Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RANCIÈRE JACQUES (1940- )

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Bibliographie

Œuvres de Jacques Rancière

Lire le capital, ouvrage collectif, Maspero, Paris, 1965 ; La Leçon d'Althusser, Gallimard, Paris, 1975 ; La Nuit des prolétaires, archives du rêve ouvrier, Fayard, Paris, 1981 ; Le Philosophe et ses pauvres, ibid., 1983 ; Le Maître ignorant. Cinq leçons sur l'émancipation intellectuelle, ibid., 1987 ; Courts Voyages au pays du peuple, Seuil, Paris, 1990 ; Aux bords du politique, Osiris, Paris, 1990 ; Les Mots de l'histoire, Seuil, 1992 ; La Mésentente, Galilée, Paris, 1995 ; Mallarmé, la politique de la sirène, Hachette, Paris, 1996, rééd. 2006 ; Arrêt sur histoire (en collaboration avec Jean-Louis Comolli), Centre Georges-Pompidou, Paris, 1997 ; La Parole muette, Hachette, 1998 ; La Chair des mots, Galilée, 1998 ; Le Partage du sensible, esthétique et politique, La Fabrique, Paris, 2000 ; L'Inconscient esthétique, Galilée, 2000 ; Le Destin des images, La Fabrique, 2003 ; Malaise dans l'esthétique, Galilée, 2004 ; Chroniques des temps consensuels, Seuil, 2005 ; La Haine de la démocratie, La Fabrique, 2005 ; Politique de la littérature, Galilée, 2007 ; Le Spectateur émancipé, La Fabrique, 2008 ; Aisthesis. Scènes du régime esthétique de l’art, Galilée, 2011 ; Le Fil perdu, La Fabrique, 2014.

Études

« Autour de Jacques Rancière », in Critique, no 601-602, juin-juill. 1997, avec des articles d'Y. Michaud, P. Cingolani, A. Farge et P. Campion

La Philosophie déplacée : autour de Jacques Rancière. Actes du colloque de Cerisy, Horlieu éditions, Bourg-en-Bresse, 2006

Les Révoltes logiques, Cahiers du centre de recherche des idéologies de la révolte, quinze numéros de 1975 à 1981.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de philosophie à l'université de Rouen, membre de l'Institut universitaire de France

Classification

Pour citer cet article

Yves MICHAUD. RANCIÈRE JACQUES (1940- ) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 12/09/2019

Autres références

  • AISTHESIS (J. Rancière) - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 073 mots

    En 1946, Erich Auerbach publiait Mimésis, un essai qui fit date. Comme le précisait son sous-titre, l'ouvrage se proposait de décrire l'évolution de « la représentation de la réalité dans la littérature occidentale », de l'Odyssée d'Homère à La Promenade au phare de...

  • ANACHRONISME, histoire

    • Écrit par
    • 1 413 mots
    ...l'anachronisme dans la composition du récit, dans la critique des sources. Radicale, pourtant, est la critique de la notion d'anachronisme mental lancée par Jacques Rancière. Aux yeux de ce dernier, si les hommes ne peuvent agir, sentir et penser qu'en conformité avec la mentalité de leur temps, l'irruption...
  • HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

    • Écrit par
    • 4 397 mots
    Dans une perspective comparable, les travaux de Jacques Rancière nouent des analyses de type stylistique avec des positions épistémologiques sur le régime de vérité propre à l'histoire. Dans les Noms de l'histoire, publié en 1992, ses analyses sur la réorganisation du récit par la « Nouvelle...