ISHTAR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ishtar est la personnalité féminine la plus importante du panthéon assyro-babylonien, sinon dans les hiérarchies syncrétiques artificiellement dressées par les scribes, du moins dans la réalité des pratiques et de la sensibilité religieuses des Mésopotamiens : c'est qu'elle est à la fois l'amante passionnée ou consolatrice et la guerrière qui se plaît aux massacres, au point que ce nom propre finit par signifier simplement « déesse ». Ishtar peut bien n'avoir pas été originellement le contretype sémitique de la sumérienne Inanna, mais, devant des données obscures et confuses, on peut tenir ces deux figures divines pour identiques ; les Mésopotamiens eux-mêmes leur attribuèrent le même idéogramme : la moitié d'une porte en roseau, ouverture (encore traditionnelle en Iraq) de ces halles de roseaux tressés où l'on mettait à l'abri les dattes et les produits des laiteries.

La déesse Ishtar

La déesse Ishtar

Photographie

La déesse Ishtar, terre cuite, époque babylonienne, vers 1700 av. J.-C. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Par une étymologie seconde, Inanna aurait été comprise comme la Dame (In) du ciel (An) ou du dieu An d'Uruk, dont elle est tantôt la fille tantôt l'épouse ; elle sait manifester son attachement à sa cité : ainsi dérobe-t-elle à Enki les décrets divins qui, rapportés dans sa ville, en firent la première du monde ; elle la protège encore contre les attaques d'un prince étranger. Une autre tradition lui donne pour époux le berger Dumuzi, qu'elle a préféré, non sans réticences, à un agriculteur, faisant d'ailleurs son malheur. L'ambition vindicative est, en effet, un des traits de son caractère difficile : désireuse de s'emparer aussi du royaume des morts, elle échoue et ne peut échapper à la Terre-sans-retour qu'en y laissant, sans remords, son époux à sa place ; on ne connaît de déplorations rituelles sur la mort du dieu que par de maigres indices en Mésopotamie propre, mais on en trouve en Palestine qui sont bien attestées.

Piquée d'être refusée par Gilgamesh, dans des termes fort blessants, il est vrai, Ishtar joue un rôle décisif dans l'économie de l'épopée du même nom puisqu'elle por [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (section des sciences religieuses) Paris

Classification


Autres références

«  ISHTAR  » est également traité dans :

ASSYRO-BABYLONIENNE RELIGION

  • Écrit par 
  • René LARGEMENT
  •  • 4 258 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les divinités »  : […] Les Assyro-Babyloniens rencontrent leurs dieux à la limite de leurs possibilités d'action sur les éléments naturels : divinités astrales : Anu et Antu (divinités du ciel), Shamash et Sîn (dieu solaire et lunaire), Ishtar (déesse vénusienne)  ; dieux de l'atmosphère : Enlil et Adad ; dieux de la terre et des eaux : Enki-Ea, Tammuz. Ils leur attribuent la toute-puissance sur ces éléments et comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-assyro-babylonienne/#i_8256

GILGAMESH

  • Écrit par 
  • Jean-Daniel FOREST
  •  • 1 978 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La première épopée de l'histoire »  : […] Il était une fois un roi qui, jeune et fougueux, malmenait son peuple. Pour modérer son ardeur, les dieux suscitent une créature qui lui fasse pièce, Enkidu. Celui-ci est une sorte de brute, née dans la steppe au milieu des animaux sauvages et vivant comme eux jusqu'au jour où une courtisane lui ouvre l'entendement en s'unissant à lui, le nourrit comme un homme et l'habille. Ainsi civilisé, Enkid […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilgamesh/#i_8256

IO

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 227 mots
  •  • 1 média

Dans la mythologie grecque, divinité fluviale d'Argos, fille d'Inachos. Io était considérée, sous le nom de Callithyia, comme la grande prêtresse d'Héra. Zeus s'éprit d'elle et, pour la soustraire à la jalousie d'Héra, la métamorphosa en génisse blanche. Héra exigea que Zeus lui donne la génisse, et la fit garder par Argus aux cent yeux. Alors Zeus manda Hermès qui, de sa flûte, endormit Argus et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/io/#i_8256

MARI, site archéologique

  • Écrit par 
  • Pascal BUTTERLIN
  •  • 4 488 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Mari, miroir de l'évolution de la royauté mésopotamienne »  : […] On ne sait rien de la situation politique qui prévaut à l'époque de la ville I : c'est une des périodes les plus obscures de l'histoire du Proche-Orient ancien. On connaît mieux la situation au milieu du III e  millénaire. Entre le monde syro-anatolien avec Ebla et le monde mésopotamien avec la métropole de Kish, Mari (ville II) était le siège d'un puissant État qui jouiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mari-site-archeologique/#i_8256

MYTHOLOGIES - Dieux et déesses

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE
  •  • 7 930 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Ishtar »  : […] Un des mythes les mieux connus de la déesse Ishtar raconte sa descente aux enfers, où les morts vivent dans les ténèbres et se nourrissent d'argile. Parvenue au seuil de l'enfer, Ishtar demande au portier de lui ouvrir. Celui-ci en réfère à la reine des morts, la déesse Éreshkigal, sœur d'Ishtar et épouse de Nergal, dieu des enfers. Éreshkigal exige qu'à chacune des sept portes qu'elle doit franc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythologies-dieux-et-deesses/#i_8256

Pour citer l’article

Daniel ARNAUD, « ISHTAR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ishtar/