INTERNATIONALISATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Limitation de la souveraineté territoriale d'un État au bénéfice de plusieurs États ou d'une organisation internationale. Afin de dénouer des situations difficiles, de neutraliser des points névralgiques, de protéger des zones stratégiques ou de mener à bien des travaux d'intérêt collectif, le procédé d'internationalisation a été maintes fois employé et a connu diverses fortunes. La limitation peut aller de la simple édiction de règles juridiques particulières qu'un État territorial s'engage, devant la communauté internationale, à faire respecter au transfert de la souveraineté à des organes internationaux. La procédure d'internationalisation a été appliquée à des territoires, à des villes ou à des voies fluviales ou maritimes. Sont intervenues notamment des procédures d'internationalisation avec transfert de souveraineté qui eurent pour objet la zone de Tanger (acte d'Algésiras de 1923), la ville de Dantzig (ville libre de 1919 à 1939) et le territoire de la Sarre (statut donné en 1919 lors du traité de Versailles et conservé jusqu'à 1935). Si les modalités d'application du statut international étaient chaque fois différentes, le principe qui les guide est demeuré constant : placés sous la protection et la garantie de la Société des Nations (Dantzig) ou même gouvernés par elle (la Sarre), ou encore administrés par plusieurs puissances (Tanger), ces « points chauds » se trouvaient à l'abri des rivalités et des convoitises. Une telle situation s'avérait toutefois précaire : la Sarre optait, par référendum, pour son retour à l'Allemagne en 1935 ; Dantzig était annexée à l'Allemagne en 1939, puis à la Pologne en 1945 ; quant à Tanger, la ville perdait son statut international en 1956, lors de l'abolition du protectorat français sur le Maroc. Le régime international de Trieste n'ayant jamais pu entrer en vigueur et celui de Jérusalem n'existant qu'à l'état de projet, il n'est actuellement de territoire internationalisé que celui de l'Antarctique. Encore est-ce un type d'internationalisation tout à fait particulier, puisque fondé sur la liberté absolue de recherche scientifique et sur l'interdiction de toute activité non pacifique (traité de Washington, 1er octobre 1959). Cependant, si les douze puissances signataires s'engagent à faire respecter ces principes, elles ne renoncent pas à d'éventuels droits de souveraineté ; il s'agit donc là d'une internationalisation plus fonctionnelle que territoriale.

Bien avant les territoires, les voies d'eau ont fait l'objet de statuts particuliers ; pour des raisons allant de la simple commodité à la nécessité absolue (pays n'ayant pas de débouchés sur la mer, par exemple), il s'est vite avéré utile d'édicter des mesures permettant la liberté de passage sur certaines voies de communication maritimes ou fluviales. En ce qui concerne les fleuves, il faut remonter jusqu'à un décret du 16 novembre 1792 pour rencontrer la première « internationalisation » ; de portée encore limitée, elle n'accorde le libre passage qu'aux États riverains et s'applique à l'Escaut, à la Meuse et au Rhin ; le système évolue rapidement vers une internationalisation plus complète. Naturellement, il ne pouvait être question de priver un État de ses droits de souveraineté sur la portion de fleuve coulant sur son territoire ; il était pourtant nécessaire, afin d'assurer le libre passage, d'attribuer quelques pouvoirs à un organisme international. C'est ce qu'entreprirent le Congrès de Vienne en 1815, puis la Conférence de la paix en 1919, suivie en 1921 de la Convention de Barcelone. Les « voies d'eau d'intérêt international » sont régies par deux principes : liberté de navigation et égalité de traitement. La gestion est assumée suivant les cas, soit individuellement par chaque riverain (Escaut, Nil, Amazone), soit régionalement par la communauté des riverains (Danube depuis 1947 ; Moselle, 1956), soit internationalement par une commission fluviale composée de riverains et de non-riverains (Congo, Rhin).

