LASSALLE JACQUES (1936-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancien élève de Fernand Ledoux au Conservatoire de Paris, Jacques Lassalle – né à Clermont-Ferrand le 6 juillet 1936 – n'embrasse pas une carrière traditionnelle de comédien. En 1967, il fonde le Studio-Théâtre de Vitry-sur-Seine, qu’il dirigera jusqu’en 1982. Il inaugure ainsi, à la tête d'une jeune compagnie aux moyens limités, un parcours de metteur en scène exigeant et préoccupé par la dimension esthétique et sociologique de l'acte théâtral.

Les premiers temps sont marqués par une volonté de redécouvrir des pièces peu connues, ou de relire le répertoire classique à la lumière des problématiques actuelles. Molière, Marivaux, Goldoni, Shakespeare, Ruzzante constituent le répertoire du Studio-Théâtre. La démarche vise à sensibiliser un public étranger à l'art théâtral. Héritée de Vilar et inscrite, quant à ses options pédagogiques, dans une filiation brechtienne, elle prend parfois la forme de microspectacles d'intervention représentés dans les écoles ou les entreprises. La pédagogie restera pour Lassalle un point d'ancrage : il enseigne de 1969 à 1971 à l'Institut d'études théâtrales de l'université de Paris-III, puis au Conservatoire national d'art dramatique (1982-1983).

La seconde étape de sa recherche à Vitry est l'écriture. Lassalle adapte sous forme de « théâtre-récit » le Décaméron de Boccace. Jonathan des années trente (1973), consacré à l'entre-deux-guerres, développe une réflexion sur l'histoire, en tentant de faire la part du mythe et de la réalité. On a voulu ranger ses pièces (Un couple pour l'hiver, 1974 ; Le Soleil entre les arbres, 1976) sous le nom de « théâtre du quotidien », au même titre que celles de Franz Xaver Kroetz, dont il met en scène Travail à domicile en 1976. Il s'agit davantage d'un « théâtre au présent », saisissant l'individu dans son conflit avec le corps social, tandis que s'élabore en lui une conscience historique, « la constitution en matériau historique d'une quotidienneté, à peine dramatisée par le fait divers ». Avec Un dimanche indécis dans la vie d'Anna (1980) et Avis de recherche (1982), Lassalle s'inscrit davantage encore dans l'espace de la confidence, du dialogue fragile, ce « théâtre de chambre » dont l'image lui reste attachée. Théâtre de chambre qui est aussi celui de Michel Vinaver, et qui fait l'objet d'un spectacle en 1978, Lassalle mettant également en scène les pièces polyphoniques de ce dernier, plus éloignées de sa veine minimaliste (À la renverse, 1980 ; L'Émission de télévision, 1990).

Est ainsi maintenu un équilibre entre l'écriture contemporaine (Anna Seghers, Milan Kundera) et les auteurs du passé, tel Carlo Goldoni (La Locandiera, 1981). Entre 1981 et 1983, Lassalle se consacre aussi à l'opéra (Lohengrin de Wagner, Lear d'Albert Reimann).

Il prend la tête du Théâtre national de Strasbourg (TNS) en 1983 et y fait une entrée controversée avec un Tartuffe à la distribution « cinématographique » et prestigieuse (Gérard Depardieu, François Périer). Avec la collaboration de Bernard Dort, son conseiller littéraire jusqu'en 1987, il continue de favoriser la création contemporaine (Le Mariage des morts de Jean-Pierre Sarrazac, 1986), poursuit son travail sur Vinaver, découvre Jean-Marie Besset et aide à l'éclosion de jeunes metteurs en scène (Catherine Anne, François Tanguy), sans oublier les élèves de l'école du TNS, dont il dirige les exercices de sortie.

L'exploration du répertoire européen reste une des lignes directrices de son activité : Émilia Galotti de Lessing (1985), L'Heureux Stratagème de Marivaux (1985), La Clé de Labiche (1986), Rosmersholm d'Ibsen (1987). Il se permet aussi des incursions dans le comique moliéresque avec Sganarelle ou le Cocu imaginaire (1991) et Le Mariage forcé (1990), où la farce, soutenue par un décor tout en chausse-trappes, est guettée par le pathétique.

