JÉSUITES ou COMPAGNIE DE JÉSUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une histoire mouvementée

Les historiens de la Compagnie divisent généralement son histoire en trois périodes : la première va de 1540 à la suppression par Clément XIV en 1773 ; la seconde couvre les années de survie clandestine, de 1773 à 1814, date à laquelle Pie VII a rétabli l'ordre ; la dernière période s'étend de 1814 à nos jours.

De l'âge d'or à la suppression de la Compagnie

L'âge d'or

À l'intérieur de la première période, un « siècle d'or » s'est écoulé de 1540 à 1640, année de la publication, un peu ostentatoire, par les jésuites des Pays-Bas espagnols de l'Imago primi saeculi. À la mort d'Ignace de Loyola en 1556, la Compagnie comprenait 1 000 membres et administrait quelque 150 fondations (résidences, noviciats, maisons professes et collèges). Cent ans plus tard, on comptait plus de 15 000 jésuites et 550 fondations. Certes les missionnaires de l'ordre avaient déjà connu échecs et martyres au Japon, en Éthiopie et au Canada. Mais ils détenaient une position importante en Chine et mettaient sur pied les « réductions » du Paraguay. Les jésuites étaient devenus les confesseurs habituels des souverains catholiques. Leurs collèges, dont l'organisation et l'enseignement étaient les mêmes dans le monde entier, groupaient quelque 150 000 élèves. En 1773, les jésuites étaient 23 000, répartis entre 39 provinces ; leurs fondations étaient au nombre de 1 600, avec 800 collèges où professaient 15 000 enseignants.

Depuis 1773, la Compagnie a connu, en divers coins du monde, une trentaine de suppressions et d'expulsions. Néanmoins, elle compte 23 244 membres en 1993 et constitue numériquement le deuxième ordre catholique, après l'ensemble des familles de franciscains. Elle est le plus important des ordres missionnaires. Congrégation enseignante, les jésuites comptent près de 8 000 pères qui se consacrent à des tâches scolaires dans quelque 1 840 établissements.

La cohésion de la Compagnie, le secret dont elle s'entourait, son ultramontanisme militant, son indépendance vis-à-vis des hiérar [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages





Écrit par :

  • : professeur honoraire au Collège de France, membre de l'Institut

Classification


Autres références

«  JÉSUITES ou COMPAGNIE DE JÉSUS  » est également traité dans :

FONDATION DE LA COMPAGNIE DE JÉSUS

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 209 mots
  •  • 1 média

La Compagnie de Jésus s'inscrit dans le mouvement de fondation des sociétés de clercs réguliers qui associent l'apostolat de tous les jours à la régularité de la vie religieuse encadrée par des vœux mais sans les obligations de la vie conventuelle. Ignace de Loyola transcrit son expérience personnelle dans ses Exercices spirituels […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique portugaise

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURO
  •  • 4 224 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les esclaves »  : […] L'esclavage étant encore une pratique courante en Méditerranée et en Afrique au xvi e  siècle, les Portugais l'adoptèrent au Brésil dès qu'ils voulurent faire travailler les Indiens. Les donataires reçurent le droit de les mettre en esclavage et même d'en vendre un certain nombre sur le marché de Lisbonne. Ces Indiens étaient assez primitifs et ne se révélèrent guère aptes au travail sédentaire, a […] Lire la suite

RHÉTORIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN
  •  • 1 669 mots

Dans le chapitre « Un modèle d'enseignement »  : […] Développée par Aristote, acclimatée à la latinité par Cicéron puis Quintilien, enfin intégrée par Augustin et les Pères de l'Église au christianisme, la rhétorique a considérablement changé de visage dans ces différentes périodes. Progressivement écartée au cours du Moyen Âge, elle fait retour pendant la Renaissance qui redécouvre les textes antiques. Elle établit les moyens de fabriquer un bon d […] Lire la suite

ARRUPE PEDRO (1907-1991)

  • Écrit par 
  • Alain WOODROW
  •  • 1 068 mots

Le vingt-septième successeur d'Ignace de Loyola n'était pas seulement originaire du Pays basque comme le fondateur de la Compagnie de Jésus. Pedro Arrupe ressemblait à ce dernier de façon étonnante — le même profil, la calvitie, la maigreur ascétique et le regard de braise —, mais il avait surtout le même désir de ramener ses contemporains aux valeurs de l'Évangile, en épousant les aspirations de […] Lire la suite