Ferdinand Foch à la conférence de la paix, 1919

Photographie : Ferdinand Foch à la conférence de la paix, 1919

Le maréchal de France Ferdinand Foch (1851-1929) fait partie de la délégation française à la conférence de la paix en 1919. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Les problèmes posés par les canaux et les détroits sont plus importants encore, surtout lorsqu'ils font communiquer deux mers libres. Voies artificielles ou naturelles [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur de droit international public à l'université d'Évry-Val-d'Essonne

Classification

Autres références

«  INTERNATIONALISATION  » est également traité dans :

ADOPTION

  • Écrit par 
  • Pierre MURAT
  •  • 8 874 mots

Dans le chapitre « L'adoption aujourd'hui »  : […] L'évolution des chiffres résument parfaitement les tendances en cours : alors que le nombre d'adoptions plénières prononcées en France a été longtemps supérieur au nombre d'adoptions simples, la tendance s'est largement inversée (plus de 66 p. 100 des demandes en 2004). Mais si l'on s'intéresse aux seules adoptions d'enfants mineurs, l'adoption simple n'y représente qu'environ 20 p. 100. Outre un […] Lire la suite

ANTARCTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Edmond JOUVE, 
  • Jean JOUZEL, 
  • Gérard JUGIE, 
  • Claude LORIUS
  •  • 16 439 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Les derniers arrivés »  : […] Au fil des années, treize États ont été cooptés avec le statut de « parties consultatives » : République démocratique allemande et république fédérale d'Allemagne (ces deux pays étant réunifiés depuis le 3 octobre 1990), Brésil, Chine, Corée du Sud, Espagne, Finlande, Inde, Italie, Pérou, Pologne, Suède, Uruguay. À côté de ces membres à part entière figurent des adhérents au traité qui, bénéfician […] Lire la suite

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME (1948)

  • Écrit par 
  • Wanda MASTOR
  •  • 176 mots

Le xx e   siècle fut celui de l'« internationalisation » des droits de l'homme, signe d'une reconnaissance toujours plus large et de la revendication de leur universalité. Les Nations unies ont contribué à ce mouvement, notamment au travers de l'adoption, le 10 décembre 1948, de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Ce texte ne crée pas d'obligations pour les États. Ayant valeur de sim […] Lire la suite

DROITS DE L'HOMME

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU, 
  • Gérard COHEN-JONATHAN, 
  • Pierre LAVIGNE, 
  • Marcel PRÉLOT
  • , Universalis
  •  • 24 043 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les droits de l'homme, valeur internationalisée »  : […] Les droits de l'homme sont devenus une valeur internationalisée depuis 1948, et plus encore depuis l'entrée en vigueur des pactes des Nations unies, des conventions spécifiques et des instruments régionaux sur les droits de l'homme. Cela signifie que, pour la première fois, l'homme détient en propre un ensemble de droits opposables aux autres individus, aux groupes sociaux et, surtout, aux États s […] Lire la suite

FLEUVES INTERNATIONAUX

  • Écrit par 
  • Hubert THIERRY
  •  • 3 822 mots

Dans le chapitre « Évolution du droit fluvial »  : […] L'histoire du droit international fluvial comporte deux périodes. La première s'étend de la Révolution française à la conférence de Barcelone de 1921. Elle est placée sous le signe du principe de la liberté de navigation et de l' internationalisation des fleuves les plus importants. La seconde va de la conférence de Barcelone à nos jours. Elle est marquée par le déclin de ces principes, mais aussi […] Lire la suite

CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ

  • Écrit par 
  • Mario BETTATI
  •  • 6 323 mots
  •  • 1 média

Le 24 mars 1999, la Chambre des lords britannique confirmait partiellement la décision qu'elle avait rendue le 28 octobre 1998 de refuser à Augusto Pinochet, ancien dictateur du Chili, poursuivi par un juge espagnol pour torture et assassinats constituant des crimes contre l'humanité, le bénéfice de l'immunité en sa qualité d'ancien chef d'État. Le 27 mai 1999, Le procureur du Tribunal pénal inte […] Lire la suite

JUSTICE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Loïc CADIET
  •  • 13 656 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Internationalisation de la justice »  : […] Au-delà de la justice des États, une justice internationale se met progressivement en place là où la société internationale s'organise. Le développement de l'arbitrage international en matière commerciale illustre, à sa manière, cette justice extra-étatique spontanément mise en œuvre par la société des marchands, internationalisation et contractualisation de la justice combinant alors leurs effet […] Lire la suite

