NEUMANN JOHN VON (1903-1957)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre du mathématicien John von Neumann est remarquable par la très grande variété de son champ et par l'unité conceptuelle qui s'en dégage. Héritier de Hilbert et de l'école formaliste, il sut, de ses premières recherches sur l'axiomatisation de la théorie des ensembles à la pratique des ordinateurs, justifier l'optimisme inébranlable qu'il avait placé dans le rôle privilégié des mathématiques comme niveau conceptuel. Il donna des modèles rigoureux et rationnels de théories qui semblaient informalisables dans l'optique classique de la physique en utilisant les techniques mathématiques les plus élaborées qu'il développa ou créa à cet effet.

John von Neumann

John von Neumann

Photographie

Le mathématicien américain d'origine hongroise John von Neumann participa notamment à l'élaboration de la théorie des ensembles, à la conception de la bombe H, et fut le précurseur des ordinateurs. 

Crédits : Bettmann/ Corbis

Afficher

De la mathématique à la physique nucléaire

John von Neumann naquit à Budapest d'une famille aisée. Il fit ses études supérieures à l'université de Budapest mais, pendant cette période, il séjourna fréquemment à Berlin et surtout à Zurich où il eut des contacts avec H. Weyl et G. Polya.

Ses premiers travaux mathématiques manifestent beaucoup de précocité et une grande profondeur : lorsqu'il devint privat-dozent à l'université de Berlin en 1927, il avait déjà acquis, par ses travaux sur la théorie des ensembles et les fondements de la mécanique quantique, une renommée mondiale. En 1929, il quitte Berlin pour l'université de Hambourg.

En 1931, il s'expatrie, s'établit aux États-Unis et devient professeur, à l'université de Princeton d'abord, puis, en 1933, à l'Institute for Advanced Studies de Princeton qui réunissait un grand nombre de scientifiques éminents de toutes nationalités.

Dès le commencement de la Seconde Guerre mondiale, von Neumann participe à de nombreux « projets » scientifiques militaires et paramilitaires. Il travaille sur la théorie des machines mathématiques. Comme de nombreux chercheurs américains, il a collaboré à la mise au point de la première bombe atomique, tant par ses travaux sur les calculateurs et le guidage automatique que par un travail direct avec les physiciens (étude théorique de l'implosion, contrôle des réactions the [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences honoraire à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  NEUMANN JOHN VON (1903-1957)  » est également traité dans :

THEORY OF GAMES AND ECONOMIC BEHAVIOR, John von Neumann et Oskar Morgenstern - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe MAMAS
  •  • 1 046 mots
  •  • 1 média

En 1944, deux émigrés européens installés aux États-Unis, John von Neumann (1903-1957), mathématicien de génie d’origine hongroise, qui deviendra plus tard l’un des inventeurs de l’ordinateur, et Oskar Morgenstern (1902-1977), économiste d’origine autrichienne, publient un impressionnant traité d’étu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theory-of-games-and-economic-behavior/#i_31091

AUTOMATES CELLULAIRES

  • Écrit par 
  • Philippe COLLARD
  •  • 2 328 mots

Dans le chapitre « Qu'est-ce qu'un automate cellulaire ? »  : […] Il est de coutume d'attribuer la paternité des automates cellulaires aux mathématiciens John von Neumann et Stanislas Ulam qui ont introduit et étudié ces automates dans les années 1940. La motivation d'Ulam était de générer dynamiquement des constructions graphiques en utilisant des règles d'évolution simples. Neumann, pour sa part, avait pour ambition de réaliser des systèmes dynamiques simple […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/automates-cellulaires/#i_31091

CONNES ALAIN (1947- )

  • Écrit par 
  • Jacques TITS
  •  • 1 239 mots

Alain Connes, mathématicien français, a obtenu la médaille Fields en 1982 avec W. P. Thurston (États-Unis) et S. T. Yau (originaire de Chine, vivant aux États-Unis). Alain Connes est né le 1 er  avril 1947 à Draguignan. Ancien élève à l'École normale supérieure, il a reçu, en 1980, le prix Ampère, l'un des plus importants décernés par l'Académie des sciences. Il a été élu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-connes/#i_31091

CONSTRUCTION, mathématique

  • Écrit par 
  • André WARUSFEL
  •  • 1 434 mots

Pendant des millénaires les objets mathématiques ont été considérés comme ayant une existence propre. Depuis la fin du xix e  siècle et surtout le début du xx e , on a mis au point une méthode axiomatique consistant à tout reprendre afin de donner une base solide à la mathématique à partir du très […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/construction-mathematique/#i_31091