BARTOLI DANIELLO (1608-1685)

  • Écrit par 
  • Paul LARIVAILLE
  •  • 330 mots

Admis très jeune parmi les novices de la Compagnie de Jésus, Daniello Bartoli, après des études approfondies de rhétorique, puis de philosophie et de théologie, enseigne d'abord la rhétorique et devient bientôt un prédicateur apprécié. En 1646, il se voit conférer la lourde charge d'historien de la Compagnie de Jésus. Il publie, dès 1650, une biographie en cinq livres de saint Ignace de Loyola, fo […] Lire la suite

BERNARDIN DE SAINT-PIERRE HENRI (1737-1814)

  • Écrit par 
  • Gabriel-Robert THIBAULT
  •  • 1 893 mots

Dans le chapitre « Une culture humaniste, puis l'École royale des ponts et chaussées »  : […] Bernardin de Saint-Pierre reçoit sa première instruction des prêtres diocésains du collège du Havre dont le programme est proche de la Ratio studiorum de la Compagnie de Jésus. Ensuite, il continue ses études chez les jésuites de Caen puis de Rouen. Parallèlement à l'enseignement du collège de Rouen, il suit à l'Académie royale des sciences, belles-lettres et arts les cours de dessin du peintre J […] Lire la suite

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

Dans le chapitre « Le débat méthodologique des années 1960-1970 »  : […] La fin des années 1960 et les années 1970 ont été celles d'une crise relativement grave qui toucha l'approche du texte biblique. La manière germanique et luthérienne de traiter celui-ci, laquelle, dans une longue histoire qui va de Gunkel pour l'Ancien Testament à Bultmann et à ses disciples pour le Nouveau, engendra successivement la Formgeschichtliche Methode et la Redaktionsgeschichtliche Met […] Lire la suite

BOLLANDISTES

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 627 mots

Groupe d'érudits qui, jésuites pour la plupart, s'attachent, depuis le xvii e  siècle, à la publication et à la critique des documents hagiographiques du christianisme. En 1607, le père Héribert Rosweyde (1569-1629), jésuite d'Anvers, publia une liste de treize cents vies de saints anciennes, qu'il avait l'intention de publier. En fait, il édita, en 1615, un important recueil de vies de saints moi […] Lire la suite

BRÉBEUF JEAN DE (1593-1649)

  • Écrit par 
  • André VACHON
  •  • 484 mots

Missionnaire français, Jean de Brébeuf a vécu pendant quinze années au milieu des Hurons. Nul ne les connaissait mieux que lui : il leur a consacré des pages qui comptent parmi les plus précieuses de l'ethnographie amérindienne. Né à Condé-sur-Vire, il entre chez les Jésuites en 1617 : il est ordonné prêtre en 1622. Désigné pour la nouvelle mission jésuite du Canada, il débarque à Québec en 1625. […] Lire la suite

CHILI

  • Écrit par 
  • Raimundo AVALOS, 
  • Olivier COMPAGNON, 
  • Roland PASKOFF, 
  • Sergio SPOERER, 
  • Sébastien VELUT
  • , Universalis
  •  • 19 433 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'éveil d'une conscience nationale »  : […] En 1767, l'expulsion des Jésuites ordonnée par le roi eut des répercussions profondes, surtout dans les milieux intellectuels, car ces religieux dirigeaient écoles et collèges, et le besoin de s'instruire se faisait fortement sentir. On peut dire que la base de l'existence coloniale au Chili était essentiellement ecclésiastique. Tous les livres étaient écrits en latin et très peu de Chiliens poss […] Lire la suite

CLORIVIÈRE PIERRE JOSEPH PICOT DE LA (1735-1820)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 160 mots

Jésuite français, lié à la Compagnie quelques jours avant sa dissolution par Clément XIV (1773), Clorivière connaît l'exil, puis la clandestinité et la prison entre 1793 et 1809, à cause de ses amitiés royalistes. Il reste fidèle, dans ses épreuves, à sa vocation de directeur de conscience et de religieux. Après des essais de reconstitution clandestine de la Compagnie, après la fondation des Fille […] Lire la suite

