LASSALLE JACQUES (1936-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancien élève de Fernand Ledoux au Conservatoire de Paris, Jacques Lassalle – né à Clermont-Ferrand le 6 juillet 1936 – n'embrasse pas une carrière traditionnelle de comédien. En 1967, il fonde le Studio-Théâtre de Vitry-sur-Seine, qu’il dirigera jusqu’en 1982. Il inaugure ainsi, à la tête d'une jeune compagnie aux moyens limités, un parcours de metteur en scène exigeant et préoccupé par la dimension esthétique et sociologique de l'acte théâtral.

Les premiers temps sont marqués par une volonté de redécouvrir des pièces peu connues, ou de relire le répertoire classique à la lumière des problématiques actuelles. Molière, Marivaux, Goldoni, Shakespeare, Ruzzante constituent le répertoire du Studio-Théâtre. La démarche vise à sensibiliser un public étranger à l'art théâtral. Héritée de Vilar et inscrite, quant à ses options pédagogiques, dans une filiation brechtienne, elle prend parfois la forme de microspectacles d'intervention représentés dans les écoles ou les entreprises. La pédagogie restera pour Lassalle un point d'ancrage : il enseigne de 1969 à 1971 à l'Institut d'études théâtrales de l'université de Paris-III, puis au Conservatoire national d'art dramatique (1982-1983).

La seconde étape de sa recherche à Vitry est l'écriture. Lassalle adapte sous forme de « théâtre-récit » le Décaméron de Boccace. Jonathan des années trente (1973), consacré à l'entre-deux-guerres, développe une réflexion sur l'histoire, en tentant de faire la part du mythe et de la réalité. On a voulu ranger ses pièces (Un couple pour l'hiver, 1974 ; Le Soleil entre les arbres, 1976) sous le nom de « théâtre du quotidien », au même titre que celles de Franz Xaver Kroetz, dont il met en scène Travail à domicile en 1976. Il s'agit davantage d'un « théâtre au présent », saisissant l'individu dans son conflit avec le corps social, tandis que s'élabore en lui une conscience historique, « la constitution en matériau historique d'une quotidienneté, à peine dramatisée par le fait divers ». Avec Un dimanche indécis dans la vie d'Anna (1980) et Avis de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : écrivain, metteur en scène, maître de conférences à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  LASSALLE JACQUES (1936-2018)  » est également traité dans :

L'ÉCOLE DES FEMMES (mise en scène J. Lasalle)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 113 mots

L'École des femmes, de Molière . À peine a-t-on prononcé ces quelques mots que tout se met en place. Le premier combat de Molière travesti en Arnolphe, les Maximes du mariage comme passage obligé du tyran domestique, le jeu des quiproquos. Et une pièce jugée éclatante, une comédie autobiographique, un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ecole-des-femmes/#i_98554

FIGARO DIVORCE (mise en scène J. Lassalle)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 086 mots

Né à Fiume, grandi à Belgrade, Budapest, Presbourg, Vienne et Munich, Ödön von Horváth (1901-1938) n'a cessé de dénoncer les frustrations et les dérives d'une petite-bourgeoisie qui allait faire le lit du national-socialisme. Ainsi que l'écrivit Klaus Mann , il aurait pu, comme tant d'autres, « très bien s'arranger avec l'Allemagne nazie ». Mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/figaro-divorce/#i_98554

POUR UN OUI OU POUR UN NON (N. Sarraute)

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 051 mots

Signe d'une volonté de remettre le texte, l'intime et l'infime au centre de la représentation théâtrale, aux antipodes du spectaculaire, la pièce de Nathalie Sarraute, Pour un oui ou pour un non, a fait l'objet de deux mises en scène différentes à l'automne 1998. Simone Benmussa reprenait à la Comédie des Champs-Élysées, avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pour-un-oui-ou-pour-un-non/#i_98554

L'HOMME DIFFICILE (H. von Hofmannsthal)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 231 mots

La mise en scène de Jacques Lassalle au Théâtre de la Colline est d'une parfaite justesse. Tout s'organise autour de « l'homme difficile » dont Andrzej Seweryn se révèle l'interprète idéal, à la fois fragile et souverain, ouvert et inaccessible. Ceux-là mêmes qui lui ressemblent le moins doivent tenir compte de ce qu'il est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-homme-difficile/#i_98554

THÉÂTRE OCCIDENTAL - L'interprétation des classiques

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 7 281 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les plaisirs de l'exigence »  : […] et d'apprécier consécutivement, par exemple durant la saison 1998-1999, des leçons radicalement différentes : un Misanthrope bien proche d'Ibsen ou de Strindberg, monté par Jacques Lassalle, où Célimène est torturée par son amour impossible ; un Dom Juan résolument comique et grotesque, avec le Footsbarn Theatre, aux limites du style de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-l-interpretation-des-classiques/#i_98554

Pour citer l’article

David LESCOT, « LASSALLE JACQUES - (1936-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-lassalle/