Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RAMEAU JEAN-PHILIPPE (repères chronologiques)

24 ou 25 septembre 1683 Jean-Philippe Rameau naît à Dijon (il est baptisé le 25 septembre).

1702 Jean-Philippe Rameau est « maître de musique » de la cathédrale Notre-Dame-des-Doms, en Avignon, puis organiste de la cathédrale de Clermont.

1706 Jean-Philippe Rameau publie à Paris son Premier Livre de pièces de clavecin.

1709 Jean-Philippe Rameau succède à son père, Jean Rameau, comme organiste de l'église Notre-Dame, à Dijon.

1713 Rameau tient l'orgue des Jacobins de Lyon.

1722 Rameau s'établit à Paris. Il publie son Traité de l'harmonie réduite à ses principes naturels.

1724 Rameau publie à Paris un deuxième livre de pièces pour clavecin, Pièces de clavessin avec une méthode pour la méchanique des doigts.

1726 Rameau publie à Paris un nouveau traité, Nouveau Système de musique théorique.

1727 Rameau fait la connaissance du fermier général Alexandre-Jean-Joseph Le Riche de La Pouplinière, qui sera son principal mécène, et dont la femme fera de son salon un haut lieu du ramisme.

1er octobre 1733 Hippolyte et Aricie, tragédie en musique en un prologue et cinq actes sur un livret de l'abbé Simon-Joseph Pellegrin, est créé à l'Académie royale de musique de Paris, avec notamment Marie Pélissier (Aricie), Claude Louis Dominique Chassé de Chinais (Thésée), Marie Antier (Phèdre), Jean Dun fils (Jupiter et Pluton), Pierre de Jélyotte (l'Amour), ainsi que Mlle Camargo dans les ballets.

23 août 1735 Les Indes galantes, opéra-ballet en un prologue et quatre entrées sur un livret de Louis Fuzelier, sont créées à l'Académie royale de musique de Paris, avec notamment Pierre de Jélyotte, Marie Pélissier, Claude Louis Dominique Chassé de Chinais, ainsi que Marie Sallé dans les ballets.

1737 Rameau publie à Paris Génération harmonique, ou Traité de musique théorique et pratique.

24 octobre 1737 Castor et Pollux, tragédie en musique en un prologue et cinq actes sur un livret de Pierre-Joseph Bernard (dit Gentil-Bernard), est créé à l'Académie royale de musique de Paris, avec notamment Denis-François Tribou (Castor), Claude Louis Dominique Chassé de Chinais (Pollux), Marie Fel (l'Amour), Marie Pélissier (Télaïre), François Le Page (Mars), Marie Antier (Phébé), ainsi que Marie Sallé dans les ballets.

21 mai 1739 Les Fêtes d'Hébé, ou les Talents lyriques, opéra-ballet en un prologue et trois entrées sur un livret principalement d'Antoine Gautier de Montdorge, sont créées à l'Académie royale de musique de Paris, avec notamment Marie Fel (Hébé), ainsi que Marie Sallé dans les ballets.

19 novembre 1739 Dardanus, tragédie en musique en un prologue et cinq actes sur un livret de Charles-Antoine Le Clerc de La Bruère, est créé à l'Académie royale de musique de Paris, avec notamment Pierre de Jélyotte (Dardanus), Marie Pélissier (Iphise), François Le Page (Teucer et Isménor), Marie Fel, ainsi que Marie Sallé dans les ballets.

1741 Rameau publie à Paris ses Pièces de clavecin en concerts.

31 mars 1745 Platée, comédie lyrique en un prologue et trois actes sur un livret d'Adrien-Joseph Le Valois d'Orville d'après Platée, ou Junon jalouse de Jacques Autreau, est représentée une seule fois dans la salle du Manège du château de Versailles, en présence de Louis XV, à l'occasion du mariage du Dauphin et de l'infante d'Espagne Marie-Thérèse, avec notamment Pierre de Jélyotte (Platée), Claude Louis Dominique Chassé de Chinais (Jupiter), Marie Fel (la Folie et Thalie), François Le Page (Cithéron).

4 mai 1745 Rameau est nommé par Louis XV « compositeur de la musique de la chambre du roy ».

5 décembre 1749 Zoroastre, tragédie en musique en cinq actes sur un livret de Louis de Cahusac, est créé à l'Académie royale de musique de Paris, avec notamment Pierre de Jélyotte (Zoroastre), Claude Louis Dominique Chassé de Chinais (Abramane) et Marie Fel (Amélite).[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École normale supérieure et de Sciences Po Paris, assistant à l'université Marc Bloch (Strasbourg), critique musical

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • HIPPOLYTE ET ARICIE (J.-P. Rameau)

    • Écrit par Timothée PICARD
    • 320 mots
    • 1 média

    Rameau a cinquante ans lorsque, théoricien émérite et compositeur reconnu, il ose enfin s'attaquer au seul genre qui lui résistait encore : l'opéra. Sa première tragédie en musique, Hippolyte et Aricie, créée le 1er octobre 1733, à l'Académie royale de musique de Paris...

  • TRAITÉ DE L'HARMONIE RÉDUITE À SES PRINCIPES NATURELS, Jean-Philippe Rameau

    • Écrit par Juliette GARRIGUES
    • 1 108 mots

    De 1722 à 1764, année de sa mort, Rameau ne cessa jamais d’avoir une activité théorique, jalonnée par de nombreux écrits (traités, mémoires, lettres ouvertes, notamment dans la polémique qui l’oppose à Jean-Jacques Rousseau). Les ouvrages théoriques dans lesquels il expose son système sont le ...

  • BALLET

    • Écrit par Bernadette BONIS, Pierre LARTIGUE
    • 12 614 mots
    • 17 médias
    André Campra lance alors un genre neuf, l'opéra-ballet, dont le chef-d'œuvre est Les Indes galantes de Jean-Philippe Rameau (1735). On y voit le dieu de l'Amour abandonner l'Europe, trop passionnée par la guerre, pour l'heureuse Amérique, mais cet opéra constitue comme une revanche de l'esprit...
  • BASSE, musique

    • Écrit par Henry BARRAUD
    • 3 508 mots
    • 1 média
    Rameau, dans ses ouvrages théoriques sur l'harmonie, a montré que le système trouvait sa justification dans la résonance naturelle, dont l'analyse fait apparaître ces mêmes sons que nous associons dans nos accords. La théorie a prêté à certaines discussions qu'il n'y a pas lieu d'évoquer ici. Mais il...
  • BOUFFONS QUERELLE DES

    • Écrit par Jacques GHEUSI
    • 1 976 mots
    ...froides, ennuyeuses, sans âme, dues à de médiocres compositeurs avaient envahi la scène lyrique française après la mort de Lully, mais un grand musicien, Jean-Philippe Rameau, conservait à l'opéra son prestige. Partisan du vrai en musique, Rameau s'en rapportait à la nature pour exprimer dans ses opéras...
  • CHRISTIE WILLIAM (1944- )

    • Écrit par Pierre-Paul LACAS
    • 2 324 mots
    ...donné à l'Opéra royal de Versailles en 1982, dans une mise en scène de Jorge Lavelli. En 1983, année du tricentenaire de la naissance de Jean-Philippe Rameau, William Christie enregistre l'intégrale de l'œuvre pour clavecin de ce compositeur, et sort de l'oubli la pièce de balletAnacréon...
  • Afficher les 16 références

Voir aussi