AUTOMATES CELLULAIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'intelligence artificielle (I.A.), en proposant de concevoir des machines dotées de capacités de « raisonnement », constitue la première tentative pour implanter et étudier sur des médias artificiels certaines caractéristiques du monde vivant. Cet objectif trop ambitieux a conduit l'I.A. à un échec relatif. La vie artificielle (V.A.) suit une démarche plus réaliste et pragmatique ; elle propose de faire émerger des comportements de haut niveau à partir de règles simples définies au niveau le plus bas.

Christopher Langton propose d'aborder la V.A. comme « l'étude de systèmes construits par l'homme qui présentent des comportements caractéristiques des systèmes vivants naturels ». Cet énoncé soulève bien évidemment le difficile problème de la définition du concept de vie. Une réponse consisterait à énumérer les caractéristiques des systèmes vivants ; les propriétés le plus souvent proposées font référence à la capacité de se reproduire, contenir l'information nécessaire à sa reproduction, produire sa propre énergie, maintenir sa viabilité, évoluer, répondre aux stimuli, raisonner, ou encore mourir. Ces propriétés sont-elles suffisantes, nécessaires ? Il n'y a pas de réponse simple à ces questions. Paradoxalement, c'est l'absence même de définition de la vie qui offre une opportunité pour la V.A. Un objectif sera de définir ce qui permettrait de distinguer « la vie telle que nous la connaissons » de « la vie telle qu'elle pourrait être » et ainsi de participer à une meilleure compréhension des mécanismes biologiques. De plus, la V.A. ouvre un champ de recherche autonome qui se propose de rechercher des principes vitaux, indépendants de tout support physique et de concevoir des systèmes « vivants » sur des ordinateurs ou robots autonomes. Dans ce contexte, les automates cellulaires (A.C.) ont ouvert la voie et on peut les considérer comme une première approche pour concevoir des systèmes de V.A.

Les automates cellulaires sont des systèmes artificiels inspirés des systèmes naturels. Leurs com [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  AUTOMATES CELLULAIRES  » est également traité dans :

WOLFRAM STEPHEN (1959- )

  • Écrit par 
  • Antony G. CRAINE, 
  • Universalis
  •  • 606 mots

Physicien britannique, né le 29 août 1959 à Londres. Fils d'un romancier et d'une professeur de philosophie à l'université d'Oxford, Stephen Wolfram étudie au collège d'Eton et n'a que quinze ans lorsque paraît son premier article scientifique. Il poursuit ses études à l'université d'Oxford, puis à l'Institut de technologie de Californie où il obtient un doctorat en physique théorique en 1979. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephen-wolfram/#i_39776

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe COLLARD, « AUTOMATES CELLULAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/automates-cellulaires/