SWIFT JONATHAN (1667-1745)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du réel à l'imaginaire : les « Voyages »

C'est en 1721 que Swift mentionne dans une lettre à Charles Ford qu'il est occupé à écrire l'histoire de ses voyages. Toute sa vie, le pamphlétaire, et on peut dire le poète, s'était battu contre une armée de désagréments et de maux réels, qui l'assaillaient de toutes parts, partout où il se trouvait. Une lucidité terrifiante pénétrait tous les coins d'ombre, scrutait les cœurs et les cerveaux. Partout le mensonge, la cupidité, des pièges tendus, les intrigues, les déceptions, les maladies, dont il était vraiment la victime, et qui menaçaient de le terrasser, les femmes, dont les assiduités importunes, avec le cortège hideux des obsessions répugnantes qu'elles traînaient après elles sans le vouloir. L'homme d'Église se cabre devant la sottise des fanatismes, le penseur ricane devant l'orgueil et les impostures dont la science ne peut se libérer pour progresser, le politique trempe dans le scandale des désaveux et des compromissions – le monde réel n'offre que l'image du mal sous mille formes, une caricature des intentions du plasmateur, une incitation à la révolte et à la débauche de la pensée. Aliéné dans ce monde, frustré dans ses ambitions, sa foi, ses espoirs, Swift va décidément s'exiler dans son monde imaginaire pour s'adonner librement à son vice essentiel qui serait paradoxalement de promouvoir et de propager la vertu. Ce misanthrope forcené espère encore que les hommes comprendront.

Oui, les Voyages de Gulliver (Gulliver's Travels), au même titre que les pamphlets circonstanciels, sont une machine de guerre. Mais ici l'évasion est définitive, la libération totale. Suprême tentative d'attenter au mal public, de prendre la vie dans son ensemble, l'homme dans sa totalité, de le regarder au microscope ou au télescope, de lui fouiller les entrailles, d'examiner les loupes, les ulcères, de renifler les excréments, de lui tendre le miroir de la vérité, celui qui déforme les traits, le fait grimacer dans les halos de ses reflets, de plonger la sonde par-delà même la chair, pour lui dire enfin : regarde-toi, créature, et dis- [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages


Écrit par :

  • : doyen honoraire de la faculté des lettres et sciences humaines d'Aix-en-Provence

Classification


Autres références

«  SWIFT JONATHAN (1667-1745)  » est également traité dans :

LES VOYAGES DE GULLIVER, Jonathan Swift - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nathalie ZIMPFER
  •  • 1 019 mots
  •  • 1 média

Lorsque paraissent les Voyages de Gulliver (1726), Jonathan Swift (1667-1745), doyen de la cathédrale anglicane St. Patrick à Dublin, a près de soixante ans et une longue carrière politique et littéraire derrière lui. Le rôle qu'il a joué de 1710 à 1714 en Angleterre comme ministre occulte de la propagande du gouvernement tory lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-voyages-de-gulliver/#i_5922

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Apogée du classicisme »  : […] Dans Les Voyages de Samuel Gulliver ( Gulliver's Travels , 1726) comme dans The Rape of the Lock , l'esprit joue sur les proportions, sur ce que Voltaire appellera « le complexe de Micromégas » : le désespoir de Belinda est comparé à celui de jeunes rois faits prisonniers ; la terre, la mer et l'air sont nommés dans un même contexte avec les petits chiens et les perroquets ; dans Gulliver , les e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_5922

DEFOE DANIEL (1660-1731)

  • Écrit par 
  • Pierre NORDON
  •  • 1 942 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Romancier »  : […] Robinson Crusoé est publié en 1719. C'est un récit imaginaire inspiré par l'aventure du marin écossais Alexandre Selkirk. Le succès est immédiat et considérable : Defoe lui donnera une suite et consacrera désormais à la littérature romanesque la plus grande partie de son activité. Capitaine Singleton paraît en 1720, Moll Flanders , le Journal de l'année de la peste ( A Journal of the Plague Year […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-defoe/#i_5922

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri FLUCHÈRE, « SWIFT JONATHAN - (1667-1745) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jonathan-swift/