HADAMARD JACQUES (1865-1963)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Équations aux dérivées partielles

Cherchant toujours à rester en contact étroit avec l'« intuition physique », Hadamard a consacré un grand nombre de publications aux équations aux dérivées partielles et s'est toujours intéressé à ce sujet. On lui doit tout d'abord la notion de « problème correctement posé ». Amené à l'introduire par une réflexion sur la signification physique de nombreux problèmes aux limites, il impose aux solutions de dépendre continûment des données : « Si l'on modifie légèrement les données (et, éventuellement, un nombre fini de leurs dérivées), la solution doit peu varier ; autrement, nous n'avons pas une solution physique de notre problème, puisque, en pratique, les données ne sont connues qu'avec une certaine approximation. » Ces préoccupations ont été très enrichissantes, car elles ont fait sentir la nécessité de préciser la notion de proximité des fonctions et, par suite, ont conduit aux espaces fonctionnels et à l'analyse fonctionnelle.

Le résultat le plus profond d'Hadamard dans cette théorie est la résolution complète des équations hyperboliques avec l'utilisation des solutions élémentaires, telle qu'il l'expose sous forme définitive dans son livre Le Problème de Cauchy et les équations linéaires hyperboliques. Étant donné une hypersurface S et une équation de type hyperbolique (cf. équations aux dérivées partielles), le problème de Cauchy est correctement posé et la solution en un point a ne dépend que des conditions initiales et du second membre dans la région limitée par S et le conoïde caractéristique issu de a. Pour surmonter les difficultés de divergence des intégrales sur le cône caractéristique, Hadamard introduit et utilise la notion de partie finie de certaines intégrales divergentes, qui s'interprète de nos jours de manière très satisfaisante dans le cadre de la théorie des distributions. Le cas d'un nombre impair de variables se résout alors avec une extension de la formule de Green aux parties finies, tandis que le cas d'un nombre pair m de variables demande une approche plus délicate par une méthode de descente pour passer [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences honoraire à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  HADAMARD JACQUES (1865-1963)  » est également traité dans :

DÉRIVÉES PARTIELLES (ÉQUATIONS AUX) - Théorie linéaire

  • Écrit par 
  • Martin ZERNER
  •  • 5 498 mots

Dans le chapitre « Le problème de Cauchy en coordonnées générales : hypersurfaces caractéristiques »  : […] Dans certaines situations, on a besoin d'étudier un problème de Cauchy où les données, au lieu d'être portées par l'hyperplan t  = 0, le sont par une autre hypersurface Σ. Il y a donc lieu de voir si on peut trouver des coordonnées ( t x ) telles que : a ) l'opérateur P prend la forme (1) au produit près par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/derivees-partielles-equations-aux-theorie-lineaire/#i_25941

MÉTHODE

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 011 mots

Dans le chapitre « L'hypothèse et l'expérience mentale »  : […] Les analyses des épistémologues depuis C. Bernard sont centrées autour de la méthode expérimentale et la discussion roule sur les rôles respectifs de l'hypothèse ou de l' invention et de l'expérience. Lequel est premier, le fait ou l'idée ? Peut-on se passer d'hypothèse ? L'hypothèse procède de notre tendance spéculative, du besoin de compléter mentalement les apparences ou les observations. Ell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/methode/#i_25941

NOMBRES (THÉORIE DES) - Théorie analytique

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 8 185 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le théorème des nombres premiers »  : […] À la fin du xviii e  siècle, A. M. Le Gendre et C. F. Gauss, indépendamment, avaient émis la conjecture (d'après les tables de nombres premiers) que le nombre π( x ) des nombres premiers ≤  x avait, lorsque x tend vers + ∞, une partie principale : Gauss avait même précisé cette co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-theorie-des-theorie-analytique/#i_25941

WEIERSTRASS KARL THEODOR WILHELM (1815-1897)

  • Écrit par 
  • Michel HERVÉ
  •  • 2 273 mots

Dans le chapitre « Fonctions d'une variable complexe »  : […] Dans l'étude des fonctions d'une variable complexe, contrairement à ses prédécesseurs, Weierstrass fait jouer le principal rôle aux développements tayloriens : c'est ce qu'on appelle le point de vue de Weierstrass, où holomorphie est synonyme d'analyticité, tandis qu'au point de vue de Cauchy l'holomorphie est la différentiabilité pour la structure complexe. Ainsi, c'est à l'aide des développemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-theodor-wilhelm-weierstrass/#i_25941

Pour citer l’article

Jean-Luc VERLEY, « HADAMARD JACQUES - (1865-1963) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-hadamard/