HADAMARD JACQUES (1865-1963)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Varia

Hadamard a publié des articles sur des sujets extrêmement variés, allant du calcul des probabilités à la mécanique céleste, de la géométrie pure à la mécanique des fluides, et l'on se bornera ici à des indications très sommaires.

Ramenant les considérations géométriques de Volterra sur les fonctions de ligne à l'étude analytique des fonctionnelles linéaires, il a fait faire un pas important à l'analyse fonctionnelle ; on lui doit une description des fonctionnelles linéaires sur l'espace des fonctions continues sur un intervalle. La voie, ouverte par H. Poincaré, de l'intégration qualitative des équations différentielles l'a conduit à étudier la répartition des géodésiques sur les surfaces. Son mémoire le plus important est relatif, pour les surfaces à courbure négative, à la classification des géodésiques suivant leur intersection avec les géodésiques fermées ; il dégage ainsi le rôle du groupe de Poincaré de la surface, ce qui le conduit à des recherches du domaine de l'analysis situs, comme on disait à l'époque pour désigner les notions d'ordre topologique. En liaison avec le calcul fonctionnel, on lui doit, dans un cas particulier de calcul des variations, la première idée de la programmation dynamique.

De 1909 à 1937, le séminaire d'Hadamard au Collège de France a été un des hauts lieux de la pensée mathématique en France. Sans exclusive, on y analysait et on y exposait tous les résultats récents dans les domaines les plus variés des mathématiques pures et appliquées. Cette formule de séminaire, qui est devenue de nos jours un des rouages essentiels de la recherche, a été ainsi inaugurée par Hadamard.

Jusqu'à la fin de sa longue vie – il meurt à l'âge de 98 ans –, Hadamard s'est tenu au courant de l'activité mathématique et s'est intéressé aux problèmes philosophiques posés par l'exercice de cette discipline, particulièrement à la psychologie de l'invention. Da [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences honoraire à l'université de Paris-VII

Classification

Autres références

«  HADAMARD JACQUES (1865-1963)  » est également traité dans :

DÉRIVÉES PARTIELLES (ÉQUATIONS AUX) - Théorie linéaire

  • Écrit par 
  • Martin ZERNER
  •  • 5 498 mots

Dans le chapitre « Le problème de Cauchy en coordonnées générales : hypersurfaces caractéristiques »  : […] Dans certaines situations, on a besoin d'étudier un problème de Cauchy où les données, au lieu d'être portées par l'hyperplan t  = 0, le sont par une autre hypersurface Σ. Il y a donc lieu de voir si on peut trouver des coordonnées ( t ,  x ) telles que : a ) l'opérateur P prend la forme (1) au produit près par une fonction non nulle (nous pourrons diviser le second membre par cette fonction) ; ce […] Lire la suite

MÉTHODE

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 011 mots

Dans le chapitre « L'hypothèse et l'expérience mentale »  : […] Les analyses des épistémologues depuis C. Bernard sont centrées autour de la méthode expérimentale et la discussion roule sur les rôles respectifs de l'hypothèse ou de l' invention et de l'expérience. Lequel est premier, le fait ou l'idée ? Peut-on se passer d'hypothèse ? L'hypothèse procède de notre tendance spéculative, du besoin de compléter mentalement les apparences ou les observations. Ell […] Lire la suite

NOMBRES (THÉORIE DES) - Théorie analytique

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 8 185 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le théorème des nombres premiers »  : […] À la fin du xviii e  siècle, A. M. Le Gendre et C. F. Gauss, indépendamment, avaient émis la conjecture (d'après les tables de nombres premiers) que le nombre π( x ) des nombres premiers ≤  x avait, lorsque x tend vers + ∞, une partie principale : Gauss avait même précisé cette conjecture en indiquant comme meilleure approximation de π( x ) la fonction li, appelée logarithme intégral : Le théorè […] Lire la suite

WEIERSTRASS KARL THEODOR WILHELM (1815-1897)

  • Écrit par 
  • Michel HERVÉ
  •  • 2 273 mots

Dans le chapitre « Fonctions d'une variable complexe »  : […] Dans l'étude des fonctions d'une variable complexe, contrairement à ses prédécesseurs, Weierstrass fait jouer le principal rôle aux développements tayloriens : c'est ce qu'on appelle le point de vue de Weierstrass, où holomorphie est synonyme d'analyticité, tandis qu'au point de vue de Cauchy l'holomorphie est la différentiabilité pour la structure complexe. Ainsi, c'est à l'aide des développemen […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Luc VERLEY, « HADAMARD JACQUES - (1865-1963) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-hadamard/