SARRAUTE NATHALIE (1900-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si l'on peut faire remonter au recueil de L'Ère du soupçon, paru en 1956, le rayonnement de l'œuvre de Nathalie Sarraute, l'une des plus neuves et des plus marquantes de notre époque, c'est parce que s'y trouve alors abordée pour la première fois l'idée d'une crise du roman, idée partagée par un certain nombre d'écrivains dont l'œuvre serait rangée sous l'étiquette du Nouveau Roman. Il ne s'agissait pourtant pas là d'un manifeste ni d'un programme dont les livres à venir ne seraient que l'application. L'origine de cette œuvre n'a rien de théorique ; il faut la chercher dans ces premiers textes, écrits entre 1932 et 1937, ces Tropismes qui constituent « la substance vivante » d'un patient travail d'exploration. À quel point ces « actions intérieures », ces « mouvements indéfinissables » sont enracinés dans l'expérience de l'individu, le texte d'Enfance (1983) le révèle mieux que jamais : dans ce livre, en effet, l'entreprise de l'écriture remonte vers ce dont elle est issue, vers ces moments d'intensité qui subsistent dans les souvenirs d'enfance, vers ces impressions confuses et fondamentales que l'œuvre n'a cessé de désigner comme « la source secrète de notre existence ».

Nathalie Sarraute

Nathalie Sarraute

Photographie

Parus en 1939 dans une quasi-indifférence, les Tropismes de Nathalie Sarraute (1900-1999) sont devenus dans les années 1950 l'«ancêtre» du Nouveau Roman. 

Crédits : Louis Monier/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Afficher

« Je ne suis rien d'autre que ce que j'ai écrit »

Russe par sa famille, française par son éducation, Nathalie Sarraute (Nathalie Tcherniak) est née à Ivanovo (Russie), le 18 juillet 1900. Son père, docteur ès sciences, y avait installé une usine de produits chimiques, sa mère était écrivain. Après le divorce de ses parents, en 1902, elle vit d'abord à Paris avec sa mère et fait des séjours en Russie jusqu'en 1909 ; à partir de cette date elle reste à Paris, cette fois avec son père, remarié à son tour. La France sera bien davantage qu'un pays d'adoption. Comme Enfance l'évoque, c'est l'expérience de la scolarité, d'abord à l'école communale puis au lycée Fénelon, qui permet à l'enfant d'échapper à l'univers instable des sentiments non formulés, de se constituer par la maîtrise de la langue un monde propre et un refuge, d'y découvrir son pouvoir et son identité. Après une double licence, d'anglais [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SARRAUTE NATHALIE (1900-1999)  » est également traité dans :

L'ÈRE DU SOUPÇON, Nathalie Sarraute - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 062 mots

L'Ère du soupçon est un recueil de quatre articles publiés par Nathalie Sarraute (1900-1999) entre 1947 et 1956, année de sa parution aux éditions Gallimard. Cet essai, contemporain des débuts de ce qu'on nommera plus tard la « nouvelle critique » (représentée par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ere-du-soupcon/#i_12424

POUR UN OUI OU POUR UN NON (N. Sarraute)

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 051 mots

Signe d'une volonté de remettre le texte, l'intime et l'infime au centre de la représentation théâtrale, aux antipodes du spectaculaire, la pièce de Nathalie Sarraute, Pour un oui ou pour un non, a fait l'objet de deux mises en scène différentes à l'automne 1998. Simone Benmussa reprenait à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pour-un-oui-ou-pour-un-non/#i_12424

TROPISMES, Nathalie Sarraute - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 057 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'en 1939 paraît chez Robert Denoël un livre intitulé Tropismes, en référence à la biologie scientifique, personne ne le remarque, sauf deux écrivains : Max Jacob et Jean-Paul Sartre. C'est le premier ouvrage de Nathalie Sarraute, auteur de trente-neuf ans. Elle pense qu'on « ne doit écrire que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tropismes/#i_12424

PORTRAIT, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 1 002 mots
  •  • 1 média

Montaigne demandait pourquoi il n'était pas loisible « à un chacun de se peindre de la plume » comme tel personnage dont il cite l'exemple « se peignait d'un crayon ». Le développement du portrait littéraire (dont les Essais sont justement l'une des premières manifestations systématiques) est en effet lié au modèle pictural (le terme lui-même est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portrait-genre-litteraire/#i_12424

RÉALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Gerald M. ACKERMAN, 
  • Henri MITTERAND
  •  • 6 488 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La littérature comme reflet de la réalité »  : […] Pourtant, cette étiquette a fait fortune au xix e  siècle, et encore au xx e . Les points de repère abondent. C'est Stendhal, définissant le roman comme un miroir que l'on promène le long d'une grande route. C'est Balzac, se donnant dans l'avant-propos à La Comédie humaine « un plan qui embrasse à la fois l'histoire et la critique de la Société, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-art-et-litterature/#i_12424

ROMAN - Le nouveau roman

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 4 683 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nouvelles techniques, nouvelle vision du monde »  : […] Les débuts du nouveau roman ne coïncident pas par hasard avec ceux de la « nouvelle vague » (expression employée pour la première fois dans L'Express , à l'automne de 1957, pour désigner une nouvelle génération de cinéastes). Les films de la nouvelle vague présentent entre autres originalités une bande-son où les voix ne sont plus hiérarchisées de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-nouveau-roman/#i_12424

Voir aussi

Pour citer l’article

Marianne ALPHANT, « SARRAUTE NATHALIE - (1900-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nathalie-sarraute/