ANU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Anu est le nom sémitisé du dieu sumérien An ; l'idéogramme qui le désigne signifie simultanément « ciel » et « dieu », en général. Dans le partage tripartite du monde, Anu règne par excellence sur les cieux. Il occupe, à ce titre, le sommet du panthéon classique babylonien. Environ quatre-vingts divinités composent sa famille et sa domesticité. Le nombre qui le symbolise — soixante — est, dans le système sexagésimal, à la fois le plus élevé et le plus parfait. Son épouse est, en principe, Antu, mais c'est Ki, la Terre, dans la tradition sumérienne ; de ce couple naquirent les démons et la troupe indistincte des dieux Annunaki. Une tradition plus répandue et manifestement plus populaire lui donne comme parèdre Ishtar, déesse de l'amour et de la guerre.

Ses titres les plus fréquents sont : « roi des cieux », « roi » ou « père des dieux ». Dans la hiérarchisation et la classification du panthéon, on lui a rattaché, entre autres, Enlil, Nergal et Sin. Son symbole est un trône surmonté d'une tiare à cornes. L'anûtu, nom abstrait formé sur Anu, désigne la royauté cosmique. Le premier mois de l'année babylonienne lui est consacré. Anu apparaît assez souvent dans les mythes, mais, s'il y tient la première place, il est loin d'y jouer le premier rôle, qu'il laisse à un dieu plus actif, Enlil ou Marduk. Son palais y est souvent cité. D'ordinaire, les écrits magiques ou divinatoires le mentionnent peu ; il y cède le pas soit à Marduk, soit à Shamash. Les Assyriens lui substituent généralement leur dieu national, Assur.

La position suprême d'Anu contraste étrangement avec sa passivité et son succès limité. On explique habituellement cette contradiction par une substitution : vers ~ 2300, seulement, il aurait remplacé Enlil au sommet de la hiérarchie divine, mais la littérature religieuse n'aurait enregistré qu'avec lenteur ce nouvel état de fait. C'es [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (section des sciences religieuses) Paris

Classification


Autres références

«  ANU  » est également traité dans :

ASSYRO-BABYLONIENNE RELIGION

  • Écrit par 
  • René LARGEMENT
  •  • 4 258 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les divinités »  : […] Les Assyro-Babyloniens rencontrent leurs dieux à la limite de leurs possibilités d'action sur les éléments naturels : divinités astrales : Anu et Antu (divinités du ciel), Shamash et Sîn (dieu solaire et lunaire), Ishtar (déesse vénusienne)  ; dieux de l'atmosphère : Enlil et Adad ; dieux de la terre et des eaux : Enki-Ea, Tammuz. Ils leur attribuent la toute-puissance sur ces éléments et comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-assyro-babylonienne/#i_13594

CRÉATION POÈME DE LA

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 425 mots

Nommé par les Modernes Poème de la création , ce texte babylonien (que les Anciens appelaient par son incipit : Lorsque en haut... ) raconte à la suite de quelles dramatiques circonstances Marduk devint, avec l'assentiment des autres dieux, la divinité suprême de Babylonie. Les sept chants qu'il comprend valent plus par l'ampleur de la mise en œuvre d'é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poeme-de-la-creation/#i_13594

ENLIL

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 212 mots

Un des trois dieux, avec Anu et Éa, de la triade suprême suméro-akkadienne. Son nom, le « Seigneur-souffle » en sumérien, indique quel est son empire : la terre ferme. Dans la théologie classique, il vient immédiatement après Anu, le dieu du ciel, et précède Ea, le dieu des eaux profondes, avec le nombre 50, intermédiaire entre celui du premier, 60, et celui du troisième, 40. Comme Anu, il est rep […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enlil/#i_13594

ERESHKIGAL POÈME D'

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 470 mots

Poème babylonien qui veut expliquer comment Nergal, à l'origine dieu du monde supérieur, est devenu le maître des Enfers, où ne régnait, jusque-là, dans l'austérité et le désespoir, qu'Ereshkigal (« la reine de la grande Terre », c'est-à-dire les Enfers). On en connaît trois manuscrits et deux versions, toutes rédigées en langue babylonienne. La première, la plus ancienne, provient de la bibliothè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poeme-d-ereshkigal/#i_13594

MYTHOLOGIES - Premiers panthéons

  • Écrit par 
  • Jean BOTTERO, 
  • Yvan KOENIG, 
  • Dimitri MEEKS
  • , Universalis
  •  • 6 981 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le panthéon, la hiérarchie des dieux et les « démons » »  : […] Les Sumériens paraissent avoir donné plus volontiers pour objet à cette autorité divine les phénomènes de la nature et de la culture , comme si chacun d'eux, pour rendre raison de son existence et de son fonctionnement, avait requis la présence d'un agent surnaturel. Ils avaient ainsi une divinité pour présider à la partie supérieure de la sphère de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythologies-premiers-pantheons/#i_13594

Pour citer l’article

Daniel ARNAUD, « ANU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anu/