CONTINGENCE

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 892 mots

Dans le chapitre « La contingence dans les sciences sociales »  : […] Il ne s'agit pas ici d'examiner le rôle que les grandes philosophies de l'histoire attribuent à l'idée de contingence, mais de considérer si, parmi les sciences sociales, il en est qui recourent à cette notion dans leurs descriptions concrètes ou leurs hypothèses explicatives. Si les sciences sociales, en effet, se dotent d'un concept de contingence, nous le trouverons soit dans la présentation ob […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contingence/#i_31091

DÉRIVÉES PARTIELLES (ÉQUATIONS AUX) - Équations non linéaires

  • Écrit par 
  • Claude BARDOS
  •  • 10 860 mots
  •  • 3 médias

L'étude des équations aux dérivées partielles non linéaires se trouve à l' interface de nombreux problèmes scientifiques. En effet, la plupart des phénomènes de la physique ou des sciences de l'ingénieur sont non linéaires et une modélisation par des équations linéaires risque, dans certains cas, d'effacer des événements que les équations linéaires ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/derivees-partielles-equations-aux-equations-non-lineaires/#i_31091

ÉLECTRONIQUE INDUSTRIE

  • Écrit par 
  • Michel-Henri CARPENTIER
  •  • 14 320 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  L'informatique »  : […] C'est à la fin de la Seconde Guerre mondiale que John von Neumann met à profit, aux États-Unis, les idées émises en 1936 par le Britannique Alan Mathison Turing. Aujourd'hui encore, les calculateurs numériques universels (en anglais general purpose computers ) fonctionnent suivant les conceptions de von Neumann : « Je vais voir dans la mémoire de programmes ce que je dois fai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/industrie-electronique/#i_31091

E.N.I.A.C.

  • Écrit par 
  • Olivier LAVOISY
  •  • 250 mots
  •  • 1 média

En 1945, à l'université de Pennsylvanie, les ingénieurs américains John P. Eckert et John W. Mauchly achèvent la construction du premier calculateur numérique électronique programmable connu : l'E.N.I.A.C. (Electronic Numerical Integrator and Computer), initialement destiné à remplacer un service de calcul mécanique pour la compilation des tables de tir d'artillerie. Volumineux (30 t, 30 m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/e-n-i-a-c/#i_31091

ERGODIQUE THÉORIE

  • Écrit par 
  • Antoine BRUNEL
  •  • 3 359 mots

Dans le chapitre « Les théorèmes de G. D. Birkhoff et de J. von Neumann »  : […] On va maintenant formaliser le problème ergodique. On se donne un espace compact Ω et une mesure de Radon positive m sur Ω (cf. intégration et mesure  ; on peut se placer dans des situations plus générales, mais on n'a pas jugé utile de le faire ici), qui est aussi une probabilité m (Ω) = 1 (cf.  calcul des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-ergodique/#i_31091

HASARD

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 6 801 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La théorie des jeux »  : […] Jusqu'ici, le hasard est apparu comme étroitement lié aux aléas extérieurs, qu'on peut ranger, schématiquement, en deux classes : l'incertitude relative aux événements naturels ou non intentionnels et l'incertitude qui résulte de l'impossibilité de prévoir la conduite d'autrui . Les jeux fournissent une illustration très simple de ces deux cas : dans une loterie, le résultat dépend du mouvement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hasard/#i_31091

HILBERT DAVID (1862-1943)

  • Écrit par 
  • Rüdiger INHETVEEN, 
  • Jean-Michel KANTOR, 
  • Christian THIEL
  •  • 14 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Problème 6 : mathématisation des axiomes de la physique »  : […] Il est impossible d'établir un quelconque lien entre les préoccupations de Hilbert en 1900, consacrées à la physique, et l'état actuel des problèmes mathématiques reliés à notre conception de l'Univers. En effet, il faut d'abord tenir compte de la profonde révolution que connut la physique : relativité, théorie quantique, relativité générale. Comme les progrès de la logique, ces découvertes débor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-hilbert/#i_31091

HILBERT ESPACE DE

  • Écrit par 
  • Lucien CHAMBADAL, 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 3 425 mots