PÉNALE PROCÉDURE

  • Écrit par 
  • Jean DANET
  •  • 6 483 mots

Dans le chapitre « Le cadre de la procédure pénale »  : […] La procédure pénale a connu en un demi-siècle à peine une formidable mutation. Elle est placée au premier rang d'un phénomène de mondialisation qui atteint notamment le droit processuel. Ses sources, jusque-là nationales, sont massivement dominées par des textes internationaux. Ils dessinent un modèle universel du procès équitable commun aux nations civilisées et qui inspire bien sûr la procédure […] Lire la suite

TRIBUNAUX PÉNAUX INTERNATIONAUX

  • Écrit par 
  • Mario BETTATI
  •  • 2 712 mots
  •  • 4 médias

Le 17 juillet 1998, la Conférence diplomatique des Nations unies réunie à Rome adoptait l'Acte final portant création d'une Cour criminelle internationale (International Criminal Court, appelée en France Cour pénale internationale). Ce fut l'aboutissement de cinquante ans d'efforts marqués par quelques réalisations limitées dans le temps et dans l'espace. La recherche d'efficacité qui a animé les […] Lire la suite

Les derniers événements

5-22 mai 2014 Nigeria. Internationalisation de la lutte contre Boko Haram

Le 5, la secte salafiste Boko Haram revendique l'enlèvement massif de lycéennes, en avril, dans le nord-est du pays. Elle menace de les « vendre sur le marché, au nom d'Allah ». Deux cent vingt-trois d'entre elles sont encore prisonnières, les autres sont parvenues à s'échapper. Une campagne internationale en faveur de leur libération est lancée, relayée sur les réseaux sociaux par de nombreuses personnalités. […] Lire la suite

7-30 septembre 2008 États-Unis. Plan de sauvetage du secteur bancaire et internationalisation de la crise financière

Le 7, le secrétaire d'État américain au Trésor Henry Paulson annonce la mise sous tutelle publique de Fannie Mae et de Freddie Mac. Victimes de la crise des subprimes, ces deux importants établissements de refinancement du crédit immobilier aux États-Unis avaient déjà fait l'objet d'un plan de sauvetage en juillet. Le coût de leur renflouement est estimé à plusieurs dizaines de milliards de dollars. […] Lire la suite

10-12 décembre 2007 Libye – France. Visite controversée de Muammar Kadhafi en France

Le 11, dans un entretien diffusé par France 2, le colonel Kadhafi déclare qu'il n'a pas évoqué les droits de l'homme avec son hôte français, contredisant des propos tenus la veille par Nicolas Sarkozy, et dénonce l'« internationalisation » du conflit du Darfour, que défend Paris. À l'U.N.E.S.C.O., devant un parterre d'invités africains, il affirme qu'« avant de parler de droits de l'homme, il faut vérifier que les étrangers bénéficient [en France] de ces droits ». […] Lire la suite

2-29 septembre 2003 Irak. Projet de résolution américaine et recrudescence des attentats

Cela est présenté comme l'amorce de l'internationalisation des forces d'occupation en Irak, conformément aux vœux de Washington et de Londres. Le 3 également, les États-Unis soumettent au Conseil de sécurité de l'O.N.U. un projet de résolution qui prévoit l'élargissement du rôle des Nations unies en Irak et la contribution d'autres pays à la stabilisation et à la reconstruction du pays. […] Lire la suite

21-25 avril 2000 France – Corée du Sud – Suède. Entrée de Renault dans le capital de firmes automobiles étrangères

Renault poursuit ainsi l'internationalisation de ses activités, après l'acquisition de 36,8 p. 100 du capital du japonais Nissan en mars 1999 et de 51 p. 100 du roumain Dacia en juillet de la même année. Le 25, Renault et le suédois Volvo annoncent « un projet de rapprochement de leurs activités poids lourds ». Le groupe français céderait sa filiale camion R. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Patricia BUIRETTE, « INTERNATIONALISATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/internationalisation/