RAMEAU JEAN-PHILIPPE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'opéra versaillais

Un spectacle enchanteur

La production dramatique de Rameau constitue l'essentiel de son œuvre. Elle offre les exemples les plus achevés des divers genres pratiqués à l'époque : tragédies ou comédies lyriques, opéras-ballets, pastorales héroïques. Tous ces genres ont en commun le faste de la mise en scène, la prépondérance de l'élément chorégraphique et on peut les réunir sous la dénomination d'« opéra versaillais » : spectacle des spectacles, féerie éblouissante à la dimension de Versailles. Déjà du temps de Lully, La Bruyère écrivait : « Il faut des machines aux opéras et le propre de ce spectacle est de tenir les esprits, les yeux et les oreilles dans un égal enchantement. » L'opéra est au départ une commande royale et commémore une victoire, un traité de paix, une naissance ou un mariage illustre. Il est inauguré par le roi à Versailles, avant d'être livré au public de la ville. D'où les imposants prologues célébrant la gloire du souverain, le plus souvent assimilé à un dieu de l'Olympe. Il faut admettre cette convention : ces prologues, développés aux dimensions d'un acte, sont déjà une fête, une apothéose, qui mettent l'auditeur « en condition » pour la suite du spectacle.

On peut distinguer l'opéra-ballet de la tragédie lyrique. Le meilleur commentateur du théâtre musical de Rameau, Paul-Marie Masson, donne une bonne définition de l'opéra-ballet : « C'est une sorte d'opéra où la danse et les airs chantés prédominent et qui comporte, réunis sous un même titre, non plus une seule action comme dans la tragédie lyrique, mais autant de sujets différents qu'il y a d'actes dans la pièce [...] Chaque acte est un petit opéra dont l'action est extrêmement réduite, où le sujet galant n'est qu'un prétexte à la danse. » Le goût du public français pour les ballets était resté très vif depuis Le Ballet comique de la reine (1582), ancêtre des ballets de cour, et on ne concevait point de spectacle lyrique sans danse. Ainsi, dans l'opéra-ballet, l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RAMEAU JEAN-PHILIPPE (1683-1764)  » est également traité dans :

RAMEAU JEAN-PHILIPPE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 799 mots

24 ou 25 septembre 1683 Jean-Philippe Rameau naît à Dijon (il est baptisé le 25 septembre).1702 Jean-Philippe Rameau est « maître de musique » de la cathédrale Notre-Dame-des-Doms, en Avignon, puis organiste de la cathédrale de Clermont.1706 Jean-Philippe Rameau publie à […] Lire la suite

HIPPOLYTE ET ARICIE (J.-P. Rameau)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 322 mots
  •  • 1 média

Rameau a cinquante ans lorsque, théoricien émérite et compositeur reconnu, il ose enfin s'attaquer au seul genre qui lui résistait encore : l'opéra. Sa première tragédie en musique, Hippolyte et Aricie, créée le 1er octobre 1733, à l'Académie royale de musique de Paris, donne le […] Lire la suite

TRAITÉ DE L'HARMONIE RÉDUITE À SES PRINCIPES NATURELS, Jean-Philippe Rameau

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 112 mots

De 1722 à 1764, année de sa mort, Rameau ne cessa jamais d’avoir une activité théorique, jalonnée par de nombreux écrits (traités, mémoires, lettres ouvertes, notamment dans la polémique qui l’oppose à Jean-Jacques Rousseau). Les ouvrages théoriques dans lesquels il expose son système sont le Traité de l'harmonie réduite à ses principes natur […] Lire la suite

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 645 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'opéra-ballet »  : […] André Campra lance alors un genre neuf, l'opéra-ballet, dont le chef-d'œuvre est Les Indes galantes de Jean-Philippe Rameau (1735). On y voit le dieu de l'Amour abandonner l'Europe, trop passionnée par la guerre, pour l'heureuse Amérique, mais cet opéra constitue comme une revanche de l'esprit français puisque le chant y introduit la danse, tout au contraire de ce qu'exigeait la mode italienne […] Lire la suite

BASSE, musique

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 3 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La basse fondamentale »  : […] Quand Guillaume de Machaut, dans le Credo de la Messe de Notre-Dame , fera un des premiers résonner ensemble les trois sons de l' accord parfait, les musiciens auront la révélation de la valeur en soi d'une agrégation harmonique. En soi, c'est-à-dire indépendante du jeu des parties et de leurs rencontres fortuites. C'est dans cette écriture verticale, qui vient d'ouvrir ses perspectives aux créate […] Lire la suite

BOUFFONS QUERELLE DES

  • Écrit par 
  • Jacques GHEUSI
  •  • 1 982 mots

Dans le chapitre « L'influence des Italiens »  : […] Les passions soulevées par l'arrivée des Bouffons italiens à Paris ne furent pas vaines, car l'influence exercée par leur style sur l'opéra-comique français fut féconde. L'opéra-comique se limitait jusqu'alors à la comédie à ariettes, mise à la mode par des compositeurs comme Gillier, Mouret, Saint-Sevin, Corrette, Blaise, par des librettistes et adaptateurs comme Lesage, D'Orneval, Piron, Fuzelie […] Lire la suite

CHRISTIE WILLIAM (1944- )

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 2 344 mots

Dans le chapitre « Du miracle d'« Atys » à Mozart »  : […] William Lincoln Christie naît à Buffalo (État de New York) le 19 décembre 1944. Sa formation musicale, commencée auprès de sa mère, comprend l'étude des instruments à clavier (piano, avec Laura Kelzy, orgue, auprès de Reed Jerome, clavecin, avec Igor Kipnis, au Berkshire Music Center de Tanglewood) ; elle est couronnée par un diplôme d'histoire de l'art obtenu en 1966 à l'université Harvard. Il a […] Lire la suite

CHROMATISME, musique

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 934 mots

En musique, le terme « chromatisme » recouvre deux acceptions. La plus simple indique l'altération d'un demi-ton – vers le grave ou vers l'aigu – d'un degré diatonique ; dans ce cas, le chromatisme implique l'adoption d'une échelle de référence, l'échelle heptatonique naturelle, dernier stade du diatonisme. C'est sur cette échelle de sept sons diatonique qu'est fondée la musique dite tonale ; c […] Lire la suite

CLAVECIN, en bref

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 748 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Styles musicaux »  : […] En plus de son rôle de soutien harmonique dans la musique d'ensemble, d'église, de chambre et de théâtre, le clavecin acquiert un répertoire propre à partir du xvi e  siècle, avec les Anglais William Byrd (vers 1540-1623) et Thomas Morley (1557 ou 1558-1602), qui cultivent plus particulièrement les suites de danse, puis, aux xvii e et xviii e  siècles, avec les Français Jacques Champion de Chambo […] Lire la suite

CLAVECIN

  • Écrit par 
  • Josiane BRAN-RICCI, 
  • Robert VEYRON-LACROIX
  •  • 4 760 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « En France : Couperin et Rameau »  : […] Le premier éditeur de musique en France, Pierre Attaingnant, publia en l'année 1531 sept livres de chansons transcrites et des danses « pour le jeu d'orgue, épinette et manicordion » ; elles sont fort séduisantes mais, hélas, anonymes. Le premier des clavecinistes français connus, Jacques Champion de Chambonnières (1602-1672), était fils et petit-fils de musiciens réputés. Ses compositions, presq […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger BLANCHARD, « RAMEAU JEAN-PHILIPPE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-philippe-rameau/