DARRIEUX DANIELLE (1917-2017)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Née le 1er mai 1917 à Bordeaux, Danielle Darrieux commence par étudier le violoncelle. Jeune adolescente, elle se présente à une audition ; c'est ainsi qu'elle tourne, alors qu'elle n'a que quatorze ans, son premier film : Le Bal de Wilhelm Thiele (1931), ce qui lui vaut d'être prise sous contrat par le producteur Marcel Vandal. Incarnant, avec fraîcheur et spontanéité, des ingénues espiègles dans d'aimables comédies, où elle est parfois amenée à chanter, comme La crise est finie de Robert Siodmak (1934), Quelle drôle de gosse de Léo Joannon (1935) et Mademoiselle ma mère d'Henri Decoin (1936), elle s'impose comme la « jeune première » la plus populaire du cinéma français. Son interprétation de Maria Vetsera dans Mayerling d'Anatole Litvak (1936) la révèle dans le registre dramatique et lui apporte la consécration internationale. Après des débuts au théâtre en 1937 dans Jeux dangereux d'Henri Decoin, qu'elle a épousé en 1935, elle part pour les États-Unis. Toutefois, aussitôt tourné un premier film, The Rage of Paris (La Coqueluche de Paris) de Henry Koster (1938), elle revient en France et dénonce le contrat signé avec Universal. Elle conforte son statut de vedette avec Katia de Maurice Tourneur (1938) et Battement de cœur d'Henri Decoin (1940).

Divorcée d'Henri Decoin, avec lequel elle tourne Premier Rendez-vous (1941), un des grands succès de l'Occupation, Danielle Darrieux se remarie en 1942 avec Porfirio Diaz, un diplomate, qui, soupçonné d'espionnage, est bientôt arrêté. Elle est, de fait, obligée de tourner de nouveau dans des productions Continental et de se rendre en Allemagne ; mais, aussitôt son mari libéré, elle abandonne le métier jusqu'à la Libération. Elle fait donc son retour sur les écrans en 1945, et aussi, après sept ans d'absence, sur scène. Si elle joue dans quatre pièces jusqu'en 1950, son activité cinématographique reprend lentement, d'autant qu'elle a la trentaine et que la dernière image que le public garde d'elle est celle d'une adolescente facétieuse. Cependant, elle aborde ce tournant avec intelligence et un talent plus affirmé, imposant sa beauté, sa grâce, dans des personnages plus riches, plus complexes, comme la femme mariée de La Ronde de Max Ophüls (1950), la comtesse de Five Fingers (L'Affaire Cicéron) de Joseph Mankiewicz (1951), l'épouse criminelle de La Vérité sur Bébé Donge d'Henri Decoin (1951), la prostituée du Plaisir de Max Ophüls (1951), la bourgeoise coquette de Madame de... de Max Ophüls (1953), ou encore le rôle de Mme de Rênal dans Le Rouge et le Noir de Claude Autant-Lara (1954), au côté de Gérard Philipe, et celui de la pharmacienne dans Le Désordre et la Nuit de Gilles Grangier (1958).

Danielle Darrieux

Photographie : Danielle Darrieux

Révélée dès les années 1930 par Mayerling d'Anatole Litvak, c'est avec les films de Max Ophüls – La Ronde, Le Plaisir, Madame de... – que l'actrice atteint la plénitude de son talent. 

Crédits : John Springer Collection/ Corbis/ Getty Images

Afficher

L'avènement de la Nouvelle Vague n'altère en rien la popularité de Danielle Darrieux, ni sa carrière, au théâtre comme au cinéma ; certains de ses membres, Claude Chabrol (Landru, 1963) et Jacques Demy (Les Demoiselles de Rochefort, 1967), font même appel à elle. Cependant, rares sont les films qui, qualitativement, souffrent la comparaison avec les précédents. Dans les années 1970, elle ne joue que dans quatre films, dont Le Cavaleur de Philippe de Broca (1979), dans lequel, alors sexagénaire, elle fait une lumineuse « apparition ». En revanche, elle se produit beaucoup sur scène, interprétant six pièces et deux opérettes, dont Coco, en remplacement de Katharine Hepburn, à Broadway et à Londres. Dès lors, elle se partage entre la scène et le cinéma, où, elle retrouve des « anciens », comme Jacques Demy (Une chambre en ville, 1980). Mais elle est aussi sollicitée par des metteurs en scène plus jeunes, tels André Téchiné (Le Lieu du crime, 1986), Benoît Jacquot (Corps et biens, 1986) et François Ozon (Huit Femmes, 2001). La Cinémathèque française de Paris lui a rendu hommage en 2009, en présentant une rétrospective de ses films.

Danielle Darrieux meurt à Bois-le-Roi, le 17 octobre 2017.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, professeur d'histoire du cinéma

Classification

Autres références

«  DARRIEUX DANIELLE (1917-2017)  » est également traité dans :

PRÉJEAN ALBERT (1898-1979)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 595 mots

Le nom d'Albert Préjean est étroitement associé au cinéma du samedi soir des années 1930. Comédien extrêmement populaire de l'avant-guerre, chanteur, voire cascadeur, il sut au mieux utiliser ses dons, les adaptant avec modestie à l'évolution des techniques cinématographiques. Sa personnalité simple et directe permit l'identification totale du spectateur, et cela en une période où le mythe de la […] Lire la suite

STARS ET VEDETTES

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 604 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Comment se fabrique une étoile »  : […] La vedette d'un film est l'interprète suffisamment connu(e) pour que le public dise en parlant de lui (ou d'elle) : « Un film de X...  » Cette coutume, sur laquelle J. G. Auriol s'interrogeait déjà en 1946, fait moins du film « l'œuvre » de l'interprète que son domaine, sa propriété (et sa vitrine) : c'est lui, ou elle, qu'on va voir dans son film. Tous les films d'une star forment, aux yeux de so […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain GAREL, « DARRIEUX DANIELLE - (1917-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/danielle-darrieux/