La théorie des espaces hilbertiens trouve son origine dans celle des développements de fonctions arbitraires en séries de fonctions orthogonales, lesquelles apparaissent le plus souvent comme fonctions propres de certains opérateurs différentiels linéaires (séries de Fourier, fonctions sphériques, théorie des oscillations de Sturm-Liouville). À l'occasion de l'étude des équations intégrales, ébauc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-de-hilbert/#i_31091

JEUX THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 8 066 mots

Dans le chapitre « La théorie des jeux coopératifs »  : […] Dès que le jeu compte plus de deux joueurs, ceux-ci peuvent envisager de former des coalitions , en coopérant, d'une certaine façon (chacun ayant toujours pour objectif, néanmoins, de maximiser son gain personnel). La théorie des jeux coopératifs s'intéresse à ce type de situation ; plus précisément, elle prend pour point de départ les individus et tout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-jeux/#i_31091

MATHÉMATIQUE ÉCOLE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • François ETNER
  •  • 2 774 mots

Dans le chapitre « Les grandes étapes de l'économie mathématique »  : […] En Angleterre, à la fin du xvii e  siècle, William Petty prône l'usage du calcul pour rationaliser l'action publique. Il nomme « arithmétique politique » sa méthode, l'appliquant à ce que l'on appellerait aujourd'hui de l'économie, de la démographie et de la statistique descriptives ( Political Arithmetick , 1690). On doit à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-economique-mathematique/#i_31091

MATHÉMATIQUES FONDEMENTS DES

  • Écrit par 
  • Jean Toussaint DESANTI
  •  • 10 438 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les problèmes d'existence : intuitionnisme et formalisme »  : […] En 1908 cependant, de tels résultats ne pouvaient être atteints. En partie par suite de l'absence de moyens « métamathématiques » propres à préciser le concept d'« existence » mathématique, ou celui, plus général encore, de « propriété bien définie » (en cela l' Aussonderungsaxiom fait difficulté chez Zermelo). Mais, plus généralement encore, parce que l'axiomatique de Zermel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondements-des-mathematiques/#i_31091

NORMÉES ALGÈBRES

  • Écrit par 
  • Jean-Luc SAUVAGEOT, 
  • René SPECTOR
  •  • 4 735 mots

Dans le chapitre « Algèbres de von Neumann »  : […] Une algèbre de von Neumann est une sous-algèbre involutive de l'algèbre L (H) des opérateurs bornés d'un espace de Hilbert H (cf. ci-dessus l'exemple 2′) qui vérifie l'une des trois propriétés équivalentes suivantes : a ) elle contient l'opérateur identité et elle est fermée pour la topologie de la convergence simple ; b ) elle contient l'opérateur ident […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algebres-normees/#i_31091

ORDINATEURS

  • Écrit par 
  • Danièle DROMARD, 
  • François PÊCHEUX
  •  • 13 236 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les améliorations de l'architecture de von Neumann »  : […] Les performances des ordinateurs ont connu une progression spectaculaire puisque les vitesses de calcul ont approximativement décuplé tous les cinq ans. Toutefois, les améliorations technologiques successives n'ont que peu modifié l'organisation interne des processeurs. Dans le modèle de von Neumann, les performances de la mémoire conditionnent les performances du système tout entier, puisque tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordinateurs/#i_31091

PREMIERS ORDINATEURS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 1 106 mots

1904 Le Britannique John Ambrose Fleming invente la diode, premier tube à vide comportant deux électrodes, qui permet de capter et de redresser un signal radio. 1906 L'Américain Lee De Forest invente la triode, tube à vide à trois électrodes, qui permet d'amplifier un faible courant électrique. Les tubes ou « lampes » de De Forest et de Flemi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premiers-ordinateurs-reperes-chronologiques/#i_31091

STRATÉGIE ET TACTIQUE

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 3 632 mots

Dans le chapitre « Le vocabulaire mathématique »  : […] L 'histoire de l'analyse des jeux de société montre que, de Nicolas Bernoulli et Pierre Rémond de Montmort (début du xviii e  s.) à Émile Borel (1921-1924), les mathématiciens qui ont réfléchi sur les jeux où intervient l'habileté des joueurs ont été persuadés que les mathématiques laissaient échapper un élément déterminant, la finesse du joueur, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/strategie-et-tactique/#i_31091

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Luc VERLEY, « NEUMANN JOHN VON - (1903-1957) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-von-neumann/