlandaise, l'un des plus éminents serviteurs de la Couronne anglaise à l'époque de la Restauration. En fait, sa carrière a été triple. Diplomate habile, William Temple a attaché son nom, entre 1665 et 1678, à une série de missions sur le continent européen qui, toutes, ont eu pour objet de contrecarrer certains des plus ambitieux desseins de Louis XIV : en particulier, en 1668, il est l'artisan de la Triple-Alliance rassemblant les Provinces-Unies, la Suède et l'Angleterre et, en 1674-1675, il favorise le retour à la paix entre la Hollande et une Angleterre engagée par son roi dans une politique d'entente impopulaire avec le souverain français. Homme politique, il a tenté, entre 1679 et 1681, de réaliser l'impossible réconciliation des whigs et des tories et a persuadé Charles II de faire le vain essai de créer un Conseil privé de trente membres, que le roi aurait nécessairement dû consulter avant toute décision et avec lequel il aurait en fait gouverné.

Homme de lettres, poète et penseur politique, il a partagé avec nombre de ses contemporains l'ambition de définir la nature du gouvernement ; il a pris parti dans une querelle anglaise des Anciens et des Modernes en se rangeant dans le camp des admirateurs du passé (Upon Ancient and Modern Learning, 1692) et a produit, surtout après 1681, des œuvres historiques et littéraires dont la réputation a été grande : pendant une longue période du siècle suivant, elles ont été citées comme exemple d'un style particulièrement élégant et d'une langue remarquable. Les éloges que lui ont prodigués Jonathan Swift, son protégé, puis Samuel Johnson ont été discutés par leurs contemporains et n'ont pas été repris par la postérité.

—  Roland MARX

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  TEMPLE WILLIAM (1628-1699)  » est également traité dans :

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 036 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les deux cultures »  : […] À la différence des humanistes, les inventeurs de ce que nous appelons aujourd'hui les sciences exactes ne nourrissent aucun complexe à l'égard de l'Antiquité. Conscients des progrès qu'ils réalisent, ils les expriment dans les langues vulgaires et délaissent progressivement le latin, réservé, écrit Descartes dans le Discours de la méthode (1637), « à ceux qui ne croient qu'aux livres anciens ». […] Lire la suite

SWIFT JONATHAN (1667-1745)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 5 405 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Apprentissage chez un grand seigneur »  : […] Vingt et un ans, sans emploi, sans argent, c'est chez sir William Temple (1628-1699) que Jonathan trouve pitance et protection. Sir William, diplomate retiré et bon humaniste, prenait ses aises à Moor Park (dans le Surrey), où il accueillit le fils de ses amis Swift. Ce séjour fut capital pour la formation et la carrière du protégé brillant et dévoué qui y vécut, en trois reprises, près de dix an […] Lire la suite

WELFARE STATE BRITANNIQUE

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 871 mots
  •  • 2 médias

L'expression Welfare State est le plus souvent traduite en français par État-providence. Elle semble être née en Angleterre en 1942, par un jeu de mots qui l'opposait à Warfare State (état de guerre), et son « inventeur » fut peut-être l'archevêque de Canterbury, William Temple, apôtre contemporain du christianisme social. Après la Seconde Guerre mondiale, son acception fut très large, s'appliqu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland MARX, « TEMPLE WILLIAM - (1628-1699) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/william-temple/