RANCIÈRE JACQUES (1940- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Esthétique et politique

À partir de la seconde moitié des années 1990, les contributions de Rancière portent plutôt sur l'esthétique et la théorie de la littérature. L'esthétique renvoie en effet à un « partage du sensible » où s'établissent à la fois la part commune et les parts respectives des hommes dans la perception de l'expérience et sa formulation. Il y a ainsi selon Rancière une esthétique, au sens étymologique, à la base de la politique, c'est-à-dire des manières de sentir, de voir et de dire en fonction des places et des parts, y compris communes, occupées par les sujets. Il s'agit là de formes a priori au sens kantien qui déterminent ce qui se donne à ressentir.

Les pratiques proprement esthétiques se définissent sur la base de cette structuration esthétique première du monde et elles lui surimposent leur propre partage – partages par exemple, de l'écriture, de la représentation théâtrale, de la chorégraphie collective, de la planéité picturale, qui correspondent chacune à des manières de déterminer la part commune et les parts privées. En d'autres termes, les formes artistiques sont porteuses de figures de communauté mais elles jouent aussi en fonction des paradigmes politiques et au sein de ces paradigmes (le théâtre dans la situation démocratique grecque et dans la situation monarchique classique). Rancière élargit sa vision jusqu'à distinguer à partir de là plusieurs moments de l'art, l'art dans son régime éthique (où il est avant tout question de la vérité des images), l'art dans son régime poétique ou représentatif (où il en va de la dignité des objets et des techniques qui les prennent en charge) et enfin l'art dans son régime esthétique où les produits de l'art ont un domaine sensible qui leur est propre.

La conception de la politique selon Jacques Rancière implique qu'un monde commun corresponde à une distribution polémique des manières d'être, des occupations et des pratiques. L'activité artistique peut, dans ces conditions, opérer soit comme révélation du travail, soit comme stabilisation de son excepti [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Rouen, membre de l'Institut universitaire de France

Classification


Autres références

«  RANCIÈRE JACQUES (1940- )  » est également traité dans :

AISTHESIS (J. Rancière) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gilles QUINSAT
  •  • 1 077 mots

En 1946, Erich Auerbach publiait Mimésis, un essai qui fit date. Comme le précisait son sous-titre, l'ouvrage se proposait de décrire l'évolution de « la représentation de la réalité dans la littérature occidentale », de l'Odyssée d'Homère à La Promenade au phare de Virginia Woolf. À chaque chapitre, Auerbach partait de l'examen d'un extr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aisthesis/#i_29186

ANACHRONISME, histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 418 mots

Dans le chapitre « Une incitation à faire de l'histoire »  : […] Et pourtant, le métier d'historien repose tout autant sur une démarche anachronique ; Jules Michelet le rappelle dans sa célèbre Préface à l' Histoire de France (1869). L'œuvre n'est-elle pas colorée des sentiments du temps de celui qui l'a faite ? Et d'évoquer l'émotion de la France envahie de 1815 comme clé des Récits des temps mérovingiens d'Augusti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anachronisme-histoire/#i_29186

HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

  • Écrit par 
  • Christian DELACROIX
  •  • 4 391 mots

Dans le chapitre « Sortir de l'opposition entre histoire et littérature »  : […] Hayden White propose en effet d'analyser l'histoire comme un « artifice littéraire » et développe une « métahistoire » qui considère les récits historiques comme des « fictions verbales » ( verbal fictions ) dont le régime de vérité ne diffère pas de celui des récits de fiction du roman. Selon lui, préalablement à toute interprétation et à toute écriture, une opération poétiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-l-ecriture-de-l-histoire/#i_29186

Pour citer l’article

Yves MICHAUD, « RANCIÈRE JACQUES (1940- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-ranciere/