Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

STAROBINSKI JEAN (1920-2019)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

La distance critique

Starobinski appartient à ce qu'on appelle l'« école de Genève », qui regroupe des personnalités aussi différentes que Georges Poulet, Marcel Raymond, Jean Rousset... Aucune méthode commune entre eux mais, comme on l'a noté, un même principe tenant à un ethos : « la perception subjective, la relation d'empathie d'un homme et d'une œuvre » (Michel Jeanneret). Starobinski, pendant les années de ce qu'il appelle « les tyrannies méthodologiques » ou « les totalitarismes interprétatifs » (c'est-à-dire environ pendant les années 1970) a montré une autre voie que celles qui prévalaient alors, et il s'est bien gardé de descendre dans l'arène pour prendre part aux combats autour de la « nouvelle critique » et du structuralisme. Cependant, son livre sur Rousseau était alors tout aussi novateur que celui de Barthes sur Racine. S’il prend ses distances à l’égard des textes qui découvrent dans l'œuvre qu'ils analysent les présupposés de leur théorie, il revendique en revanche un « style d'interprétation ». Il faut accepter aussi, comme il le dit, que le commentaire, « si éclairant qu'il soit, [doive] se faire oublier » et relancer vers des « horizons nouveaux », de nouvelles opacités. Au mieux, « les formules de méthode ne seront à tout prendre que la légitimation (ou la critique) des chemins parcourus ». Elles viennent après coup rationaliser et mettre de l'ordre artificiellement ; elles figent a posteriori ce qui était d'abord élan et mouvement.

Jean Starobinski prévient contre toute attitude dogmatique afin de mieux prôner une fidélité au mouvement de l'œuvre : « Un travail s'accomplit en moi par le déroulement du langage de l'œuvre. J'en possède la certitude immédiate ; mon émotion, mes sensations intérieures en marquent fidèlement le profil actuel de l'œuvre. Toute description ultérieure doit garder la mémoire de ce fait premier, pour lui apporter si possible une clarté supplémentaire. » Afin de restituer le mouvement de l'œuvre, il faut la déplier, la mettre à plat, non pour l'autopsier mais pour établir une cartographie des lignes dynamiques, des processus et des chemins. Starobinski sait toujours adopter la distance qui convient à l'égard des textes ou des œuvres dont il parle.

Jean-Jacques Rousseau reste celui dont il a ausculté continûment l'œuvre depuis la thèse de 1957 jusqu'aux essais qui composent Accuser et séduire (2012), en passant par l'édition critique de l'Essai sur l'origine des langues de 1990. Cette permanence témoigne d'une attirance pour une personnalité passionnante dont les livres ouvrent sur l'avenir : « Cette œuvre qui commence comme une philosophie de l'histoire s'achève en “expérience existentielle”. Elle annonce à la fois Hegel et son contradicteur Kierkegaard. Deux versants de la pensée moderne : la marche de la raison dans l'histoire, le tragique d'une recherche du salut universel. » Ces anticipations antagonistes séduisent Jean Starobinski. La beauté de son travail réside dans une conception d'ensemble (résumée dans le sous-titre fameux, « La Transparence et l'obstacle », dont les termes antithétiques organisent la pensée de Rousseau) qui va être finement modulée au gré des ouvrages et dans des analyses de détail. Ainsi, dans La Relation critique de son commentaire du dîner de Turin dans les Confessions, approche d'une rare délicatesse.

Il est une dimension éthique du travail de Jean Starobinski qu'a très bien décrite Carlo Colangelo dans la monographie qu'il lui a consacrée et qu'il rattache justement « aux images et aux gestes de la “largesse” » qui intéressent tant Starobinski qu'il en a fait le sujet d'une exposition présentée au musée du Louvre en 1994.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Jean-Louis LEUTRAT. STAROBINSKI JEAN (1920-2019) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 29/03/2019

Média

Jean Starobinski - crédits : Effigie/ Bridgeman Images

Jean Starobinski

Autres références

  • LA BEAUTÉ DU MONDE (J. Starobinski) - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 039 mots
    • 1 média

    La Beauté du monde. La littérature et les arts (Gallimard, 2016) réunit sous la direction de Martin Rueff une grande part des études que Jean Starobinski (1920-2019), a publiées de 1946 à 2010, et dont beaucoup n’avaient pas été reprises en volume. Ces textes sont nés de la rencontre du critique...

  • L'ENCRE DE LA MÉLANCOLIE (J. Starobinski) - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 015 mots

    Jean Starobinski (1920-2019), a commencé sa carrière par une licence ès lettres classiques et des études de médecine. L'interne à la Clinique de thérapeutique de l'hôpital cantonal universitaire de Genève projeta une thèse sur la dénonciation du masque et les rapports entre « être » et « paraître »....

  • ACTION ET RÉACTION (J. Starobinski)

    • Écrit par
    • 949 mots

    Le livre de Jean StarobinskiAction et réaction (Seuil, Paris, 1999) se situe dans la lignée des grands essais de sémantique historique conduits par Leo Spitzer, notamment à partir des mots « milieu » ou « Stimmung ». Par-delà les œuvres ou les auteurs, c'est à une passionnante traversée...

  • CRITIQUE LITTÉRAIRE

    • Écrit par et
    • 12 918 mots
    • 4 médias
    ...une conscience, qui n'est accessible qu'à travers la totalité des écrits d'un auteur. Le temps et l'espace sont les catégories privilégiées de l'interprétation. Jean Rousset et Jean Starobinski ont tenté d'intégrer le structuralisme et la psychanalyse à la critique créatrice.
  • LA GRANDE PARADE (exposition)

    • Écrit par
    • 1 028 mots

    Il est rare de voir une exposition engager un parcours à travers des œuvres en partant d'un texte littéraire. La Grande Parade. Portrait de l'artiste en clown se réfère directement au Portrait de l'artiste en saltimbanque de Jean Starobinski, paru en 1970 chez Skira et réédité...

  • MORALISTES

    • Écrit par
    • 2 450 mots
    • 1 média
    ...: la lecture comme l'écriture des Maximes deviennent écoles de lucidité et de civilité. Dans une étude d'une exceptionnelle subtilité, Jean Starobinski s'est interrogé pour sa part sur une possible « morale de substitution » : « une esthétique du sujet parlant, pour lequel la tâche principale...