HORVÁTH ÖDÖN VON (1901-1938)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans une famille noble et catholique, mais aux idées libérales, Ödön von Horváth avait du sang hongrois, croate, tchèque, allemand. Comment s'étonner qu'il ne se soit réclamé d'aucune patrie ? Sa nationalité était linguistique : l'allemand, sa langue maternelle. Cœur généreux, esprit lucide, parfois jusqu'au cynisme, il a été l'observateur consterné de la montée du nazisme et a vécu en exil à partir de 1934. Trop intelligent pour tomber jamais dans le manichéisme, il a écrit que le ressort principal de son théâtre est le combat éternel entre le conscient et l'inconscient. Homme de gauche, incontestablement, Horváth écrit à une époque où la psychanalyse était condamnée à la fois par l'Église et par le marxisme. Homme libre, il n'en a cure. Catholique de par sa naissance et son éducation, il a pris ses distances avec la religion. Anticapitaliste, il dénonce le discours social-démocrate, mais aussi le langage marxiste quand ce dernier est stéréotypé ou sectaire. L'Allemagne d'après 1918, en proie au « vertige » de l'inflation et au chômage, sert de toile de fond à sa dramaturgie.

Le destin tragique d'un « sans-patrie »

Ödön von Horváth naît en 1901 près de Trieste, sur l'Adriatique. Il est donc citoyen de l'Empire austro-hongrois, qui sera démembré après 1918. Son père est fonctionnaire diplomatique ; à cette situation, Horváth doit une enfance errante : il vit ses premières années à Presbourg (aujourd'hui Bratislava), puis à Vienne, à Venise, à Belgrade, à Munich et à Budapest. Écrivain d'expression allemande, c'est en Allemagne qu'il sera reconnu et joué. Il reste néanmoins un Heimatlos, un sans-patrie. De l'ancien Empire austro-hongrois, qui avait réuni plus de deux cents nations et qui, en dépit de sa très ancienne culture, restait absolutiste, féodal, figé dans un « romantisme de boutiquier » et une « étiquette espagnole », Horváth parle avec une ironie féroce, proche de celle de Nestroy. La patrie de Horváth est utopique : elle se nomme Liberté. L' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : journaliste, critique dramatique de la revue Les Temps modernes

Classification


Autres références

«  HORVÁTH ÖDÖN VON (1901-1938)  » est également traité dans :

FIGARO DIVORCE (mise en scène J. Lassalle)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 086 mots

Né à Fiume, grandi à Belgrade, Budapest, Presbourg, Vienne et Munich, Ödön von Horváth (1901-1938) n'a cessé de dénoncer les frustrations et les dérives d'une petite-bourgeoisie qui allait faire le lit du national-socialisme. Ainsi que l'écrivit Klaus Mann, il aurait pu, comme tant d'autres, « très bien s'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/figaro-divorce/#i_6544

LE JUGEMENT DERNIER (mise en scène A. Engel)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BESSON
  •  • 931 mots

« Je considère la forme du conte de fées, mélangée à la farce, comme particulièrement indiquée par les temps qui courent, puisque à travers cette forme, on peut dire beaucoup de choses qu'autrement, il serait impossible de dire », écrit Ödön von Horváth en 1935, à l'époque où il rédige Le Jugement dernier. Il est alors interdit d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-jugement-dernier/#i_6544

LÉGENDES DE LA FORÊT VIENNOISE, Ödön von Horváth - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BESSON
  •  • 973 mots

Cette « pièce populaire en trois parties » de l'Autrichien Ödön von Horváth (1901-1938) fut écrite en 1930-1931, et créée le 2 novembre 1931 au Deutsches Theater de Berlin. Elle y remporta un triomphe, dans une mise en scène de Heinz Hilpert, avec notamment Carola Neher et Peter Lorre. Publiée la même année, elle valut à son auteur le prix Kleist, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/legendes-de-la-foret-viennoise-odon-von-horvath/#i_6544

LÉGENDES DE LA FORÊT VIENNOISE (mise en scène C. Marthaler)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 147 mots

Révélé en France en 1996 avec Murx den Europäer ! Murx ihn ! Murx ihn ! Murx ihn ab ! (Bousille l'Européen ! Bousille-le ! Bousille-le ! Bousille-le bien !), Christoph Marthaler, qui officia cinq ans à la tête du Schauspielhaus de Zurich, avant d'en être évincé en 2004, y est revenu régulièrement pour y pré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/legendes-de-la-foret-viennoise/#i_6544

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les lettres en Autriche sous la première et la deuxième République »  : […] Le naufrage de l'Empire des Habsbourg n'entraîne point de rupture sur le plan littéraire. Chez certains, l'événement suscite un renouveau de ferveur patriotique : chez Hofmannsthal, l'un des inspirateurs du festival de Salzbourg ; chez Anton Wildgans : ex-impressionniste et ex-expressionniste, promu, dans les années vingt et trente, au rang de poète officiel (1881-1932). Parfois, la quête de l'ord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_6544

Voir aussi

Pour citer l’article

Renée SAUREL, « HORVÁTH ÖDÖN VON - (1901-1938) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/odon-von-horvath/