CONDAMNATION DES RITES CHINOIS

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 260 mots

Au xvii e  siècle, la Querelle des rites divise les missionnaires de la Chine et de l'Inde sur la désignation de Dieu dans les langues locales, sur l'adaptation des rites chrétiens, le baptême par exemple, sur l'acceptation ou le refus des rites traditionnels comme la vénération des ancêtres. Tandis que les jésuites, très introduits à la cour impériale, sont favorables à ces adaptations, d'autres […] Lire la suite

CONTRE-RÉFORME

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 4 229 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'application des décisions du concile »  : […] Rome, qui n'avait pas veillé à l'application des décisions prises dans les conciles qui précédèrent celui de Trente, travailla, en revanche, à faire entrer les décrets tridentins dans la vie quotidienne. Pie IV les confirma dès le 26 janvier 1564 (les pères s'étaient séparés le 4 décembre précédent) et une bulle précisa en juillet qu'ils seraient obligatoires dans tout l'univers catholique. Deux a […] Lire la suite

COTON PIERRE (1564-1626)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 294 mots

Ce jésuite, confesseur de Henri IV, est entré dans l'histoire sous la forme d'une boutade : « Le roi a du coton dans les oreilles ! » Il fait partie de ce groupe de religieux qui ont dû leur célébrité à leurs prédications à la fin du xvi e siècle. Le choix d'un jésuite par Henri IV relève évidemment de la politique, le père Coton étant partisan d'un rapprochement avec l'Espagne. Sa désignation ét […] Lire la suite

DE AUXILIIS CONGRÉGATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 751 mots

La première des Congregationes de auxiliis divinae gratiae , c'est-à-dire des assemblées de théologiens catholiques réunies à propos du molinisme, s'est tenue à Rome à titre de commission de censure chargée de se prononcer sur le livre de Molina, Concordia liberi arbitrii cum gratiae donis (1588), mis en cause en juin 1597 par le dominicain D. Báñez. Elle trancha, après deux sessions et de nombre […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 270 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Charles III, « despote éclairé » »  : […] La période suivante se confond avec le règne de Charles III (1759-1788). À la mort de Ferdinand VI, il laissa le royaume de Naples et vint gouverner l'Espagne. Ce souverain pieux et consciencieux engagea le pays dans la voie de réformes prudentes et on le considère comme le représentant du « despotisme éclairé ». Il confia le pouvoir à des ministres réformateurs. L'un d'eux, un Italien, le marqu […] Lire la suite

ÉTHIOPIE

  • Écrit par 
  • Jean CHAVAILLON, 
  • Jean DORESSE, 
  • Éloi FICQUET, 
  • Alain GASCON, 
  • Jean LECLANT, 
  • Hervé LEGRAND, 
  • Jacqueline PIRENNE, 
  • R. SCHNEIDER
  • , Universalis
  •  • 24 456 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Les jésuites espagnols »  : […] Les initiatives autoritaires d'un Portugais qui se faisait passer pour un patriarche catholique incitèrent Rome à envoyer des missionnaires de saint Ignace de Loyola, sous la conduite de l'évêque espagnol André d'Oviedo (1554). La mission s'établit à Frémona, près d'Axoum, et exerça une influence sur le développement de la littérature théologique et de la langue amharique. Mais, à la fin du siècle […] Lire la suite

EXPLORATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 13 774 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les missions »  : […] L'action des missionnaires étend sur terre le domaine acquis par la mer. L'œuvre des grands ordres mendiants est décisive dans le domaine ibérique : dominicains et augustins aux marges du Mexique, mercédaires aux franges du Pérou. Les grands missionnaires franciscains relaient les conquistadores de la première conquête. Saint François Solano (1549-1610) découvre le Chili, le nord de l'Argentine a […] Lire la suite

FRANÇOIS (1936- ), pape (2013- )

  • Écrit par 
  • Matt STEFON
  • , Universalis
  •  • 1 613 mots
  •  • 1 média

Le cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio, élu pape le 13 mars 2013 sous le nom de François, est le premier souverain pontife originaire d'Amérique du Sud. Membre de la Compagnie de Jésus, il est également le premier pape jésuite. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean DELUMEAU, « JÉSUITES ou COMPAGNIE DE JÉSUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesuites-compagnie-de-jesus/