BOEHME JAKOB (1575-1624)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jakob Boehme est un des plus grands représentants des courants mystiques et théosophiques de l'Allemagne des xvie et xviie siècles. Contesté de son vivant, en raison de l'originalité de sa doctrine et de son obscurité, il exerça une immense influence sur les esprits adonnés à la recherche de la « connaissance ». Philosophe gnostique, Boehme est fasciné par les images et les symboles bibliques et, grâce à la pénétration de son esprit, leur donne un sens nouveau. La gnose qu'il présente est privée de tout rapport avec les mouvements syncrétistes des premiers siècles. Il la manifeste sous la forme d'une révélation. Humble, Boehme ne cesse d'avouer sa propre incapacité et l'insuffisance de son savoir afin de mettre en relief les dons charismatiques dont il était le bénéficiaire. Il a conscience d'avoir reçu, par grâce, une illumination qu'il doit nécessairement communiquer afin d'être fidèle à sa propre vocation.

Il écrit : « Par ma propre force, je suis un homme aussi aveugle qu'un autre et ne puis rien, mais par l'Esprit de Dieu, mon esprit inné pénètre tout mais pas toujours avec assez de persévérance. » Il se sent adopté comme un enfant aimé par la divine Sophia, qui l'introduit dans le Grand Mystère : celui de la naissance de Dieu dans l'homme et de l'homme en Dieu. Il scrute la nature, l'âme humaine, distinguant sa lumière et ses ténèbres, son ciel et son enfer. Le monde visible symbolise le monde intérieur, l'enseignement donné dans les académies lui semble vain, car la sagesse siège dans le cœur de l'homme : c'est là qu'elle se tient dans le cœur, attendant avec patience d'être découverte, entendue et aimée. Dans la mesure où l'homme pénètre dans le secret de son cœur, les mystères divins lui sont révélés.

L'envers et l'endroit du monde

Fils de petits propriétaires aisés, Jakob Boehme est né à Alt-Seidenburg, près de Görlitz (Haute-Lusace), dans un milieu luthérien, mais où diverses sectes, à tendances visionnaires et prophétiques, ne manquaient pas d'audience. [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BOEHME JAKOB (1575-1624)  » est également traité dans :

BAADER FRANZ XAVER VON (1765-1841)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 853 mots

Théosophe allemand, qu'il serait malaisé de classer dans un système ; aussi bien aucun parti politique ou philosophique allemand ne s'est-il jamais réclamé de lui. Catholique, Franz von Baader a passé presque toute sa vie à prêcher le rapprochement avec l'Église orthodoxe, mais les théologiens officiels l'ont tenu à l'écart. Baader reste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-xaver-von-baader/#i_8305

HAHN MICHAEL (1758-1819)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 308 mots

Piétiste souabe, intéressant non seulement pour son influence sociologique mais aussi pour l'intérêt théosophique de ses écrits (voir Joachim Trautwein, Die Theosophie Michael Hahns und ihre Quellen, Stuttgart, 1969). Son action, distincte de celle des frères moraves, occupe une place originale dans l'histoire du sentiment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-hahn/#i_8305

ILLUMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne PERROT
  •  • 4 956 mots

Dans le chapitre « Les précurseurs de l'illuminisme en Europe »  : […] Plus que Paracelse et que Weigel, Jacob Boehme (1575-1624) apparaît comme le père des illuministes qui, presque tous, le lisent et se réclament de son parrainage. Les thèmes exposés par lui, en particulier dans le Mysterium magnum, seront exploités par les illuministes. Comme l'a fait remarquer A. Koyré, sa philosophie ne se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/illuminisme/#i_8305

ŒTINGER FRIEDRICH CHRISTOPH (1702-1782)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 752 mots

À son époque, Œtinger apparaît comme le père de la théosophie chrétienne en Souabe. Tempérament impressionnable (il a des contacts personnels dans le royaume des esprits), de très bonne heure pieux et mystique, il se nourrit d'abord de Malebranche, puis il découvre la Cabala denudata (1677) de Knorr de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-christoph-oetinger/#i_8305

RECHERCHES PHILOSOPHIQUES SUR L'ESSENCE DE LA LIBERTÉ HUMAINE, Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 828 mots

Dans le chapitre « Le fond de l'être »  : […] » (Urgrund) ou, mieux, « non-fond » (Ungrund). Le langage de la théosophie de Jakob Boehme fait ici son entrée dans la philosophie et permet à Schelling de dépasser les schémas métaphysiques traditionnels. Tout le texte, en quête de son langage, est un dialogue permanent avec les philosophes qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recherches-philosophiques-sur-l-essence-de-la-liberte-humaine/#i_8305

THÉOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 5 365 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Théosophie et ésotérisme : histoire d'un mot »  : […] que Heinrich Khunrath (De Igne), Oswald Croll (Basilica chymica) et surtout Jacob Boehme. À la fin du chapitre viii du De signatura rerum (§ 56), répondant à ceux qui lui reprochent de confondre la Nature avec Dieu, donc d'être « païen », Boehme précise qu'il ne parle pas de la nature régie par le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theosophie/#i_8305

Pour citer l’article

Maurice de GANDILLAC, « BOEHME JAKOB - (1575-1624) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jakob-boehme/