BOEHME JAKOB (1575-1624)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le double refus

Et cependant d'autres témoignages, notamment ses déclarations explicites dans le traité sur L'Incarnation de Jésus-Christ et dans l'écrit Des quatre complexions, rendent un son différent et lient la « renaissance » de Boehme (c'est-à-dire, en langage théosophique, son illumination ou conversion de l'année 1600) à une grave crise de « mélancolie ». Mais ces noires humeurs, inséparables de tentations souvent renouvelées, furent toujours, dit-il, l'occasion d'un combat qu'il appelle « chevaleresque » (ritterlich). Trop nombreuses pourtant sont dans son œuvre les mentions d'une triste méditation sur la puissance du mal pour qu'on voie dans la « joie » de 1600 autre chose qu'une pierre d'attente, la brève certitude d'une lumière à venir. Au reste, le récit même de sa vision simplifie curieusement – à un niveau exotérique et pour des motifs sans doute pédagogiques – l'image d'un « double monde » où la lumière et les ténèbres seraient pour ainsi dire opposées, leur mélange n'apparaissant que dans la troisième sphère. L'originalité de sa doctrine – discernable à travers des formules étranges et parfois contradictoires – est justement le double refus d'un monisme qui réduirait le mal à une illusion, et d'un dualisme de type manichéen qui pense résoudre le problème en juxtaposant deux principes éternels, fondamentalement étrangers l'un à l'autre.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BOEHME JAKOB (1575-1624)  » est également traité dans :

BAADER FRANZ XAVER VON (1765-1841)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 853 mots

Théosophe allemand, qu'il serait malaisé de classer dans un système ; aussi bien aucun parti politique ou philosophique allemand ne s'est-il jamais réclamé de lui. Catholique, Franz von Baader a passé presque toute sa vie à prêcher le rapprochement avec l'Église orthodoxe, mais les théologiens officiels l'ont tenu à l'écart. Baader reste inclassable selon les normes courantes parce qu'il est un és […] Lire la suite

HAHN MICHAEL (1758-1819)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 308 mots

Piétiste souabe, intéressant non seulement pour son influence sociologique mais aussi pour l'intérêt théosophique de ses écrits (voir Joachim Trautwein, Die Theosophie Michael Hahns und ihre Quellen , Stuttgart, 1969). Son action, distincte de celle des frères moraves, occupe une place originale dans l'histoire du sentiment religieux. Né à Altdorf dans une famille paysanne, Hahn se nourrit très tô […] Lire la suite

ILLUMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne PERROT
  •  • 4 957 mots

Dans le chapitre « Les précurseurs de l'illuminisme en Europe »  : […] Les illuministes du xviii e siècle ont eu leurs devanciers. Toutefois, c'est moins à un système déterminé qu'il convient de se référer qu'à une attitude d'esprit, à une Weltanschauung dont les éléments décisifs remontent au xvi e siècle. Paracelse (1493-1541) découvre à la Renaissance le naturalisme et la magie. Quand il s'élève contre l'astrologie et l'alchimie, ce n'est point qu'il refuse ce […] Lire la suite

ŒTINGER FRIEDRICH CHRISTOPH (1702-1782)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 752 mots

À son époque, Œtinger apparaît comme le père de la théosophie chrétienne en Souabe. Tempérament impressionnable (il a des contacts personnels dans le royaume des esprits), de très bonne heure pieux et mystique, il se nourrit d'abord de Malebranche, puis il découvre la Cabala denudata (1677) de Knorr de Rosenroth. À Tübingen, un artisan lui révèle les œuvres de Boehme ; aussitôt, Œtinger abandonne […] Lire la suite

RECHERCHES PHILOSOPHIQUES SUR L'ESSENCE DE LA LIBERTÉ HUMAINE, Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 828 mots

Dans le chapitre « Le fond de l'être »  : […] Décalage au sein du fondement, trouée ( Lichtung ) en elle-même irreprésentable, la substance se voit, pour la première fois, déboutée des prérogatives qui lui permettaient de fonder la métaphysique occidentale. Les conséquences quant à une anthropologie sont impressionnantes : on ne peut se contenter de postuler la rationalité. Ce qu'il faut expliquer, c'est son apparition. Si le fond de l'être […] Lire la suite

THÉOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 5 364 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Théosophie et ésotérisme : histoire d'un mot »  : […] Le mot theosophia , qui signifie étymologiquement « sagesse de Dieu », apparaît chez plusieurs Pères de l'Église, grecs et latins, comme synonyme de «   théologie » ; et cela tout naturellement, puisque sophia signifie à la fois une connaissance, une doctrine et une sagesse. Le sophos est un « sage ». Les theosophoï sont, littéralement, « ceux qui connaissent les choses divines ». Mais si l'on r […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maurice de GANDILLAC, « BOEHME JAKOB - (1575-1624) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jakob-boehme/