Jacques Lassalle aspire à une mise en scène discrète, « invisible », à un art du chuchotement, ni illusionniste ni didactique. Il revendique la lenteur, l'hésitation, « le moins » contre l'abondance, le fragment contre le débordement. Il s'adjoint longtemps le décorateur Yannis Kokkos, les comédiens Emmanuelle Riva et Maurice Garrel, et aime collaborer avec ceux de la Comédie-Française, dont il est l'administrateur de 1990 à 1993, menant à bien la réouverture du théâtre du Vieux-Colombier. [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : écrivain, metteur en scène, maître de conférences à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  LASSALLE JACQUES (1936-2018)  » est également traité dans :

L'ÉCOLE DES FEMMES (mise en scène J. Lassalle)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 113 mots

L'École des femmes, de Molière. À peine a-t-on prononcé ces quelques mots que tout se met en place. Le premier combat de Molière travesti en Arnolphe, les Maximes du mariage comme passage obligé du tyran domestique, le jeu des quiproquos. Et une pièce jugée éclatante, une comédie […] Lire la suite

FIGARO DIVORCE (mise en scène J. Lassalle)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 086 mots

Né à Fiume, grandi à Belgrade, Budapest, Presbourg, Vienne et Munich, Ödön von Horváth (1901-1938) n'a cessé de dénoncer les frustrations et les dérives d'une petite-bourgeoisie qui allait faire le lit du national-socialisme. Ainsi que l'écrivit Klaus Mann, il aurait pu, comme tant d'autres, « très bien s'a […] Lire la suite

POUR UN OUI OU POUR UN NON (N. Sarraute)

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 051 mots

Signe d'une volonté de remettre le texte, l'intime et l'infime au centre de la représentation théâtrale, aux antipodes du spectaculaire, la pièce de Nathalie Sarraute, Pour un oui ou pour un non, a fait l'objet de deux mises en scène différentes à l'automne 1998. Simone Benmussa reprenait à la […] Lire la suite

L'HOMME DIFFICILE (H. von Hofmannsthal)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 231 mots

De Hugo von Hofmannsthal, né et mort à Vienne (1874-1929), nous avons longtemps eu en France une vue brouillée par sa collaboration avec Richard Strauss, son compatriote, pour lequel il écrivit notamment les livrets d' Elektra et du Chevalier à la rose . Mais l'œuvre de Hofmannsthal, très diverse, est loin de se réduire à cela, comme en témoigne la célèbre Lettre de lord Chandos . Il fut d'abord […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - L'interprétation des classiques

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 7 282 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les plaisirs de l'exigence »  : […] Durant tout ce temps on joue et l'on rejoue Molière. Peut-être par confort, ou par pédagogie, mais peu importe, il passe encore la rampe. Molière est donc sans cesse revisité depuis Vilar, Planchon et Vitez. Chaque saison apporte son lot de « lectures », sans qu'on puisse déterminer une unité, ou même des écoles. Il y a donc des manières, spécifiques aux metteurs en scène. Molière- commedia dell'a […] Lire la suite

Les derniers événements

23-28 avril 2017 France. Premier tour de l'élection présidentielle.

 100, Jean Lassalle (Résistons !) 1,2 p. 100, Philippe Poutou (Nouveau Parti anticapitaliste) 1,1 p. 100, François Asselineau (Union populaire républicaine) 0,9 p. 100, Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) 0,6 p. 100 et Jacques Cheminade (Solidarité et Progrès) 0,2 p. 100. Le taux d’abstention est de 22,2 p. 100. Pour la première fois sous la Ve République, les deux grands partis de gouvernement ‒ aujourd’hui le PS et LR ‒ sont éliminés dès le premier tour. […] Lire la suite

Pour citer l’article

David LESCOT, « LASSALLE JACQUES - (1936-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-lassalle/