MANN KLAUS (1906-1949)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 18 novembre 1906, à Munich, Katia, l'épouse de Thomas Mann, met au monde leur premier enfant : c'est un fils, qui se prénomme Klaus. Après avoir abandonné ses études sans avoir obtenu aucun diplôme, il va briguer, dès l'âge de dix-sept ans, le titre d'écrivain, à l'instar de son père et de son oncle Heinrich, dont il sera très proche.

De 1924 à 1929, Klaus Mann, installé à Berlin, écrit principalement des nouvelles, ainsi que quelques pièces de théâtre. Les critiques allemands acceptent de voir en lui autre chose que le rejeton de Thomas Mann quand il publie en 1926 Le Cinquième Enfant. Il y raconte comment une veuve d'un peu plus de trente ans, mère de quatre enfants, est fascinée par un jeune homme de passage et se retrouve enceinte.

C'est en 1926 aussi que paraît son premier roman, La Danse pieuse. Bravant le scandale, l'écrivain met en place à traver le personnage du jeune Andreas, qui n'est que son double, une thématique qui le concerne personnellement : l'homosexualité.

Au côté de sa sœur Erika, à laquelle il voue un attachement extrêmement fort, Klaus Mann a participé à la vie artistique du Berlin de la République de Weimar. En 1933, Erika ouvre à Munich un cabaret, Le Moulin à poivre, qui est transféré en Suisse lors de la venue au pouvoir des nazis. Quant à Klaus, il quitte l'Allemagne le 13 mars, à destination de Paris. Ensuite, sillonnant l'Europe, il va s'absorber physiquement et intellectuellement dans une activité militante contre le national-socialisme. En septembre 1933, il fonde à Amsterdam une revue qui prône l'union de toutes les forces antifascistes, Die Sammlung.

Malgré tout, il parvient à terminer un autre roman à la mi-avril 1934, Fuite au Nord, qui traite de l'émigration et du combat contre le IIIe Reich. D'autres suivent, avec les mêmes préoccupations. Méphisto (1936) décrit la carrière d'un acteur arriviste (en partie inspiré de Gustaf Gründgens, qui fut un temps le mari d'Erika) qui, par lâcheté et par ambition, se met au service de Gœbbels et de Gœrin [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MANN KLAUS (1906-1949)  » est également traité dans :

SCHWARZENBACH ANNEMARIE (1908-1942)

  • Écrit par 
  • Nicole BARY
  •  • 1 052 mots

« Ange inconsolable » (Roger Martin du Gard), « ange dévasté » (Thomas Mann), Annemarie Schwarzenbach reste indissociablement liée, pour la postérité, au portrait réalisé par la photographe Marianne Breslauer (1932) et au roman d' Ella Maillart, La Voie cruelle (1947), dont elle est l'héroïne. Cette double image, aussi juste qu'elle soit, laisse dans l'ombre la production li […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/annemarie-schwarzenbach/#i_32584

Pour citer l’article

Lionel RICHARD, « MANN KLAUS - (1906-1949) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/klaus-mann/