IGNACE DE LOYOLA saint (1491-1556)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour comprendre l'importance passée et présente de l'ordre de la Compagnie de Jésus (cf. jésuites), il nécessaire de connaître la personnalité et l'œuvre de son fondateur, Ignace de Loyola, qui fut à la fois un mystique et un homme d'action. Par là, il a marqué fortement non seulement ses premiers compagnons mais, de son temps même et au cours des siècles suivants, des hommes très nombreux et souvent influents. Par le gouvernement de son ordre et par ses écrits, en premier lieu les Exercices spirituels et les Constitutions, il a façonné un ordre fort et original, qui fait encore aujourd'hui la preuve de son dynamisme.

Ignace de Loyola

Ignace de Loyola

Photographie

Paul III Farnèse recevant des mains d'Ignace la règle de l'ordre des Jésuites, soumise à son approbation. Huile sur toile, auteur inconnu, sacristie de l'église Il Gesù, Rome. 

Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini

Afficher

Le chevalier devenu clerc

La vie d'Ignace de Loyola se divise en trois grandes périodes. Né en 1491, dans le manoir familial proche de la petite ville d'Azpeitia, ce fils de hobereaux basques est, pendant trente ans, jusqu'à sa blessure lors du siège de Pampelune en 1521, un jeune noble comme tant d'autres, « adonné aux vanités du monde, avec un grand et vain désir d'y gagner de l'honneur ». Sa convalescence est marquée par une « conversion ». Pendant treize ans, Ignace devient une sorte de « pèlerin de Dieu ». Il vit en ermite à Manresa (1522-1523) et y commence la rédaction des Exercices spirituels, se rend à Jérusalem (1523), fréquente successivement les universités d'Alcalá, de Salamanque et de Paris. Dans cette ville, il réunit autour de lui quelques étudiants de valeur, le Savoyard Pierre Favre, le Navarrais François-Xavier, Jacques Laínez... Les nouveaux amis décident de ne plus se séparer. Par le vœu de Montmartre (15 août 1534), les membres du groupe s'engagent à la pauvreté, à la chasteté, et à partir dès que possible à Jérusalem pour y convertir les infidèles. Si le voyage se révèle impossible, ils se mettront à la disposition du pape. Dès lors se dessinent la figure et la carrière du fondateur d'ordre. Ordonné prêtre à Venise en juin 1537, Ignace célèbre sa première messe à Noël 1538 dans la basilique romaine de Sainte-Marie-Majeure. L'année suivante, il rédige la Formula instituti, première ébauche [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire au Collège de France, membre de l'Institut

Classification


Autres références

«  IGNACE DE LOYOLA saint (1491-1556)  » est également traité dans :

FONDATION DE LA COMPAGNIE DE JÉSUS

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 209 mots
  •  • 1 média

La Compagnie de Jésus s'inscrit dans le mouvement de fondation des sociétés de clercs réguliers qui associent l'apostolat de tous les jours à la régularité de la vie religieuse encadrée par des vœux mais sans les obligations de la vie conventuelle. Ignace de Loyola transcrit son expérience personnelle dans ses Exercices spirituels qu'il propose au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondation-de-la-compagnie-de-jesus/#i_7025

JÉSUITES ou COMPAGNIE DE JÉSUS

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU, 
  • Universalis
  •  • 4 381 mots

Dans le chapitre « Les débuts de la Compagnie de Jésus »  : […] Le terme « jésuite » est antérieur à la fondation de la Compagnie de Jésus. Pour les théologiens du Moyen Âge, le chrétien, après sa mort, deviendrait un jesuita , c'est-à-dire un autre Jésus. Mais dès le début du xvi e  siècle, le mot avait pris dans les pays germaniques une coloration péjorative. Appeler quelqu'un jesuita équivalait à le traiter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesuites-compagnie-de-jesus/#i_7025

MISSIONS

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Antonin-Marcel HENRY, 
  • Anastasios YANNOULATOS
  •  • 17 269 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Autorité et mission »  : […] Aux xvi e et xvii e  siècles, les monarchies européennes renforcent leurs caractères centralisateurs et absolutistes. L' obéissance devient une vertu clé : Ignace de Loyola en particulier et d'autres avec lui insistent sur la totale disponibilité des sujets au bon plaisir des supérieurs qui les envoient ; le fondateur des Jésuites met l'accent su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/missions/#i_7025

ORDRES RELIGIEUX

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 3 243 mots

Dans le chapitre « Du XVIe au XXe siècle : dépassement des solutions acquises »  : […] Trois forces s'affirment au xvi e siècle : critique évangélique, réinvention, juridisme conservateur, dont le jeu antagoniste commandera l'évolution des formes de vie religieuse jusqu'aux radicales remises en question d'aujourd'hui, après l'euphorie du II e concile du Vatican. Monachatus non est pietas (« ne pas confondre pratiques des cloîtres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordres-religieux/#i_7025

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean DELUMEAU, « IGNACE DE LOYOLA saint (1491-1556) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ignace-de-loyola/