IRÉNÉE DE LYON (130 env.-env. 208)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Traditions gnostiques et tradition apostolique

La Pseudo-Gnose démasquée et réfutée, tel est le titre de l'ouvrage en cinq livres (écrit vers 180-185) dans lequel Irénée réfute le gnosticisme. Appelé traditionnellement Adversus haereses, il ne nous est parvenu que dans des traductions latine et arménienne. Le premier intérêt de cette œuvre est de conserver des documents gnostiques authentiques, cités scrupuleusement, comme on peut s'en rendre compte en comparant la notice qu'Irénée consacre aux barbélo-gnostiques avec les quatre textes coptes qu'on connaît de l'Apocryphon de Jean (et dont trois ont été retrouvés en 1945 à Nag Hammadi en Haute-Égypte). Grâce à Irénée, on possède donc de précieuses informations sur différents systèmes gnostiques, notamment ceux de Ptolémée, de Marc le Mage, des barbélognostiques et des ophites. Pour lui, présenter avec exactitude ces doctrines, c'est déjà les réfuter à demi, montrer qu'elles sont contraires au bon sens et à la raison. Mais l'essentiel de la réfutation consiste surtout à définir la nature et le contenu de la vraie tradition chrétienne. Les gnostiques prétendent en effet être en possession de traditions secrètes qui remontent aux Apôtres et pouvoir donner ainsi une exégèse des Écritures conforme à celles-ci. Selon eux, ces mystères sont ceux-là mêmes qui ont été enseignés par les Apôtres aux parfaits, à l'insu des autres (III, iii, 1).

Pour Irénée, la tradition vient bien des Apôtres, mais ce n'est pas une tradition secrète : elle est conservée au grand jour dans les différentes Églises, grâce à la succession légitime des évêques que les Apôtres ont choisis eux-mêmes pour enseigner à leur place. Il est relativement facile, aux yeux d'Irénée, d'établir les listes de ces successions épiscopales, à partir des Apôtres, dans chaque Église et tout spécialement dans l'Église de Rome.

Ainsi conservée, cette tradition est partout une et identique, fondée sur la « règle de vérité », c'est-à-dire sur la norme fondamenta [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  IRÉNÉE DE LYON (130 env.-env. 208)  » est également traité dans :

ADAM

  • Écrit par 
  • André-Marie DUBARLE
  •  • 1 761 mots

Dans le chapitre « La tradition chrétienne »  : […] Outre les données de la Genèse, la tradition chrétienne doit tenir compte d'un nouvel élément, l'enseignement de saint Paul qui met en parallèle avec Adam, homme terrestre, le Christ, à la fois rédempteur et homme parfait, spirituel, dont nous devons porter l'image. Les Pères de l'Église ont aussi été influencés, plus ou moins inconsciemment, par des conceptions philosophiques, comme celle de l'id […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam/#i_12660

APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean HADOT, 
  • André PAUL
  •  • 9 980 mots

Dans le chapitre « Les apocryphes de l'Ancien Testament »  : […] Le mot grec apokrypha , dérivé du verbe kryptein , « cacher », signifiait à l'origine « choses cachées » ; il s'appliquait plus précisément aux livres « cachés » ou « secrets » de par leur contenu. Pour les juifs, l'adjectif « caché » imputé aux livres saints n'était pas péjoratif. Ils disaient « cachés », en hébreu guenûzim – de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-apocalyptique-et-apocryphe/#i_12660

GNOSTICISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT, 
  • Michel TARDIEU
  •  • 10 629 mots

Dans le chapitre « Écoles et chefs d'écoles »  : […] Selon les Pères de l'Église, les plus anciens chefs d'écoles gnostiques se situeraient au i er  siècle. Ce seraient Simon le Magicien (originaire de Samarie) et son disciple Ménandre. Mais c'est surtout le ii e  siècle qui est le siècle du gnosticisme. Lorsque Irénée de Lyon écrit sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnosticisme/#i_12660

HÉRÉSIE

  • Écrit par 
  • Alain LE BOULLUEC
  •  • 2 350 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Le terme d'hérésie renvoie à un schème idéologique emprunté au grec. Dans l'historiographie hellénistique, hairesis désigne un courant de pensée, rattaché de manière assez lâche aux écoles philosophiques pourvues d'institutions stables, telles que l'Académie de Platon ou le Lycée. Avant les chrétiens, les juifs d'expression grecque ont adopté le terme pour l'appliquer aux te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heresie/#i_12660

JUDAS ÉVANGILE DE

  • Écrit par 
  • Simon MIMOUNI
  •  • 959 mots

Durant les deux premiers siècles de formation du christianisme, de nombreux évangiles ont été composés. Certains ont été canonisés et d'autres sont restés apocryphes. Tous démontrent l'extrême diversité doctrinale des communautés chrétiennes. L'Évangile de Judas est un de ces évangiles écrits par les premiers chrétiens, à l'époque où ils tentent de définir qui est Jésus et comment le suivre. Il e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evangile-de-judas/#i_12660

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 318 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Déification de l'humanité et de l'Univers »  : […] Présent dès le ii e  siècle chez Irénée de Lyon, le vocabulaire de la déification (les substantifs θ́εωσις et θεοποίησις, les verbes θεο̃υν et θεοποιειν) se précise au iv e  siècle à Alexandrie et en Cappadoce, et se différencie de la problématique néo-platonicienne en opposant les thèmes de l'ad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-orthodoxe/#i_12660

PÉCHÉ ORIGINEL

  • Écrit par 
  • André-Marie DUBARLE, 
  • André DUMAS
  •  • 6 925 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Saint Irénée »  : […] Saint Irénée conçoit le salut comme une « récapitulation » d'Adam par le Christ : récapitulation, c'est-à-dire recommencement ou restauration et, d'autre part, accomplissement ou couronnement. Adam avait été « créé à l'image et à la ressemblance de Dieu ». Séduit par le démon tentateur, il a péché et perdu la ressemblance avec Dieu. La loi de Moïse n'a fait que montrer la culpabilité de l'homme s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peche-originel/#i_12660

SAINT-ESPRIT

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Richard GOULET
  •  • 3 912 mots

Dans le chapitre « L'Esprit saint dans la théologie patristique »  : […] L'Esprit saint, dans le christianisme primitif, est conçu moins dans le sens du pneuma de la philosophie grecque que dans le sens qu'il prend dans l'Ancien Testament. Le pneuma grec est toujours considéré comme un souffle matériel. Lorsque Jean, par contre, dit que Dieu est Esprit et que le culte doit être rendu en esprit et en vérité ( iv , 24) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-esprit/#i_12660

TRADITION

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Jean PÉPIN
  •  • 6 370 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Nouveau Testament »  : […] Tel est le climat psychologique et culturel où naquit le culte de la tradition. En soi, le prix que, dans le christianisme, on reconnaît à la tradition est indifférent au canal qu'elle emprunte, et qui peut être la parole ou l'écrit ; à l'appui de ce sens large du mot, on cite l'injonction de saint Paul aux chrétiens de Thessalonique : « Demeurez fermes et retenez les traditions que nous vous avo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tradition/#i_12660

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre HADOT, « IRÉNÉE DE LYON (130 env.-env. 208) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/irenee-de-lyon/