BUDDHI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme sanskrit « buddhi » désigne l'intelligence dans la psychologie de l'hindouisme. Selon les données traditionnelles du brahmanisme, l'homme se compose de quatre éléments qui sont autant de modalités de son être propre : le corps, la pensée, l'intelligence, l'âme. Ce dernier élément (en sanskrit, ātman : « soi ») transcende les trois autres, car il est, en fait, l'absolu (brahman ou puruṣa) présent à l'intime de l'homme, comme il l'est au centre de l'univers. Les deux premiers : le corps et la pensée (manas) sont du domaine de la matière. La pensée (la perception, l'action) ne saurait exister sans l'organe mental (qui porte le même nom en sanskrit) : elle est donc périssable comme lui et disparaît à la mort.

Quant à l'intelligence (buddhi), c'est elle qui « fait le pont » entre l'élément purement matériel du composé humain (corps et pensée) et le principe unique (ātman). Comparable au nous platonicien, elle est « l'organe » (si l'on peut dire) de l'intuition intellectuelle par laquelle l'ātman-brahman peut être connu. Or cette connaissance (jñāna) est transformante : on devient ce que l'on connaît, c'est-à-dire que l'on « réalise » l'équation de l'ātman (âme individuelle) et du brahman (l'absolu) ; c'est là, aux yeux des hindous, le salut véritable, la délivrance (moksha).

Ainsi la buddhi est-elle au centre de la personnalité, à « égale distance » entre la matière (corps, pensée) et l'esprit. On la compare souvent à une lumière ; et, dans cette perspective, l'intuition intellectuelle (la vision de l'Essence) est comme une illumination soudaine (en fait, hors du temps et de l'espace). Mais le sens premier du mot buddhi est celui de « faculté d'éveil », d'où vient le nom de buddha (« éveillé , c'est-à-dire « délivré »), donné à ceux qui ont obtenu la connaissance.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  BUDDHI  » est également traité dans :

JÑĀNA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 373 mots

La réflexion philosophique indienne (tant bouddhiste qu'hindoue) est déterminée par un certain nombre de présupposés, parmi lesquels l'idée que le sujet pensant est modifié, dans sa nature même, par le type de connaissance qu'il acquiert au cours de son existence. Ainsi le salut est-il fonction de ce que l'on sait plutôt que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jnana/#i_8293

SIVA ou SHIVA ET SHIVAÏSME

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 175 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Cosmologie, connaissance et parole »  : […] Un problème analogue se pose dans le domaine impur. La fonction de la buddhi, organe de compréhension des objets, est la détermination de l'objet particulier. La parole lui est donc aussi nécessaire. Elle ne peut utiliser la parole matérielle qui est située au bas de la hiérarchie et constitue le matériel du sens de l'audition. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siva-shiva-et-shivaisme/#i_8293

YOGA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 7 830 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La méditation »  : […] car ces entités, appartenant au corps subtil, ne peuvent êtres « vues » que par la buddhi (ou, comme on dit, par « l'œil de la connaissance », le fameux « troisième œil » que l'on situe sur le front, mais qui, en réalité, n'est autre que « l'œil du cœur », puisque le cœur est le siège de la buddhi). D'autres phénomènes surnaturels se manifestent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yoga/#i_8293

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « BUDDHI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/buddhi/